Mes dernières chroniques lecture / animé




Animé : March comes in like a Lion, saison 1


Mon avis : coup de 💕

Genre : tranche de vie, psychologique, compétition
Public : ado et adultes
Statut de la série : 1 saison terminée, la 2nde commence le 14 octobre



Synopsis 

Rei Kiriyama, 17 ans, est un adolescent plutôt marginal dont la vie entière semble tourner autour du shogi (échecs japonais). Extrêmement doué, il est devenu joueur professionnel alors qu'il n'était que collégien et, depuis, il enchaîne les matchs et les tournois. Mais malgré ses nombreuses victoires, Rei se sent vide et n'arrive pas à trouver sa place.

Sa vie va toutefois commencer à prendre une toute autre tournure suite à sa rencontre avec Akari, qui vit à quelques mètres de chez lui, et des petites soeurs de cette dernière : Hinata et Momo.


Ne vous laissez pas abuser par le graphisme doux et rond des personnages : March comes in like a Lion n’est pas une romance shojo. D’ailleurs ce n’est pas un shojo. Ni une romance. Pas l’ombre d’un intérêt amoureux à l’horizon pour le héros dans cette saison.

Au contraire, sous le prétexte du milieu professionnel du shogi (échecs japonais), il s’agit d’une histoire qui traite de sujets graves : dépression, deuil, personnalités toxiques... Pourtant, loin de se complaire dans le négatif, March comes in like a Lion montre le parcours d’un jeune homme combatif, apporte des messages d’espoir, des moments trop mignons et même beaucoup de fous rires.


Une lutte contre la dépression

Lire la suite 0 commentaires

Ecriture, le 1er jet : architecte ou jardinier ?


Cela fait à présent quelques années que j’écris et le meilleur conseil que j’ai reçu reste toujours : allez au bout de votre premier jet, racontez toute votre histoire, puis retravaillez. C’était l’un des premiers donné lors du MOOC Draftquest, mais aussi par Bernard Werber lors de sa masterclass que j’ai suivi.

Il est tentant de juger nos écrits, de vouloir coucher directement la phrase parfaite. Mais une telle méthode ne pourra que donner un début éventuellement parfait (et encore), mais sûrement pas une histoire, surtout lorsqu’on débute. Ce premier jet est un tas de terre glaise auquel on donne des formes grossières, la réécriture permet d’affiner les détails.

Pourquoi j’écris tout ça et je sors cet article maintenant ? Parce qu’en novembre a lieu le NaNoWriMo auquel je participe depuis quelques années. Ce défi mondial un peu dingue consiste à écrire 50 000 mots en 1 mois, soit 1667 mots par jour. C’est beaucoup - en tout cas pour moi, je ne suis pas une rapide -, je n’ai atteint ce palier qu’une fois en plusieurs années, mais dans tous les cas on avance, avec le côté ludique du compteur qui grimpe et l’ambiance d’émulation entre participants.

Le but est donc de produire notre terre glaise sans regarder en arrière pour juger les formes.

Et pour construire l’intrigue de base, la colonne vertébrale de notre histoire il y a deux grandes approches.



NB : les images utilisées sont des extraits du site officiel NaNoWriMo et lui appartiennent donc.

L’architecte


Appelé « planner » dans le jargon du NaNoWriMo (planificateur), le nom parle de lui-même : avant de commencer l’écriture, l’architecte prépare les plans de sa maison, parfois très détaillés, parfois moins (je reviens un peu plus loin sur cette nuance). Ce type d’auteur a une approche méthodique de son roman. Il sait déjà comment il commence, les péripéties, la fin. Il fait des fiches personnages, décors, etc. Prépare ses recherches avant de poser le moindre mot.

Il existe plusieurs méthodes pour aider à créer sa structure, comme par exemple la méthode du flocon. On peut aussi reprendre les étapes du monomythe ou du voyage du héros (version plus détaillée du précédent). Ces théories reposent sur l’idée que la plupart des histoires - voire toutes -, de l’antiquité à nos jours, peuvent se décomposer en un certain nombre d’étapes, les principales étant :


1. La situation initiale : le monde normal du (des) personnages principal (aux)


2. L’appel du héros : un élément vient perturber la vie quotidienne du personnage principal

Cela va de la rencontre de Juliette pour Roméo, à la découverte de l’anneau par Frodon, en passant par l’expérience qui tourne mal des frères Elric. A partir de là, le (ou les) héros a le choix de répondre ou non à cet appel : Roméo aurait pu lâcher l’affaire en découvrant que Juliette était la fille de son ennemi ; Frodon dire à Gandalf de se débrouiller ; les frères Elric abandonner l’alchimie et accepter leur sort.

L’histoire serait un peu courte dans ce cas ! Mais rien n’oblige le héros à accepter d’emblée, ou facilement.


3. Des péripéties : des épreuves se mettent sur le chemin du héros

On ne va quand même pas lui faciliter la vie ? Pour rendre une histoire intéressante, il faut de la tension, un fossé entre ce que veux le personnage et la réalité : qu’est-ce qui se dresse en travers de son chemin ? Comment va-t-il le surmonter ?

Les épreuves ne sont pas forcément des combats au sens propre du terme - ça peut ! mais pas forcément. Et les monstres à vaincre peuvent prendre divers visages : un rival, un dragon, une catastrophe naturelle, ou le héros lui-même. Les péripéties dans Haikyuu seront - notamment - les matchs ; le principal ennemi de Yuri Katsuki est son anxiété ; et bien sûr le principal problème de Roméo et Juliette est l’hostilité de leurs familles.


4. Une résolution, qui a permis au personnage d’évoluer

Bonne ou mauvaise, l’issue de la quête résout le problème initial. 

L’histoire d’amour a son happy end - il vécurent heureux bla-bla-bla - ou se termine mal - séparation, mort... Le fait est que la tension initiale de la rencontre entre Roméo et Juliette a une fin claire et une morale.

Je ne suis pas du tout fan des happy ends aux forceps : une bonne fin doit être la conclusion logique - mais pas forcément évidente - de l’intrigue, doit être cohérente et fidèle au monde créé et au caractère des personnages.


5. Un retour à un monde normal, mais différent de la situation initiale


Tout ceci est évidemment très schématisé, mais parfois y revenir peut aider à se débloquer dans l’étape de préparation de son texte. Je vous conseille d’ailleurs de vous entraîner à identifier les schémas narratifs dans les fictions que vous lisez ou regardez, c’est très instructif (mais parfois agaçant quand on voit tout venir à 10 kilomètres).

Je vous invite à regarder cette courte vidéo Ted-ed sur le voyage du héros pour mieux comprendre le concept.

Lire la suite 2 commentaires

Le Mari de mon Frère, tomes 2-3 - Gengoroh Tagame


Mon avis : coup de 💕

Genre : société, homosexualité, famille
Public : tout public
Statut de la série : terminée au Japon
Tomes parus en VF : 3
Tomes parus en VO : 4



Résumé éditeur

La petite Kana est aux anges ! Entre son nouvel oncle venu du Canada, mais aussi l'arrivée surprise de sa mère, la fillette à de nombreuses raisons de se réjouir ! Mais tout le monde, dans le voisinage, ne regarde pas d'un oeil bienveillant l'arrivée d'un homosexuel dans le quartier... Une occasion parfaite, pour Yaichi, de continuer à remettre en cause ses certitudes !



‼️Spoilers possibles du tome 1‼️

Le tome 1 se centrait sur les réactions de Yaichi, mettant l’accent sur le contraste entre ses monologues intérieurs avec ses préjugés et les questions ingénues de Kana. Dans ces volumes on sent que le Japonais non seulement a réussi à passer outre certaines de ses réticences, mais poursuit son introspection. Peu à peu, il ne voit plus Mike comme « le mari de mon frère », « un étranger » ou « un homosexuel », mais comme « Mike » : une personne gentille avec tout le monde - et particulièrement sa fille que Yaichi aime plus que tout au monde -, à la bonne humeur communicative. Un être humain dont les différences ne représentent pas un danger pour lui et ceux qu’il aime, mais au contraire un enrichissement.

C’est d’ailleurs le maître mot de ce manga : l’acceptation de la différence. Bien sûr celle d’une autre orientation sexuelle, mais aussi d’une culture inconnue ou encore d’une composition familiale hors norme. Et, au Japon, la norme joue un rôle extrêmement important ; sortir du moule n’est pas toujours facile ou bien vu.

La composition de la famille de Kana est un des moyens de faire passer ce message : Yaichi est papa solo, revendique son rôle, fait passer le bien de sa fille avant tout le reste. S’il est divorcé, la mère de Kana est toujours présente, mais sa carrière l’occupe beaucoup. Sa relation avec son ex-mari semble à la fois simple et trouble, mais sa philosophie est de ne pas se préoccuper du regard des autres.

Et il s’agit bien dans ces volumes de ce fameux regard. Yaichi se retrouve confronté à la cruauté de l’homophobie de voisins, à la peur du coming-out... et s’il a conscience qu’il n’était pas irréprochable lorsqu’il a rencontré, Mike ces réactions l’ébranlent.

De nouveau, Gengoroh Tagame signe deux tomes portés par des personnages attachants et humains, à la fois une tranche de vie d’apparence légère (d’apparence seulement), une réflexion profonde et une source d’informations. J’ai hâte de découvrir le dernier volume de la série et je sais déjà que j’aurais un pincement au coeur en quittant Kana, Yaichi et Mike.


0 commentaires

Jumping, tome 1 - Asahi Tsutsui


Mon avis : coup de 💕

Genre : tranche de vie, sport, romance
Public : tout public
Statut de la série : terminée au Japon
Tomes parus en VF : 2
Tomes parus en VO : 4


Résumé éditeur

À cause de son écriture très peu soignée, Ran a toujours été la risée de ses camarades de classe. Et pour ne rien arranger, depuis qu'elle a raté ses examens d'entrée à l'université, la jeune femme vit enfermée chez elle, ne sachant plus quoi faire de sa vie. Heureusement, Sayuri, sa seule véritable amie, décide de l'embarquer de force à Aomori, région plus reculée du Japon, où elle fait ses études. Elle y fréquente notamment le club équestre, en parallèle de ses études. Au contact des membres du club d'équitation, mais aussi des chevaux, Ran va, malgré son manque d'assurance, retrouver goût à la vie !


Quand Akata - éditeur que j’affectionne particulièrement - a annoncé un titre qui se déroule dans le milieu équestre j’étais plus qu’intriguée. Je suis une ancienne cavalière et à ma connaissance il n’y avait pas encore de manga sur ce thème. La lecture de l’extrait a achevé de me convaincre d’acheter le tome 1.

On y suit Ran, jeune fille angoissée, incapable de trouver sa place dans la société, sans estime d’elle-même. Son personnage pourrait être agaçant, son comportement assimilé à de l’auto-apitoiement, mais nous la voyons au contraire se débattre dès le départ pour changer les choses. Cependant son anxiété est la plus forte et la freine littéralement aux portes d’un examen. Par ailleurs cette dernière cache une grande sensibilité et empathie pour autrui : ce sont des caractéristiques que je ne peux que comprendre, aussi Ran a su me toucher.

Son petit rayon de soleil porte le nom de Sayuri, aussi extravertie que Ran est introvertie. Pour une raison qui échappe à celle-ci, la dynamique  jeune fille lui offre son amitié et la pousse à des changements. J’adore Sayuri, elle est hyperactive, drôle et bienveillante : si elle donne l’impulsion à son amie, elle ne la juge jamais et ne la couve pas, confiante en la capacité de Ran à avancer.

Face aux chevaux, Ran est à la fois fascinée et effrayée. Et elle, la jeune fille paumée, se retrouve le sujet de l’affection d’un cheval pourtant considéré comme brisé et impossible à monter. Tsugaru recherche sa compagnie et l’accepte docilement comme cavalière au grand étonnement de tous les membres du club. 

Particulièrement celui d’Hinagata : malgré son affection évidente pour l’animal, il ne parvient plus à communiquer avec lui. Cette fille inconnue et débutante l’intrigue donc sérieusement. Hina est également le beau gosse, intérêt romantique de l’héroïne, cependant loin de tomber dans les clichés du shojo, c’est surtout un adorable maladroit social, en contradiction directe avec son physique attirant. 

Jumping est finalement un titre qui pourra plaire à tous. Bien sûr l’intrigue se déroule autour des chevaux, mais ce n’est pas vraiment un manga de sport, plutôt une histoire de recherche et de construction d’identité pour Ran, et je pense aussi pour Hina. Les chevaux sont plus là comme des thérapeutes que pour l’aspect compétition, en tout cas dans ce premier tome, où l’affection de Tsugaru donne à Ran une motivation pour se surpasser.


0 commentaires

C’est lundi que lisez-vous ? 09/10/17


Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?


Pas de roman cette semaine, je n’ai même pas commencé celui que j’avais prévu ! J’ai tenté de lire une fanfic sans accrocher et je fais une bêta-lecture, du coup j’avais besoin de mangas à côté.


Devil’s Line, tome 3 - Ryo Hanada
Relecture toujours



Kon no Ki Konoha - Yumeka Sumomo (Mizu Sahara)
Une histoire courte dans le style de Hotarubi no Mori e par l’auteure du Chant des Souliers Rouges. On retrouve la poésie de Mizu Sahara mais comme toujours avec les « nouvelles » je suis frustrée par la longueur.


How many grams do you have love ? - Tokiko Harumaki
Un BL sans prétention, pas génial mais pas illisible (je continue de profiter de mon abonnement chez IDP-BL)
(Au passage j’ai rien contre les titres en anglais, mais si ça pouvait être de l’anglais correct ça serait pas mal...)


Les Enfants de la Baleine, tomes 1 à 7 - Abi Umeda 💕
Relecture des 4 premiers et découverte des suivants en prévision de la sortie de l’animé. Je n’aurais qu’un mot pour qualifier ce manga : chef-d’œuvre.

Chroniques du tome 1, tome 2 et tome 3


The Ancient Magus Bride, tome 1 - Kore Yamazaki 💕
Autre relecture pour enchaîner sur les derniers tomes et me préparer pour l’animé qui vient de commencer.


Lire la suite 7 commentaires

C’est lundi que lisez-vous ? 02/10/17


Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

J'ai décidé d'intégrer aussi les fanfictions que je suis assidûment dans ce rendez-vous, car elles prennent une bonne part de mes lectures depuis quelques mois. Et c'est l'occasion de partager mes préférées.

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Qu’ai-je lu la semaine passée ?


Peu de mangas pour une fois ! Le roman et les fanfictions ont occupé une bonne partie de mon temps de lecture.


À l’ombre de nos secrets - Lily Haime 💕
Coup de coeur pour cette romance historique poignante

Chronique à venir (sans doute - oui j’ai un retard de dingue de ce côté)


The Rules for Lovers, chapter 16 - ADreamingSongbird 💕
Une mise à jour rapide de cette fanfiction avant que l’auteure la mette en pause quelques semaines.



Never Look Away, chapter 21 - Gabapple & Mamodewberry 💕
Une autre de mes fanfictions Yuri on Ice préférées.



The Beast is next to me - Nase Yamato
Je profite de mon abonnement ebook chez IDP pour découvrir des titres. Celui-ci n’est pas inoubliable mais je l’ai lu en entier (contrairement à d’autres).

Lire la suite 7 commentaires

Bilan septembre 2017


Je tente donc de reprendre mes bilans mensuels, sans garantie d’être assidue... Je crois que le dernier date d’il y a 1 an !

Pour rappel, tous mes articles de blog sont listés, classés par thème, sur cette page de sommaire.

Lectures

Roman

Lire la suite 0 commentaires

C'est lundi que lisez vous ? 25/09/17


Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

J'ai décidé d'intégrer aussi les fanfictions que je suis assidûment dans ce rendez-vous, car elles prennent une bonne part de mes lectures depuis quelques mois. Et c'est l'occasion de partager mes préférées.

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.


Qu'ai-je lu la semaine passée ?


Keeper of the Lost Cities, volume 5 - Shannon Messenger 💕
Ça y est, je l'ai terminé ! Encore un excellent tome, vivement la suite !

Chroniques des précédents :


The Rules for Lovers, chapter 15 - ADreamingSongbird 💕
Je suis complètement accro à cette fanfiction Yuri on Ice.



Devil's Line, tome 2 - Ryo Hanada
Toujours en relecture, j'avance doucement dans cette série.

Chronique :


I want to say Love - Kotetsuko Yamamoto
Un BL mignon comme sait toujours le faire cette mangaka, mais pas son meilleur.

Chronique de la même auteure :


Le Mari de mon Frère, tomes 1-3 - Gengoroh Tagame 💕
J'ai relu les 2 premiers, enchainé sur le 3, c'est toujours aussi excellent.

Chroniques :
Tomes 2-3 : à venir

Lire la suite 7 commentaires

C'est lundi que lisez vous ? 18/09/17


J'avais abandonné ces posts par manque de temps, énergie, lectures de romans... Je tente donc de reprendre, pas sûre d'être régulière.


Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?


On a reçu une commande de mangas de France et acheté certains en numérique pour compléter des séries !


Devil's Line, tome 1 - Ryo Hanada
Relecture pour enchaîner sur la suite, ma fille est fan et voulait continuer la série alors j'en profite. Du coup on a jusqu'au tome 8.

Chronique :


Le Requiem du Roi des Roses, tomes 1 à 7 - Aya Kanno 💕
Relecture pour les 5 premiers, découverte pour les 6 et 7 et mon coeur a fait le yoyo ! Un de mes titres préférés.

Chroniques : 
Tomes 2 à 4


Jumping, tome 1 - Asahi Tsutsui 💕
Une chouette découverte !

Chronique à venir


Zombie Cherry, tomes 1 à 3 - Shoko Conami
Relecture pour les 1-2, et j'ai conclu la série avec le 3. Je suis un peu partagée sur ce volume, il y a à la fois du très bon et des déceptions à mon goût.

Chroniques :
Tome 3 : à venir


Perfect World, tomes 1 à 4 - Rie Aruga 💕
Relecture des 2 premiers pour enchaîner sur les 3-4. Le 3 est un peu en-dessous des autres je trouve, mais ça reste une excellente série. 

Chroniques :
Tomes 3-4 : à venir

Lire la suite 5 commentaires

Like the Beast, tomes 1 à 9 - Yamamoto Kotetsuko


Mon avis : coup de 💕

Genre : Boy's Love, comédie
Public : adulte (scènes explicites)
Statut de la série : en cours
Tomes parus en VF : 8 - mais le 9 est déjà en ligne dans l'abonnement ebook de l'éditeur
Tomes parus en VO : 10 


Résumé éditeur

Tomoharu Ueda, officier de police dans un petit poste local, mène une vie plutôt tranquille, jusqu'à ce qu'il fasse la rencontre d'Aki Gotôda, fils du chef d'un clan yakuza, à la poursuite d'un voleur de sous-vêtements. Le lendemain matin, Aki se présente chez lui pour le remercier de son aide... et se retrouve à lui faire une déclaration d'amour ! Interloqué, Ueda lui répond qu'il vaut mieux qu'ils apprennent à se connaître, mais c'est sans compter l'obstination d'Aki, prêt à tout pour arriver à ses fins. 
Policier et yakuza : l'amour pourra-t-il naître entre ces deux hommes que tout oppose ?



Yamamoto Kotetsuko est une auteure de Boy's Love que j'affectionne pour ses couples mignons, aux histoires tendres et souvent drôles. Et Like the Beast est mon préféré, mon "manga doudou" pour les coups de blues tant c'est léger, fun et les deux héros sont attachants.

En effet, le résumé pourrait laisser penser à une histoire d'amants maudits, cela pourrait être sombre et compliqué et... pas du tout ! Tomoharu et Aki se moquent bien des difficultés, ils sont amoureux et c'est tout ce qui compte à leur yeux. Deux amoureux idiots comme dirait une amie qui se reconnaîtra !

Et si leur histoire fonctionne, c'est grâce à leurs personnalités. Aki est un yakuza adorable - oui c'est bizarre dit comme ça mais c'est un fait -, impulsif, excessif dans la colère comme dans l'enthousiasme, son caractère est aussi flashy que ses vêtements hideux - son principal défaut. Tomoharu lui est gentil avec tout le monde indifféremment, n'a peur de personne, il est en fait assez bizarre ! Mais grâce à cette étrangeté il ne rejette pas la confession d'Aki, le laisse entrer dans sa vie et - évidemment - tombe amoureux à son tour.

La dynamique de leur couple est teintée de respect et d'égalité. Ici, pas de clichés d'un personnage plus efféminé dominé par l'autre, au contraire Aki est d'une énergie dévastatrice, et parfois Tomoharu a du mal à suivre - que ce soit son appétit sexuel ou ses raisonnement tordus. Réciproquement, Aki ne cherche pas à changer son partenaire, même si leur vie serait simplifiée s'il quittait la police, il l'aime vraiment tel qu'il est. Autre point que j'apprécie : il s'agit d'une relation entre deux adultes. Si j'aime aussi les histoires avec des ados sans expérience, c'est rafraîchissant de suivre des adultes bien dans leur peau et leurs désirs.

Bien sûr leur situation les obligent à garder leur relation discrète, et n'est pas sans apporter son lot d'ennuis. Enlèvements, acceptation d'un policier par la famille d'Aki et diverses autres péripéties ponctuent leur histoire, et l'on ne s'ennuie jamais avec eux. 

Si vous cherchez un titre "feel-good", mignon, sans prise de tête mais pas niais pour autant, Like the Beast est un choix idéal !


0 commentaires

Le Requiem du Roi des Roses, tomes 5-7 - Aya Kanno


Mon avis : coup de 💕 

Genre : historique, drame
Public : grands ados et adultes
Statut de la série : en cours
Tomes parus en VF : 7
Tomes parus en VO : 8




Résumé éditeur 

Alors que le comte de Warwick était enfin parvenu à arranger les fiançailles d'Édouard IV et de Bonne de Savoie, une alliance censée asseoir son pouvoir en lui assurant le soutien de la France, le nouveau souverain d'Angleterre annonce son mariage avec Élisabeth Woodville ! 
Trahi, le faiseur de rois prépare sa vengeance... Richard, jusque-là extérieur aux intrigues de cour, est bouleversé lorsqu'il prend conscience que le trône pourrait être à sa portée. Mais à la nouvelle de la capture d'Henri de Lancaster, il se précipite au château avec une seule idée en tête : le passer au fil de l'épée de ses propres mains... 



‼️SPOILERS DES TOMES PRÉCÉDENTS‼️


Le résumé éditeur correspond en réalité au tome 4. En ce début de volume 5, Edouard d'York est entre les mains de Warwick qui l'a trahi, entraînant le propre frère de l'actuel roi, Georges - dont le principal défaut est d'être naïf et manipulable. Dans le même temps, Warwick joue sur les deux tableaux et a promis sa fille aînée Anne à Édouard de Lancaster pour sceller son alliance avec Marguerite et la couronne française.

Sauf que ledit Édouard est amoureux de Richard, qu'il croit toujours être simplement une femme déguisée en homme. Et ce dernier réalise peu à peu ses sentiments pour Henri dont il ignore toujours l'identité.

On retrouve Richard, alors qu'il a décidé de se ranger du côté de son frère le plus âgé et projette de le faire évader avec l'aide de Catersby, l'une des rares personnes à connaître son secret. Édouard de Lancaster tombe sur lui et lui vient en aide, espérant gagner ses faveurs, et acculer Warwick au passage pour qu'il se range vraiment côté Lancaster. Quant à Buckingham, il continue de murmurer dans l'oreille de Richard pour le pousser sur le trône.


Bref, ça ne se simplifie pas, pour notre plus grand plaisir ! Avec le tome 7, la mangaka nous annonce la fin de la première partie de l'histoire et elle a admirablement su construire son intrigue pour monter en puissance jusqu'à un final bouleversant. 

Aya Kanno continue de tisser une toile mêlant intrigues politiques, action, sentiments et folie. Sa galerie de personnages est incroyablement riche et attachante : de nouveau aucun manichéisme, ils ont tous leurs défauts et qualités. Ce n'est pas la morale qui dicte les choix de chacun, mais ils agissent selon des motivations bien concrètes et humaines. Ils recherchent le pouvoir, l'amour, la vengeance, la sécurité pour leur famille, parfois tout à la fois, et peuvent trahir d'un claquement de doigts si leur intérêt va dans ce sens.


Résultat ? J'aime autant Richard qu'Henri, son fils Édouard ou Anne. Tout comme eux, mon coeur est partagé entre les ennemis jurés et quel que soit le vainqueur au final, je sais que ce sera un déchirement. D'ailleurs le dernier tome m'a fait pleurer à plusieurs reprises et je l'ai refermé complètement sonnée.

En effet, même si Richard est torturé par son identité et ses fantômes, même s'il devient de plus en plus impitoyable, je ne peux pas le détester. Il est à la fois touchant, inquiétant, rusé, fort et fragile... en un mot : fascinant. Quant à Henri, si sa douceur nous le rend sympathique, il n'est qu'une marionnette dans ces jeux de pouvoir, tour à tour aux mains de son épouse, de son fils ou de Warwick. Il prend son rôle comme un fardeau inévitable, ses emprisonnements avec fatalité, et ne semble finalement vivant qu'aux côtés de Richard.

Dans ces volumes j'ai été particulièrement touchée par les personnages d'Edouard de Lancaster et Anne, eux aussi coincés entre leurs sentiments et leur devoir, et dont la relation connaît une évolution intéressante.


Je ne veux pas trop en révéler sur l'intrigue, mais je salue la courageuse mise en scène des questions relatives au genre et à la sexualité par la mangaka. Cet ajout à la pièce originale de Shakespeare lui donne une touche moderne et psychologique, tout en restant universel grâce à l'aspect historique et politique. À travers l'hermaphrodisme de Richard, Aya Kanno joue à la fois sur ses côtés masculin et féminin, brouillant les frontières, interrogeant sur les stéréotypes. Ses personnages féminins participent à soulever ces questions, loin d'être là pour se fondre dans la tapisserie, elles tiennent le pouvoir - littéralement pour Marguerite ou à travers ses manipulations pour Elizabeth - ou aspirent à autre chose que le rôle déterminé par leur naissance comme Anne.


Un mot du graphisme pour finir. Je ne vais pas être originale par rapport aux chroniques précédentes, je suis en admiration devant le trait d'Aya Kanno. Elle sait transcrire l'ambiance gothique, les sentiments, les crises hallucinatoires, les flash-backs à travers ses dessins et sa mise en scène. C'est beau, c'est fort, ça bouleverse vraiment, j'étais littéralement en apnée sur certains passages.


À présent j'ai hâte de lire le prochain volume ! La dernière page nous laisse à un moment clé, à partir duquel tout est imaginable, même si je m'attends à avoir le coeur brisé de nouveau par la suite.


0 commentaires

Idées reçues sur les mangas



Parmi les types de lecture qui existent, il y en a un que j'ai découvert tardivement et dont je suis tombée amoureuse : le manga. C'est probablement aussi celui qui est le victime de plus de préjugés négatifs, ce qui a je pense contribué à mon manque d'intérêt jusqu'à récemment, tout simplement par méconnaissance.

En effet, lors d'un appel à témoignage que j'ai lancé sur les réseaux sociaux, les lecteurs de manga ont partagé avec moi les remarques qu'ils essuient sur leurs lectures. Certaines revenaient très souvent, parfois avec des contradictions flagrantes ! Il est évident que pour chaque idée reçue je peux trouver des titres qui y répondent - jamais toutes à la fois ou alors il y a un truc qui m'échappe -, mais de là à mettre toutes les oeuvres dans le même panier... Au contraire, si j'effectue une démarche scientifique carrée, il me suffit d'un contre-exemple pour démonter l'hypothèse "tous les mangas sont..."

Cet article s'adresse donc essentiellement aux néophytes, en espérant leur donner envie de découvrir cet univers très riche. Une bonne partie de ce que j'écris dans cet article peut également s'appliquer aux animés japonais.


Quelques définitions


Commençons par le commencement : qu'est-ce qu'un manga ? C'est tout simplement le terme japonais pour désigner leurs BD et par conséquent cela regroupe des titres d'une diversité aussi riche que les BD franco-belges. Je ne m'étendrai pas sur les titres de type manga d'autres origines (Chine, Corée, France...), par souci de simplification.

Du fait de leur provenance, les mangas se lisent presque tous "à l'envers" (pour nous). Je vais tout de suite écarter ce "reproche" fait par certains néophytes : il faut à tout casser une dizaine de pages pour s'y habituer. Et ce n'est pas parce que j'ai grandi avec, j'ai commencé à en lire à plus de 30 ans.

Au Japon, les mangas sont d'abord pré-publiés dans des magazines, chapitre par chapitre, avant d'être édités sous forme de livres. Je vous ai mis ci-dessus quelques exemples de ces périodiques qui publient des séries que je suis assidûment. Ces magazines sont traditionnellement classés selon le lectorat visé et ces "cases" ont été globalement adoptées par le système éditorial français :
- kodomo, pour les moins de 10 ans ;
- shonen, pour les garçons de 8-18 ans ;
- shojo, pour les filles de 8-18 ans ;
- seinen, pour un public masculin de plus de 16 ans ;
- josei, pour un public féminin de plus de 16 ans ;

Les chiffres de ventes de 2016 en France se répartissent à peu près ainsi (source : Manga News) : seinen 25%, shojo et josei 11%, shonen 63,5% et le reste 0,5%. Ce "reste" comprend essentiellement les titres kodomo et je pense les titres érotiques.

Mais si vous me connaissez un peu vous devez savoir que je n'aime pas les cases... D'autant que les éditeurs français tendent à modifier les classement en fonction de leur public visé plutôt que du magazine d'origine. Et que j'aime des histoires soit-disant pour garçons, et je connais des hommes qui lisent des histoires soit-disant pour filles. Bref, je ne choisis jamais mes lectures en fonction de ça et mes enfants non plus.



Séries en couverture des magazines ci-dessus, de gauche à droite

The Ancient Magus Bride - Kore Yamazaki avec L'Enfant et le Maudit - Nagabe, que je n'ai pas encore lu
Let's Pray with the Priest - Yamamoto Kotetsuko
Hanakoi Tsurane - Natsume Isaku, pas encore (?) édité en France

Lire la suite 2 commentaires

Écriture : que m'apporte la fanfiction ?


Depuis quelques mois, je me suis mise à écrire des fanfictions, un exercice que je n'avais pas prévu de tenter et qui m'apporte beaucoup en tant qu'auteure. 

Petit point sur ce que c'est, pourquoi et comment je m'y suis mise et en quoi cela enrichit ma pratique de l'écriture.


Fanfiction : kézako ?


La fanfiction est comme le nom l'indique, une fiction écrite par des fans. Fans de quoi ? D'un univers existant : cela va de Star Wars, à Harry Potter, en passant par Fullmetal Alchemist, Buffy ou Hunger Games, ou même des jeux vidéos.

De nouvelles histoires sont créées à partir de ces licences, soit en reprenant les personnages, soit le cadre, soit les deux. Cela peut suivre l'intrigue originale - on parle alors de "canon-compliant" - pour la compléter, la poursuivre, se centrer sur des personnages secondaires... ou changer complètement. Les personnages peuvent évoluer dans un univers alternatif, on peut faire des cross-over (croisements entre licenses), cela peut être de la romance, de la fantasy, du thriller... Bref, les possibilités sont aussi vastes que l'imagination.

Bien entendu, les droits n'appartiennent pas aux auteurs de fanfic, même si certains univers se sont ouverts à la publication avec des reversements de droits (voir Kindle Worlds chez Amazon par exemple). La pratique est globalement tolérée (globalement car certains auteurs s'y opposent officiellement) tant qu'elle n'est pas lucrative. De manière générale ceux qui détiennent les droits n'ont pas tellement intérêt à taper sur les auteurs de fanfic, qui sont des fans hardcore et contribuent à la renommée de la licence. C'est en tout cas la position générale des Japonais qui ne s'opposent même pas à la vente de produits issus de fans, voire l'encouragent avec des conventions comme le Comiket. Certains auteurs se sont aussi prononcés en faveur des créations de fanfictions, parfois avec des restrictions, comme J.K. Rowling qui les encouragent à condition qu'il n'y ait pas de pornographie, afin de protéger son lectorat cible.

Pour plus de précisions, je vous renvoie vers l'article de Wikipédia sur le sujet.



Lire la suite 2 commentaires

TAG : je brûle mes mangas


Alors je vous rassure tout de suite : je ne vais pas vraiment les brûler, j'y tiens beaucoup trop !

L'idée amusante de ce tag est de tirer au sort 2 mangas de sa bibliothèque et de choisir celui qu'on sacrifierait en le brûlant. J'ai mis tous les titres que je possède et que j'ai lu, y compris en numérique, et créé 15 matchs à l'aide d'un générateur aléatoire. Certains choix étaient très faciles, d'autres beaucoup moins...


Idée prise chez Angel Chronicles

1er match : Mon Histoire / Faster than a Kiss


Mon Histoire 🔥

Takéo Gôda est un lycéen pataud bâti comme une armoire à glace. Les filles dont il tombe amoureux s'éprennent toutes de son ami d'enfance : le beau Sunakawa. Mais un jour il sauve une jeune fille des griffes d'un pervers. Et, pour la première fois, il semble qu'une fille craque pour lui !


Faster than a Kiss ❤️

Après le décès de ses parents dans un accident, Fumino Kaji, lycéenne de 16 ans, se retrouve à la rue avec Teppei, son petit frère de 4 ans. Son professeur principal, Kazuma Ojiro les recueille, mais Fumino refuse son aide et le provoque ouvertement assurant qu'il n'irait sûrement pas jusqu'à l'épouser pour s'occuper d'eux. Ojiro s'emporte et l'épouse sur le champ. Fumino a bien l'intention de se servir de cette situation uniquement dans le but de protéger son petit frère, mais les choses ne sont pas aussi simples qu'elles en ont l'air.


Deux comédies romantiques pour ce match, au moins on parle de titres du même genre.
Aucune hésitation, Mon Histoire est amusant mais ne m'a pas emballée plus que ça. Il a le mérite de casser le cliché du héros beau gosse, mais tourne vite en rond à mon goût. Faster than a Kiss est un titre que j'aime beaucoup, léger et tendre, certes cousu de fils blancs mais il se lit comme une friandise !

Lire la suite 2 commentaires

Arte, tomes 1 à 5 - Kei Ohkubo


Mon avis : coup de 💕

Genre : historique
Public : tout public
Statut de la série : en cours
Tomes parus en VF : 5
Tomes parus en VO : 7




Résumé éditeur 

Arte est une jeune fille de famille aristocratique qui vit à Florence lors de la Renaissance italienne. Elle est passionnée de dessin et peinture et rêve d'en faire son métier. Mais lors du décès de son seul soutien, son père, sa mère la somme de cesser cette activité pour se marier. Arte, bien décidée à prendre sa vie en main, se met en quête d'un atelier qui l'accepterait comme apprentie.


Si j'avais rédigé un premier avis à chaud sur le tome 1, j'ai eu envie de refaire un article plus construit sur ses différentes facettes après en avoir lu les 5 premiers tomes. 

Manga à la fois historique et féministe, sur fond d'amour de l'art, le titre fonctionne surtout grâce à son adorable héroïne. Et par là je n'entends pas "fille mignonne sans caractère", bien au contraire !

Un titre féministe

Lire la suite 0 commentaires

Les mille oiseaux d'Hiroshima - Eleanor Coerr


Mon avis : 👍

Genre : historique, histoire vraie
Public : à partir de 8-9 ans



Résumé éditeur

Sadako aime les feux d'artifice, le goût de la barbe à papa, et rêve de courir aussi vite que le vent. Mais Sadako est née à Hiroshima. Une ville ravagée par la guerre. Une ville ravagée par la bombe atomique. Et Sadako a la «maladie de la bombe». Alors, tous les jours, elle plie des oiseaux en papier. Car, selon une vieille légende, elle sera guérie par les dieux si elle en fabrique mille.


Les mille oiseaux d'Hiroshima raconte l'histoire vraie de Sadako Sasaki, une petite fille d'Hiroshima qui a vécu de 1943 à 1955. Nous avons lu ce livre ensemble les enfants et moi, lors de notre visite de la ville, pour ouvrir le dialogue sur ce qui s'est passé le 6 août 1945 et comprendre ce que représente le mémorial des enfants dans le parc, ainsi que les guirlande de grues en origami. Une courte introduction et un bref épilogue permettent de replacer la petite histoire dans la grande, et donc d'intéresser aux évènements de la seconde guerre mondiale.

Si le texte est très simple, l'histoire en est difficile et je ne conseillerais pas de laisser un 8 ans sensible le lire seul. Moi même, sur la fin du livre, j'ai dû faire de gros efforts pour que ma voix ne tremble pas et retenir mes larmes. Cependant cette courte lecture permet de comprendre certaines conséquences de la bombe A sur la vie des habitants, d'autant plus facilement que le jeune lecteur peut s'identifier à Sadako. 

C'est sûrement pour cette dernière raison que la vie de la petite fille a inspiré les enfants du Japon et d'ailleurs. Sadako est comme eux, une enfant pleine de vie, d'énergie, de rêves. Le début du roman en 1954 nous la présente dans sa vie quotidienne - glissant ça et là des éléments de civilisation japonaise -, qui est assombrie par le souvenir de ce jour là et la crainte d'être touché par "la maladie de la bombe". 
La leucémie.

Elle ne rêve que de courir et croquer la vie à pleine dent, mais des vertiges vont peu à peu s'emparer d'elle jusqu'au diagnostic redouté. On suit alors son combat, à la fois décrit sans détour et d'une façon claire pour un jeune public. En parallèle, Sadako et ses proches vont se raccrocher à la légende des grues : s'ils en plient 1000, les dieux lui rendront la santé.

Aujourd'hui encore, des écoles du monde entier envoient des guirlandes colorées de grues à Hiroshima, pour rendre hommage à Sadako, devenue l'emblème de toutes les jeunes victimes de la bombe.


0 commentaires

Japon 2017 : Partie 4, Hiroshima et Miyajima




Après la semaine un peu difficile et décevante à Kyoto, Hiroshima a été une bouffée d'air frais ! Nous sommes immédiatement tombés sous le charme de cette ville à taille humaine aux trams vintage, aux parcs fleuris et habitants accueillants. Mais surtout il s'en dégage une atmosphère très touchante qui ne peut laisser insensible.

De plus, un des sites les plus connus du Japon se trouve à deux pas : l'île de Miyajima.

Parc du mémorial de la Paix


Lieu évidemment incontournable lors d'une visite d'Hiroshima, le parc du mémorial de la paix est à la fois très agréable par son cadre verdoyant et extrêmement émouvant. L'immense espace vert abrite plusieurs mémoriaux en hommage aux victimes de la bombe A et porte ainsi un message de paix.

L'un de ces mémoriaux est consacré aux enfants, victimes non seulement de l'explosion mais aussi des radiations à long terme. La petite Sadako Sasaki, morte d'une leucémie vers 12 ans, est le symbole de ces enfants et son histoire est connue à travers le Japon, voire le monde.

Pendant notre séjour, les enfants et moi avons lu le livre jeunesse Les mille oiseaux d'Hiroshima qui raconte sa maladie, sa mort et comment elle voulait plier 1000 grues en papier pour guérir. Une superstition japonaise raconte en effet que si l'on y parvient, le vœux de guérison est exaucé. Depuis, des guirlandes colorées de grues sont installées à travers le parc, surtout dans le mémorial des enfants. Elles viennent notamment d'écoles du monde entier, en hommage à Sadako, à toutes les victimes et pour la paix entre les peuples.

Découvrir l'histoire de Sadako a beaucoup touché mes enfants, qui se sont identifié à cette petite fille si semblable à eux.

Lire la suite 0 commentaires

Le chant des souliers rouges, tomes 1 à 6 - Mizu Sahara


Mon avis : énorme coup de 💕

Genre : tranche de vie, danse
Public : à partir de 10-12 ans
Statut de la série : terminée au Japon, en cours en France
Tomes parus en VF : 2
Tomes parus en VO : 6


Résumé éditeur 

Kimitaka rêve de devenir basketteur et Takara danseuse de Flamenco. Malheureusement, l’un comme l’autre manque de talent pour exceller dans sa passion. Un jour, ils se retrouvent par hasard sur le toit du collège alors que Kimitaka est sur le point de jeter ses basket rouges et Takara ses souliers rouges de Flamenco. Bien qu’ils ne se connaissent pas vraiment, la conversation s’engage. Chacun dévoile son envie de changer de vie et, comme pour symboliser cette volonté, ils échangent leurs souliers et décident d’embrasser la passion de l’autre. Une nouvelle vie s’offre désormais à eux...


Le chant des souliers rouges est un énorme coup de cœur qui m'a touchée de manière extrêmement personnelle. Petit bijou de sensibilité tant graphique que narrative, au message juste et poétique, il s'est immédiatement fait une place dans mon top 10 manga tous genres confondus.

Difficile de trier mes idées et émotions pour vous le présenter sans trop en dire, mais voici quelques raisons de lire ce magnifique titre.

L'art au service de l'histoire

Lire la suite 0 commentaires

Animé : The Tatami Galaxy


Mon avis : 💕

Genre : psychologique, romance, fantastique ? SF ? Inclassable ! 
Public : adulte
Statut : terminé 
Nombre d'épisodes : 11


Synopsis

Un jeune étudiant entame sa première année dans une université de Kyoto, l'ancienne capitale du Japon. Comme la plupart de ses camarades il entre dans un club de loisirs. Deux ans passent et un évènement étrange ramène l'étudiant à son entrée à l'université. Il profite de cette nouvelle chance pour choisir un nouveau club, vivre une nouvelle vie et faire de nouvelles expériences. Mais à la fin de cette nouvelle période, il est renvoyé à nouveau au début de sa scolarité et le cycle recommence sans fin. Fort heureusement il reste plein de clubs de loisirs à tester et tellement de nouvelles choses à vivre et revivre.



Voici un article qui a été complexe à écrire, tant l'animé l'est lui-même : The Tatami Galaxy est une bizarrerie inclassable mais profondément philosophique. Ne vous laissez pas abuser par le tag SFFF, ici le surnaturel n'est qu'un prétexte à une fable introspective autour des choix de vie et des regrets, dont je suis certaine qu'une bonne partie m'a échappée avec un seul visionnage.

J'espère donc ne pas en dire trop de bêtises en attendant de le revoir plus tard. Pour aujourd'hui voici un petit point sur les éléments qui en font toute la richesse, histoire de vous donner envie de vous y intéresser !

Personnages

Lire la suite 0 commentaires

Japon 2017 : Partie 3, Kyoto



Kyoto, ancienne capitale du Japon, connue pour ses temples et son Histoire, j'en attendais énormément et ça a finalement été un peu une déception. Je pensais être émerveilée à chaque coin de rue comme à Nikko ou dans d'autres villes historiques (Florence par exemple) et... non.

Oui, bien sûr, il y a de beaux sites (blindés de monde), mais sortis de là l'ambiance de la ville ne nous a pas charmé comme à Tokyo ou Hiroshima : beaucoup moins adaptée aux piétons, trop de tourisme de masse, habitants moins accueillants, coût de la vie bien plus élevé qu'à Tokyo... Bref, lorsqu'on reviendra au Japon, on logera plutôt à Osaka et on fera 1 ou 2 jours d'excursion sur Kyoto si on veut y retourner. Je sais que mon avis va à contre-courant de celui de beaucoup de visiteurs, mais voilà, nous avons paradoxalement trouvé Kyoto moins authentique que les autres lieux visités.

À la décharge de la ville en elle-même, j'étais seule avec les enfants pour cette partie du voyage, ce qui n'a pas aidé. Mais j'ai trouvé que tout était de nouveau plus facile une fois à Hiroshima, ou même lors du long voyage retour avec 2 escales dont une d'une journée, et pourtant j'étais toujours seule pour les gérer.

Higashi Honganji


Ce temple bouddhiste est à deux pas de la gare et de la tour de Kyoto. Nous y sommes allés le 8 avril, pour le Hana Matsuri qui fête la naissance de Bouddha, mais il n'y avait rien de spécial à part une statue installée à l'entrée. Pas de vrai matsuri (festival) donc comme je l'espérais.

Lire la suite 1 commentaires

Ikumen-after, tomes 1 et 2 - Kazuma Kodaka


Mon avis : 💕

Genre : romance BL
Public : adulte
Statut de la série : terminée, mais l'auteure vient d'annoncer le début d'une suite en août "Ikumen After + A"
Nombre de tomes : 2


Résumé éditeur 

Jeune cadre surmené et père célibataire d’un petit garçon, monsieur Asakura a du mal à gérer sa situation professionnelle et l’éducation de son fils en même temps.
C’est alors qu’il rencontre Kentarô, lui aussi dans la même situation familiale. Les deux hommes au caractère et au rang social totalement opposé deviennent alors amis, avant de prendre petit à petit conscience de leurs sentiments réciproques...



Deux hommes aux caractères et classes sociales opposés se rejoignent sur leur situation familiale : ils élèvent chacun un enfant, seul, avec des méthodes différentes, mais une préoccupation de leur bien-être identique. D'ailleurs ce sont les enfants qui les rapprochent en premier lieu, les deux garçons s'entendant à merveille, avec une forme de jeune amour très mignon... et beaucoup plus simple que celui des adultes. 

En effet, si Kentarô est divorcé parce qu'il a mis du temps à accepter son orientation sexuelle, Asakura est veuf. Ils sont donc dans un état d'esprit tout à fait différent lors de leur rencontre et face à une éventuelle romance. Cependant, leur parentalité va les rapprocher peu à peu, Kentarô aidant Asakura et son fils à faire leur deuil, les soutenant dans leur quotidien : des difficultés pratiques - comme la cuisine - aux psychologiques, le lumineux Kentarô et son fils sont une bouffée d'air frais pour la famille perturbée par les circonstances. Mais pour autant la relation est à double-sens et équilibrée, Asakura n'hésitant pas à rendre la pareille dès qu'il le peut.

Ikumen-after est donc un BL qui met en scène une romance assez classique, mais douce et respectueuse, bien menée sous le joli trait de Kazuma Kodaka. La présence des deux enfants dans l'équation pourrait faire penser à une thématique autour de l'homoparentalité, mais je n'ai pas trouvé la "problématique" vraiment développée, contrairement à celle des papas solos. En fait, j'ai tout simplement retrouvé des inquiétudes normales de parents de jeunes enfants, des troubles du comportement, aux repas, en passant par les maladies ou les petits qui se mettent en danger sans en avoir conscience. Avec l'annonce d'une suite - dans laquelle les enfants semblent plus grands et la famille déjà formée - il est possible que les spécificités liées à l'homoparentalité soient plus creusées.


NB : Ce titre ne contient pas de scènes explicites, pour autant je ne le qualifierais pas de tout public : les discussions sont parfois très adultes, abordant sans détour la masturbation ou le porno. Je préfère le préciser car je suis tombée sur des articles ou des listes de conseil qui l'indiquait tout public voire jeunesse...

La Passe-Miroir, tome 3 - Christelle Dabos


Mon avis : 💕

Genre : fantasy steampunk
Public : young adult
Statut de la série : en cours
Tomes parus : 3 sur 4 prévus



Résumé éditeur

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ? 

Dans un troisième livre vibrant, Christelle Dabos explore la merveilleuse cité de Babel. En son cœur, un secret insaisissable, qui est à la fois la clef du passé et celle d’un futur incertain.



‼️SPOILERS DES TOMES PRECEDENTS‼️


Si vous me suivez un peu, vous devez savoir que la saga de La Passe-Miroir fait partie de mes romans favoris, rivalisant dans mon coeur avec Harry Potter. Je n'ai donc pas traîné à lire ce troisième tome, rapidement dévoré ! Une fois de plus je me suis laissée emporter dans ce monde, surprendre par plusieurs retournements de situation et ce volume a fait accélérer mon coeur à plusieurs reprises.

Ellipse temporelle entre la fin du tome 2 et celui-ci, il s'est passé presque 3 ans depuis l'étrange mariage d'Ophélie et Thorn, ainsi que la disparition de celui-ci. De retour à Anima, Ophélie étouffe, surveillée par les Doyennes, et dans la crainte que ses gestes soient également scrutés par Dieu. Elle trouve tout de même le moyen de leur fausser compagnie - et je ne vous dirai pas comment, ce serait gâcher la surprise - pour rejoindre l'arche de Babel.

Dans cet opus j'ai trouvé l'influence d'Alice au Pays des Merveilles encore plus marquée : des dodos, en passant par les panneaux indicateurs loufoques, au monde régit par de multiples conventions absurdes... le côté Lewis Caroll est omniprésent, mais toujours aussi bien remanié. Une fois de plus, Christelle Dabos reprend des classiques culturels - mythologie, littérature de l'absurde, références bibliques - et les exploitent à sa façon très personnelle pour créer un monde cohérent.

L'arche de Babel ne fait pas exception, avec sa culture et géographie différentes d'Anima et du Pôle. À la fois melting-pot culturel et carcan rigide, dépositaire de la mémoire des Hommes et source de censure éhontée, Ophélie se voit obligée de s'y adapter, avec toujours autant de courage malgré les dangers et difficultés. Notre héroïne se réinvente ici sur plusieurs plans, alors qu'elle est seule face à l'adversité, plus seule qu'elle ne l'a jamais été, mais aussi plus décidée que jamais à retrouver Thorn et découvrir la vérité sur leur monde.

Nos autres personnages préférés ne sont pas oubliés - heureusement pour la fan d'Archibald que je suis - et ne restent pas les bras croisés eux non plus. La fin de ce tome laisse présager un final sous tension et l'attente va de nouveau être longue !

2 commentaires

Animé : Hotarubi no mori e


Mon avis : ❤️

Genre : mythologie, romance
Public : tout public
Statut : un unique OAV de 45 minutes


Synopsis

Alors qu'elle n'a que six ans, Hotaru se perd dans une forêt pendant ses vacances d'été.
Secourue par une personne portant un masque de youkai prénommée Gin, il se présente comme un esprit de la forêt. S'il touche un être humain, il disparaît.
Hotaru, intriguée par cette personne, décide de passer ses vacances d'été avec lui. Une amitié naît alors entre eux.
Depuis ce jour, Hotaru vient rendre visite à Gin chaque année à la même période.


Hotarubi no mori e ("dans la forêt des lucioles") est un OAV qui met en scène une histoire courte de Yuki Midorikawa, l'auteure du Pacte des Yokai (voir mon article sur cet animé ici : https://opaledefeu.jimdo.com/2017/01/12/anim%C3%A9-natsume-yuujinchou/ ). Les histoires ne sont pas liées, mais on y retrouve la même ambiance et le personnage de Gin n'est pas sans rappeler Natsume.

On y suit l'évolution de la relation d'Hotaru, petite fille puis adolescente humaine, avec Gin, un yokai de la forêt. Chaque été, ils se retrouvent, passent tout leur temps libre ensemble dans cette forêt peuplée d'esprits et aux paysages figés dans le temps. Tout comme Gin, qui reste identique au cours de la dizaine d'années qu'ils partagent, tandis qu'Hotaru se transforme peu à peu. 

Et ce n'est pas le moindre mur entre eux : la menace de la disparition de Gin si elle venait à le toucher ne leur permet jamais tout à fait d'être spontanés. Ce danger plane sur eux pendant toute l'histoire, malgré la légéreté des étés passés ensemble. À plusieurs reprises il leur est rappelé, soit par les yokai de la forêt, soit par des gestes réprimés entre eux.

Cet animé est une jolie histoire courte, à la fois douce, tendre et émouvante, sur fond de mythologie japonaise.

2 commentaires

Japon 2017 : Partie 2, Nikko




Je poursuis le récit de notre séjour au Japon avec notre excursion d'une journée à Nikko.



Nikko est une petite ville nichée au milieu des montagnes à environ de train 2h de Tokyo. On peut prendre plusieurs lignes pour s'y rendre, nous avons opté pour le shinkansen. Dans tous les cas on finit dans un tout petit train dont la voie se réduit à une seule au bout d'un moment : impossible de croiser ceux qui arrivent dans l'autre sens, il faut prendre chacun son tour !


La visite est donc faisable sur une journée, mais ça fait tout de même une grosse journée avec des enfants. Cependant je ne regrette pas une seconde, car c'est une des visites les plus époustouflantes de notre séjour ! Si on y retourne nous opterons probablement pour au moins 2-3 jours sur place en revanche, d'autant que la ville regorge de onsen.

Si Nikko est si touristique c'est notamment parce qu'elle abrite des sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Au milieu d'une forêt d'immenses cèdres, on découvre plusieurs temples et sanctuaires de toute beauté. Le cadre est enchanteur, presque carte postale, et malgré le monde on ne peut qu'être subjugué.

Les lieux sont intimement liés à la famille des Tokugawa, figures importantes de l'Histoire du Japon puisque Ieyasu Tokugawa - qui y est inhumé - est le fondateur du système du shogunat.

Lire la suite 1 commentaires

Les Brigades Immunitaires, tome 1 - Akane Shimizu


Mon avis : 👍

Genre : vulgarisation scientifique, aventure, humour
Public : à partir de 10-12 ans
Statut de la série : en cours
Tomes parus en VF : 1
Tomes parus en VO : 4


Résumé éditeur

Savez-vous ce qui se passe dans votre organisme quand de terribles microbes débarquent ? Des brigades immunitaires d’élite, toutes plus impitoyables les unes que les autres, sont chargées de les éradiquer pour protéger les autres cellules et les
globules rouges...
Pneumocoque, allergie, grippe, éraflure...
Les batailles pour votre santé ne font que commencer !


Voilà un manga d'action qui détone dans le paysage éditorial. On a bien des horribles monstres, des héros badass, des planches dynamiques et de l'humour... mais tout cela est prétexte à faire découvrir le fonctionnement du système immunitaire !

Évidemment, la première comparaison qui nous vient à l'esprit est le bien connu dessin animé "Il était une fois la vie". Le point commun est bien sûr de personnifier les cellules et permettre une vulgarisation scientifique. Ce titre est cependant plus moderne (vu la différence d'âge, ça se comprend) et plus... manga tout simplement ! À ce titre on y retrouve une mise en page et des scènes d'action classiques pour un shonen : parfait pour intéresser les ado amateurs du genre, comme ma fille de 12 ans. Le tout en faisant passer le message avec des personnages attachants et des comparaisons claires.

L'intrigue suit une mignonne hématie dont le sens de l'orientation laisse quelque peu à désirer. Pour effectuer ses livraisons de dioxygène et de dioxyde de carbone, elle doit emprunter la circulation sanguine dans laquelle elle se perd régulièrement.


Les fonctions des cellules et du corps humains sont ainsi représentées par des comparaisons simples, puis expliquées par des petits encadrés. Notre hématie se retrouve bloquée par des portillons - les valves - lorsqu'elle veut prendre le flux sanguin à contresens, se fait enguirlander en se perdant dans le système lymphatique - dont les globules rouges sont absents - et se retrouve aux prises avec des agents pathogènes.

C'est là qu'interviennent les cellules du système immunitaire, et notamment un leucocyte au matricule 1146. Tous deux se croisent sur les différents cas : infection, allergie, éraflure. Le fait de choisir des personnages récurrents les rend attachants et permet une meilleure implication du lecteur.

Chaque type de cellule a une personnalité qui dépend de sa fonction. Les leucocytes sont des badass qui bondissent sur les envahisseurs en premier (les cellules les plus rapides en cas d'attaque), les lymphocytes T killer sont des fous furieux, les lymphocytes B helper des commandants, les cellules mémoires ont des petits carnets, les thrombocytes sont d'adorables bambins (les plus petites cellules du système immunitaire)... Quant aux bactéries et virus, ce sont d'hideux monstres.

Lire la suite

Japon 2017 : Partie 1, Tokyo


Cette année, de fin mars à mi-avril, nous avons réalisé un des voyages de nos rêves : le Japon. Un pays qui nous attirait énormément, pour plein de raisons, qui aurait donc pu nous décevoir tant nos attentes étaient grandes. En réalité, ce voyage était encore mieux, grâce notamment à la gentillesse incroyable des Japonais. À peine le temps de chercher notre chemin sur un plan que des personnes venaient spontanément nous proposer leur aide ! Les gens sont souriants, surtout avec les enfants, entament volontiers la conversation, et comme il y a assez peu d'étrangers (à part à Kyoto et l'ambiance s'en est d'ailleurs ressentie) il est vraiment facile de rencontrer les locaux.

Petit résumé de notre séjour en famille qui est passé par Tokyo, Nikko, Kyoto, Hiroshima et Miyajima, au milieu de la fameuse floraison des sakura, en plusieurs articles. Cette première partie parlera de notre séjour à Tokyo.

J'ai déjà évoqué notre gestion et nos découvertes de l'alimentation dans mon article "Voyager avec des allergies alimentaires".



Si nous nous attendions à nous sentir oppressés par la foule et l'activité de la capitale, cela n'a pas du tout été le cas. Tout d'abord les quartiers frénétiques sont très localisés et nous logions au contraire dans un coin très calme, avec le chant des oiseaux et très peu de circulation. 
Par ailleurs, les Japonais sont respectueux et zens, ce qui rend les bains de foule nettement plus gérables qu'en France. Y compris à l'heure de pointe dans le métro. Et je peux vous dire que ça n'a rien à envier à Châtelet question activité ! Simplement, il règne un calme incroyable et appréciable, ce qui rend les transports avec des enfants (surtout TDAH) beaucoup plus vivables.

Tokyo nous a charmé par la diversité des activités, de l'architecture, l'accueil des habitants, l'accès à la pop culture. Tout ce qu'il faut pour plaire au plus grand nombre.

Sakura et hanami

Lire la suite 3 commentaires

Animé : Le Rakugo ou la Vie - Saison 2


Mon avis : chef-d'œuvre ! ❤️❤️❤️❤️

Genre : arts, historique
Public : visible par tous, mais trop complexe pour les moins de 12 ans environ
Statut : terminé 
Nombre d'épisodes : 13 pour la saison 1, 12 pour la saison 2

Ma chronique de la saison 1 :


Synopsis

Après 10 ans d’apprentissage sous la direction du maître Yakumo, Yotarô arrive au sommet en devenant shin’uchi. Malgré cela, il a choisi de reprendre le nom de Sukeroku pour prendre la succession non pas de son maître mais du père de Konatsu. On pourrait croire que tout lui réussit mais ce n’est pas vraiment le cas. En effet, le Rakugo reste un art en plein déclin. Et il s’inquiète aussi pour Konatsu, devenue mère célibataire. Yotarô, maintenant Sukeroku 3e du nom, sera-t-il à la hauteur des défis qu’il a lui-même décidé de relever ?


Si la saison 1 du Rakugo ou la Vie était excellente, la seconde relève tout simplement du chef-d'œuvre. L'intrigue est toujours aussi bien menée, les personnages complexes, l'animation parfaite. Vraiment, je pourrais écrire des pages de superlatifs sur ce superbe animé.

À la place je vais là encore essayer de trier ma chronique sur trois axes. Tout d'abord, de nouveau, le rakugo lui-même, avec son évolution mais surtout sa sauvegarde. Ensuite, de nouveau là aussi, la narration. Enfin le thème de la famille, la transmission et la rédemption, tout aussi central dans cette saison.

Une fois encore tout cela est intimement lié, et si le synopsis officiel est centré sur Yotaro - qui effectivement prend beaucoup plus d'importance - le personnage principal reste selon moi Yakumo.


‼️ATTENTION cet article comporte des spoilers de la saison 1‼️

Le Rakugo : évolution et sauvegarde

Lire la suite 0 commentaires

Voyager avec des allergies alimentaires


De retour de trois semaines au Japon, j'ai eu envie de partager nos trucs et astuces pour voyager malgré nos allergies alimentaires. Autant vous le dire tout de suite : c'est compliqué, parfois même TRÈS compliqué et frustrant. Mais j'aime trop voyager pour m'en priver, alors on essaye de faire avec.

J'ai déjà partagé notre expérience lors d'un podcast en anglais pour Epic Education, mais c'était avant le Japon et donc un pays dont nous ne maîtrisons pas la langue. 


Avertissement préalable : cet article est le fruit de notre expérience uniquement, adapté donc à notre type d'allergie et notre famille. Ce n'est en aucun cas un conseil médical et je vous invite à adapter les astuces à votre cas particulier.

Pour notre cas, nous avons des allergies de type retardé. Cela signifie que notre vie n'est pas en jeu (ouf), mais que les réactions peuvent durer sur plusieurs semaines voire mois (aïe). Les douleurs digestives sont au mieux inconfortables, au pire insupportables (à en tourner de l'œil, je n'exagère pas), la fatigue est écrasante, l'humeur des enfants épouvantable et je ne parle pas des crises de fibromyalgie que cela me provoque. Bref, notre régime est normalement strict, mais les accidents ne sont pas absents surtout en voyageant...

1er défi : l'avion


Si le trajet n'est que de maximum 3-4 heures tout va bien, prenez de quoi grignoter, pas de quoi en faire un plat. Au-delà, ça se complique. Surtout si vous cumulez les allergies comme nous.

En effet, les compagnies aériennes proposent des repas pour les régimes spéciaux. MAIS (et ce n'est pas un petit mais) uniquement gluten free ou dairy free ou... Bref, oubliez la possibilité d'avoir un plateau pour poly-allergique, j'ai demandé, on m'a répondu impossible.

Donc que faire ? 

Jusqu'ici nous avons opté pour demander le sans gluten et slalomer entre les plats pour éviter le lait (je ne parle même pas du soja *soupir*). Nous pouvons nous le permettre parce que comme je le disais avant notre vie n'est pas en jeu, mais je le déconseille fortement. Tout d'abord nous n'avons pas toujours la liste des ingrédients de ce qu'on nous sert (c'est même minoritaire), et selon la compagnie celle-ci est illisible (oui mon chinois est limité j'avoue). Je vous le dis tout net : on a joué, on a parfois perdu. 
Résultat pour le prochain voyage je pense qu'on demandera le plateau 100% fruits qui est proposé, au moins pas de risque.

Dans tous les cas je conseille TRES fortement d'emmener de la nourriture compatible avec soi pour le vol. Entre les fois où nos plateaux spéciaux ont été donné à d'autres passagers par erreur, les fois où on ne pouvait rien manger, etc, ça nous a bien sauvé. Le truc étant qu'en partant de chez soi c'est simple de trouver / préparer ce qu'il faut, quand on quitte un pays inconnu c'est une autre histoire... Et je ne parle pas de l'encombrement quand vous avez deux jours de voyage (Paris-Vanuatu genre au pif).

Attention aussi à l'arrivée à ne pas faire rentrer des aliments interdits, comme les fruits frais en Australie / Japon / Chine / Vanuatu pour ne citer que quelques exemples que je connais. Les amendes sont sévères, ne prenez pas de risque. Mais vous pouvez les prendre sur les vols avec vous si vous les consommez ou les jetez avant le passage de la quarantaine.

D'ailleurs si vous avez des escales il est indispensable d'avoir de quoi dépanner. À Sydney pas de souci, il y a une chaîne de resto mexicain qui propose une option sans gluten et un tableau des allergènes. À Canton je n'ai même pas tenté ! L'aéroport est assez pauvre en options (limite un peu glauque), uniquement là pour les correspondances, et je n'avais pas envie de retirer la monnaie locale juste pour quelques heures. Bref, on avait des fruits, fruits secs et chips (comme on était en transit, nous n'avons pas passé de quarantaine) et ça nous a suffit entre deux avions.


Lire la suite 5 commentaires

Throwback Thursday Livresque : Musique


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici le Throwback Thursday Livresque ! Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : musique


J'ai du mal à être régulière à ce RDV, il faut dire que l'écriture m'occupe pas mal en ce moment avec mes fanfictions ! Mais là je ne pouvais pas passer à côté de ce thème et, comme souvent, je vous propose un manga coup de coeur : Your Lie in April de Naoshi Arakawa.

Lire la suite 1 commentaires

Animé/Manga : Doukyuusei - Asumiko Nakamura


Mon avis : gros coup de 💕

Genre : romance (boy's love), tranche de vie
Public : tout public
Manga : 1 tome, mais la suite "Sotsugyosei" en 2 volumes est parue
Animé : film de 1h


Synopsis 

Hikaru est élève dans un lycée privé pour garçon. En cours de musique, sa classe se prépare pour une chorale qui aura lieu dans quelques mois. Pour Hikaru qui fait partie d'un groupe, la tâche est plutôt aisée. Mais quand il réalise aux répétitions que Rihito un discret et intelligent camarade de classe ne chante pas, cela l'intrigue et il lui propose alors de l'entrainer. Mais tandis qu'ils passent de plus en plus de temps ensemble, Hikaru réalise à contre-coeur que les efforts de Rihito sont pour Harasen, leur professeur de musique.


Si je fais ici un article commun pour le manga et l'animé, c'est que le fond est quasi-identique, tandis que visuellement les deux valent le détour. Le film reprend en effet presque tous les chapitres de l'histoire principale dans le manga.

Asumiko Nakamura est un grand nom du BL, notamment grâce à ce titre, paru il y a presque dix ans au Japon. Il est enfin disponible en France, dans une édition très soignée de la collection Hana qui nous a déjà offert quelques autres bijoux comme Canis ou Hidamari ga kikoeru. J'ai déjà parlé de ces trois titres dans mon top 10 BL.

Contrairement à beaucoup de titres de cette mangaka (que j'aimerais aussi voir édités en français, notamment Kaori no Keishou et J no Subete, message subliminal aux éditeurs !), Doukyusei est complètement tout public. Le synopsis n'a rien de révolutionnaire, le rapprochement de deux garçons opposés, mais est mené avec une poésie incroyable et sans tomber dans les clichés.

Hikaru pourrait être l'archétype du mauvais garçon, mais non, il est juste plutôt cool, avec une personnalité très directe et honnête. De son côté Rihito tomberait dans la catégorie "premier de la classe", mais là encore c'est plus nuancé, il est surtout discret et sujet à des crises d'anxiété. Doukyusei raconte leurs amours maladroites, touchantes, drôles et émouvantes, des émois d'adolescents mais sans le côté gnan gnan qu'on leur retrouve parfois. 

Le manga est découpée par chapitres, chacun un épisode de leur histoire. Et dans chaque un doux fil conducteur : une chanson, une poésie, une allégorie.

Graphismes : le manga

Lire la suite 4 commentaires

Actualités écriture - L'Opale de Feu/Wattpad


Bonjour à tous !

Ce petit article pour faire le point sur mon actualité écriture de ces derniers temps.

L'Opale de Feu - Tome 3 : L'Air


Ça y est, il est sorti ! Cet opus a été un challenge pour moi, j'ai dû jeter la moitié de mon premier jet suite à un changement majeur à la réécriture, jongler entre les points de vue, équilibrer tout ça... J'espère qu'il vous plaira en tout cas !
(Attention le 4ème de couverture spoile la fin du tome 2 si vous ne l'avez pas encore lu)


Quatrième de couverture 

À présent  séparés, Cateline, Varagna et Antas doivent chacun faire face à leurs propres obstacles.

Trahis lors de leur arrivée à Aberfa, Varagna et Antas sont conduits devant l'Imperator. Pendant ce temps, Cateline essaye toujours d'échapper à celui-ci, mais le piège se referme de plus en plus sur elle.

Entre voyages, jeux de pouvoirs et dissimulations, les trois adolescents seront confrontés à des choix qui détermineront qui ils souhaitent devenir.



Lire la suite

Perfect World, tomes 1 et 2 - Rie Aruga


Mon avis : coup de 💕

Genre : romance, handicap
Public : tout public
Statut de la série : en cours
Nombre de tomes parus en VF : 3
Nombre de tomes parus en VO : 5


Résumé éditeur

Tsugumi, à 26 ans, est décoratrice d'intérieur. Un soir, lors d'une soirée de travail, quelle est sa surprise de retrouver autour de la table Hayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant. Certaine que jamais elle n'aura la force (et l'envie) de fréquenter un homme "au corps amoindri", la jeune femme va pourtant sentir quelque chose bouger en elle...

Perfect World fait partie de ces titres qui ne laissent pas indifférents. Publié par l'éditeur engagé Akata, auquel on doit notamment l'excellent Le Mari de mon Frère, c'est une romance au message bouleversant, porté par un dessin, en contraste, très doux.

En effet, ici nulle romantisation de la condition d'handicapé d'Hayukawa, bien au contraire. Tout ce que sa vie en fauteuil roulant implique est dévoilé, des "simples" difficultés d'accès, à l'acceptation (ou pas) de son accident, en passant par les conséquences médicales parfois létale de son état et le regard de la société. La découverte de tout cela est un choc pour Tsugumi qui a connu le jeune homme sportif et en pleine santé et sa première réaction est de refuser de s'impliquer avec lui.

Cependant, elle va se rendre compte qu'il est toujours le même, celui pour lequel elle avait des sentiments amoureux, et peut-être même bien qu'il force plus encore son admiration. Car loin de se complaire dans l'apitoiement ou la facilité, Hayukawa a décidé de vivre son rêve à tout prix et est devenu un architecte reconnu, qui ne baisse jamais les bras dans l'adversité. Il a choisi cependant de ne plus vivre de relation amoureuse, refusant d'être un poids mort pour quelqu'un. 

Oui mais voilà : on ne choisit pas de qui on tombe amoureux.

Si la romance part sur des bases complexes, son développement est géré admirablement, sans en faire trop ni trop peu. Et se convaincre l'un l'autre n'est que le premier obstacle. Tsugumi est ignorante du monde du handicap lourd, Hayukawa doit apprendre à vivre des situations frustrantes, et jusque l'entourage leur met des batons dans les roues, et qui ont parfois des réactions de rejet répugnantes. En refermant le tome 2, je me suis demandé si l'amour allait être suffisant pour ces deux là, car l'auteure ne leur épargne rien. C'est cependant ce qui en fait un titre fort, car il est probablement assez réaliste sur ce qu'une telle relation implique.

2 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (43)

Voicile rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?",organiséparle blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.


Cela faisait longtemps que je n'avais pas participé. Je viens de passer une période plutôt orientée animés et depuis la fin du merveilleux Yuri on Ice, je suis dans une période créative intense : dessin et écriture. Par conséquent je consacre moins de temps à la lecture. D'ailleurs une bonne partie de celle-ci en ce moment est aussi consacrée aux fanfictions Yuri on Ice.

J'ai donc résumé mes lectures de ces dernières semaines (hum, mois), mais il doit en manquer au passage.

Ce que j'ai lu ces dernières semaines


Roman

Le Tyran des Songes - Oren Miller 💕
Coup de coeur pour ce roman aux accents mythologiques modernes.


Mangas

Border, tomes 1 à 3 - Kazuma Kodaka 💕
Un seul regret : ne pas avoir la suite sous la main. Loin d'être un simple BL, ce titre est bourré d'action et de personnages complexes.

Un baiser au goût de mensonge - Waka Sagami (relecture)
J'ai un faible pour cet escroc charmeur...

Rendez-vous à Udagawachou - Hideyoshico
BL autour du travestissement, tout en finesse, très joli.

La fleur millénaire, tome 14 - Kadeyoshi Izumi 💕
Toujours aussi fan de cette série qui approche de sa conclusion.

L'étranger de la plage et L'étranger du zéphyr - Kii Kanna (relecture) 💕
Une histoire et des dessins très doux, un de mes coups de coeur dans les BL récents.

Marie-Antoinette, la jeunesse d'une reine - Fuyumi Soryo
Plaisir de retrouver cette grande mangaka sur le terrain historique, mais trop court.

Perfect World, tomes 1 et 2 - Rie Aruga 💕
Aussi parfait que son titre, un énorme coup de coeur !


Lire la suite 9 commentaires

Animé : Le Rakugo ou la Vie - Saison 1


Mon avis : gros coup de ❤

Genre : arts, historique
Public : visible par tous, mais trop complexe pour des plus jeunes que 12 ans je dirais
Statut : 1 saison terminée, la seconde est en cours
Nombre d'épisodes : 13 + 5 diffusés pour la saison 2

Synopsis

Dans le Japon des années 1960, Kyôji est libéré de prison pour bonne conduite. Sans famille ni attache, il est déterminé à devenir le disciple de Yakumo, un grand maître du théâtre rakugo, depuis qu'il a assisté à son impressionnante prestation au bagne. Étrangement le sensei choisit de prendre le jeune homme sous son aile, alors qu'il n'avait jusque là accepté aucun apprenti, et lui donne même un nom de scène : "Yôtarô". Une nouvelle vie s'ouvre dès lors pour Yotaro, afin de faire perdurer cet art qui l'a tant fasciné à ses heures les plus sombres, avec le soutien du domestique Matsuda et de la jeune Konatsu. Fille d'un célèbre acteur de Rakugo, cette dernière semble souhaiter suivre les pas de son défunt père malgré le fait que la profession soit interdite aux femmes... 

Voici un article qu'il m'est aussi difficile d'écrire que celui sur Yuri on Ice, tant Le Rakugo ou la Vie m'a touchée, mais aussi parce qu'il s'agit d'un animé complexe et subtil. Si le premier a été un coup de foudre immédiat, le second m'a séduite progressivement, et j'ai appris à apprécier l'art du rakugo en même temps que le personnage principal.

Ce dernier dans cette saison 1 est Yakumo, anciennement appelé Kikuhiko / Kiku, car le synopsis correspond à l'épisode 1 de 50 minutes. Au terme de celui-ci, Yakumo entame le récit de son parcours et l'intrigue nous transporte juste avant la seconde guerre mondiale. Il y raconte notamment sa relation avec Sukeroku / Shin, son meilleur ami et plus grand rival.

Nous sommes alors plongé dans le Japon traditionnel du rakugo et des geishas, le tout souligné par une atmosphère visuelle impeccable, composée de détails qui font toute la différence : des pétales de cerisiers qui volent, des plans dans les reflets d'un verre, la fumée de l'encens qui s'emmêlent aux personnages, des scènes à l'image d'une peinture traditionnelle pour en souligner l'émotion. 

Difficile donc comme je le disais d'évoquer toute la richesse de ce titre, je vais découper mes réflexions en trois axes : le rakugo et son évolution, la narration et les relations entre les personnages. Bien entendu, le tout s'entremêle admirablement dans l'intrigue.

Le rakugo et son évolution

Lire la suite

Throwback Thursday Livresque : coup de coeur ultime 2016


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici le Throwback Thursday Livresque ! Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : coup de coeur ultime de 2016

Après un temps de pause pour cause de procrastination du blog, je reprends ce RDV sur un thème qui m'inspire.

Le choix aurait pu être difficile tant j'ai eu de magnifiques découvertes en 2016, vous pouvez en découvrir le top dans mon bilan. Mais non, c'est un cri du cœur tant cette œuvre m'a enthousiasmée : le manga Cesare de Fuyumi Soryo.

Lire la suite 5 commentaires

Bilan 2016 : lectures et animés


Et voici un petit aperçu de ce qui m'a enthousiasmée au cours de l'année 2016 ! De ce point de vue ça aura été une excellente année avec de très belles découvertes.

Lectures

Romans / Théâtre

Lire la suite 0 commentaires

Animé : Natsume Yuujinchou (Le Pacte des Yokai)


Mon avis : coup de 💕

Genre : mythologie japonaise, tranche de vie
Public : tout public
Statut : 5 saisons terminées, une 6ème annoncée pour 2017 + 2 OVA
Nombre d'épisodes : 65


Synopsis 

Depuis sa plus tendre enfance Natsume a la capacité de voir les esprits (yokai), ce qui n’est pas toujours facile à vivre pour lui et l’oblige à maintenir une certaine distance vis-à-vis de ses camarades, pour leur propre sureté. Alors qu’il est pourchassé par un yokai, Natsume libère par mégarde un puissant esprit scellé dans un Maneki-Neko. Cet esprit, qui semble connaitre sa grand-mère, Reiko, montre également un intérêt certain envers l’héritage qu’elle a légué à son petit-fils : le Livre des Amis. Ce livre, qui permet de contrôler les yokai dans lequel est écrit le nom, serait la raison pour laquelle Natsume est quotidiennement traqué par les esprits. Ceux-ci veulent soit récupérer leur nom, soit mettre la main sur le livre, source de puissance. C’est entre autres pour ces raisons que "Nyanko-sensei", l’esprit que Natsume a libéré, va accompagner et protéger le jeune garçon dans sa quête pour rendre leurs noms aux yokai.


Natsume Yuujinchou (littéralement "le livre des amis de Natsume", traduit "le pacte des yokai" en Français) est un animé extrêmement attachant à plus d'un titre. 

Tout d'abord pour son univers mythologique qui montre toute la richesse du folklore japonais avec ses nombreux esprits dont les formes vont de la plus mignonne à la plus monstrueuse en passant par la plus grotesque :


La plupart des épisodes se suffisent à eux-mêmes. Ils suivent un/des yokai que le héros, Natsume Takashi, aide et dont la problématique trouve sa résolution sur ces 20 minutes. Ce sont souvent des histoires douces amères, voire franchement tristes, mais en tout cas toujours touchantes.

Cependant ce que j'aime particulièrement dans cet animé est Natsume lui-même. C'est un jeune homme doux et généreux, qui pourrait résoudre la plupart des intrigues par ses pouvoirs, décrits comme très forts, mais privilégie toujours le dialogue et l'ouverture d'esprit. Cette disposition a certes le don de lui attirer pas mal d'ennuis, mais aussi de forcer l'admiration et l'attachement de beaucoup, humains comme yokai. Et cela rend ainsi cet animé plus profond que s'il s'agissait d'une suite de combats surnaturels, car ce sont la réflexion et les sentiments qui sont privilégiés.

L'histoire et l'évolution de Natsume représentent une autre composante très émouvante de l'intrigue. Orphelin, Natsume a passé son enfance balloté de famille d'accueil en famille d'accueil, rejeté par tous pour son comportement étrange, lié à sa capacité à voir les yokai. En conséquence il s'est renfermé sur lui-même et porte au début de l'histoire ce secret seul. Sa rencontre avec Nyanko-sensei / Madara est l'élément déclencheur qui va le pousser à en découvrir plus sur sa grand-mère qui possédait les mêmes pouvoirs, accepter peu à peu ceux-ci, et s'ouvrir aux autres, humains ou non. Nyanko-sensei devient son guide, mais aussi un compagnon qui s'attache au garçon - même s'il refusera toujours de le reconnaître ! En conséquence leur relation est à la fois drôle et tendre et un moteur d'évolution important pour Natsume.

Il va également découvrir qu'il n'est pas seul à posséder de telles capacités : il rencontre des personnes comme lui, à des degrés divers allant de pouvoirs quasi équivalents à une simple sensibilité. Ces gens lui permettent d'être enfin lui-même et l'aident ainsi à s'accepter. Et le spectateur découvre avec lui le monde des exorcistes, avec notamment Natori (mon personnage préféré après Natsume et Nyanko-sensei) avec qui il a beaucoup en commun et qui pourrait devenir son mentor à l'avenir.

Lire la suite

Animé : Yuri!!! On Ice



Mon avis : ÉNORME coup de 💕

Genre : sport
Public : tout public
Statut : 1 saison terminée, un film a été annoncé
Nombre d'épisodes : 12


Synopsis

Après être arrivé en dernière place lors de sa première participation au Grand Prix, le jeune patineur artistique japonais Yuri Katsuki enchaîne les défaites et commence à douter de sa carrière. Des mois plus tard, Yuri revient dans sa ville natale de Hasetsu à Kyūshū, qu'il avait quittée cinq ans auparavant, et y reproduit à la perfection une chorégraphie de son idole, le célèbre patineur russe Victor Nikiforov. Lorsqu'une vidéo de sa performance filmée à son insu devient virale et attire l'attention de Victor, ce dernier décide de devenir l'entraîneur de Yuri, ce qui attire la colère du jeune prodige russe Yuri Plisetsky.


Avertissement : cet article contient une bonne dose de fangirling, de bons sentiments et une subjectivité certaine !

Difficile de mettre en forme tout ce que j'aimerais dire sur Yuri On Ice tant cet animé m'a touchée. Il m'a en effet entraînée dans un véritable roller-coaster émotionnel, passant parfois du rire aux larmes en l'espace de quelques minutes : drôle, tendre, sensuel, émouvant, fascinant, voilà quelques uns des qualificatifs qui me viennent à l'esprit. De même qu'il existe des feel-good books qui donnent le moral, je qualifierais Yuri On Ice de feel-good animé tant certains épisodes m'ont plaqué un sourire niais pendant plusieurs jours ! 

Yuri On Ice suit l'évolution de Yuri Katsuki et Victor Nikiforov sur une saison de patinage. Leur histoire est contée à travers une narration dynamique - voire déjantée ! - et moderne, bien ancrée dans notre monde actuel notamment à travers l'utilisation des réseaux sociaux par les personnages. Les points de vue sont intelligemment gérés pour maintenir le mystère ou l'éclairer selon les moments et l'histoire m'a ainsi très souvent surprise. Il suffit parfois de scènes de quelques secondes bien placées pour tout remettre en perspective, ce qui permet à chaque revisionnage d'aborder intrigue et personnages sous un nouvel angle . En matière de storytelling le scénario de cette série est tout simplement parfait !

Je vais donc essayer de vous transmettre un peu de mon amour pour Yuri On Ice en suivant les deux axes principaux de la série, le patinage et la romance, les deux étant cependant intimement mêlés (le tout en essayant d'éviter les spoilers).

Le patinage artistique

Lire la suite 2 commentaires

Le tyran des songes - Oren Miller


Mon avis : coup de 💕

Genre : fantasy urbaine
Public : young adult, adulte
Nombre de tomes : one-shot


Résumé éditeur 

Quand on est protégé par Jack Maubrey et son acolyte Le Chasseur, normalement, on devrait éviter les situations désastreuses. Mais ça, c’est quand on a de la chance. Et Emma a quelques lacunes dans ce domaine. 

Entre un Triton croisé à la bibliothèque et le Marchand de sable qui semble s’intéresser particulièrement à elle, sa vie prend une tournure digne des romans qu’elle achète toutes les semaines à la librairie.

Ressentir les rêves et cauchemars des autres ne signifie pas aimer y vivre. Et pourtant, Emma se retrouve embarquée dans un monde où dieux et déesses, sorciers, magiciennes et autres créatures se disputent une partie d’échec grandeur nature. Lorsqu’en plus la Mort, très mauvaise perdante, s’incruste dans le jeu : on frise dangereusement l’Apocalypse.
Un conseil : gagnez... Ou faites comme Emma : courez. Vite.


Un grand merci à EDB éditions pour ce service presse : je me suis régalée !

À mi-chemin entre l'atmosphère d'American God de Neil Gaiman et Les Outrepasseurs de Cindy Van Wilder, Le Tyran des Songes exploite l'univers de la mythologie gréco-romaine dans un contexte de fantasy urbaine, avec une bonne part d'action et d'humour, le tout sous une plume fluide et dynamique.

Emma se retrouve au cœur d'intrigues politico-magiques du monde des créatures surnaturelles. Je ne vous dirai pas pourquoi parce que ce serait gâcher la surprise : en effet, la partie de la narration centrée sur l'héroïne nous permet de découvrir avec elle une part de son identité et le mystère est bien mené - assez d'informations initiales pour intriguer, un suspens bien géré. La jeune fille est par ailleurs une héroïne attachante, à la fois volontaire et avec des fragilités.

Mais mon personnage préféré n'est autre que la Mort. Jack - son petit nom pour les intimes - est à la fois étonnamment humain par certains côtés, terrifiant pour d'autres, charmeur et terriblement drôle. Ses conversations avec son bras droit, le Chasseur, sont hilarantes de cynisme, piques et traits d'esprit, et m'ont arraché quelques fous rires ! Typiquement le genre de personnalité à multiples facettes que j'affectionne particulièrement.

Au-delà de la bonne part d'aventure au rythme bien dosé, j'ai apprécié les jeux de pouvoirs et trahisons (oui, si vous m'avez déjà lu ici, vous savez que c'est le genre d'intrigue qui me plait - cf Le Requiem du Roi des Roses ou Prince Captif) qui pimentent l'histoire et évitent ainsi de tomber dans des schémas manichéens. Car ici chaque personnage est animé de motivations bien définies, qui ne sont ni bonnes ni mauvaises, mais qui bien sûr se contredisent entre les protagonistes et créent ainsi des conflits et marge d'évolution intéressantes.

0 commentaires

Animé : Haikyuu


Genre : sport
Public : tout public
Statut : 3 saisons terminées, possible saison 4
Nombre d'épisodes : 25 + 25 + 10 


Synopsis

Shōyō Hinata, jeune élève au collège Yukigaoka, trouve un intérêt soudain au volley-ball après avoir vu un match de tournoi national inter-lycée à la télévision. Malgré sa petite taille, il est déterminé à suivre le même chemin que son joueur modèle du championnat national, surnommé le « petit géant ». Il crée un club de volley-ball afin de commencer son entraînement, et arrive à réunir cinq autres joueurs lors de sa dernière année au collège. Son équipe participe alors à un tournoi mais se fait éliminer dès le premier tour par l'équipe de Tobio Kageyama du collège Kitagawa Daiichi. Malgré cette défaite, Shōyō continue de s'entraîner tous les jours et s'inscrit au lycée Karasuno, là où a évolué le « petit géant »...


Si vous me connaissez un peu, vous savez que le sport et moi ça fait deux, particulièrement les sports collectifs dont je ne regarderais jamais un match dans la vie réelle. Et je n'étais pas plus fan de Jeanne et Serge dans mon enfance. Mais effet Yuri on Ice oblige (un article est prévu après le dernier épisode jeudi), je me suis intéressée à d'autres animés sportifs, dont Haikyuu. Et, à ma grande surprise, j'ai immédiatement adoré !

La structure narrative est plutôt classique pour un animé de compétition (que ce soit du sport ou de la musique classique - oui je pense à Your Lie in April) : un héros qui rêve de victoire alors que les éléments sont contre lui et va peu à peu progresser et se dépasser. Mais le tout est mené très agréablement, avec un bon équilibre entre les séquences sportives et celles en relation avec les développements des personnages. Et si j'avais peur que les matchs m'ennuient, ce sont au contraire de bonnes scènes d'action avec en prime des explications stratégiques suffisantes sans être trop lourdes.

Mais ce qui me plait tant dans Haikyuu ce sont les personnages, avec en premier lieu Hinata et sa personnalité lumineuse (d'ailleurs son nom signifie "au soleil") : comment ne pas l'aimer ? Jamais les difficultés ne l'empêchent d'avancer, avec le sourire de préférence et une énergie communicative.
Son duo avec Kageyama (qui signifie "l'ombre de la montagne" ou quelque chose du genre) est tout simplement parfait : l'ombre et la lumière, ils sont autant rivaux que partenaires, le moteur l'un de l'autre. Kageyama est est plutôt caractériel et leurs nombreuses disputes ne cachent pas la complicité qui se tisse autour de leur amour du volley-ball.
Le reste de l'équipe est tout aussi attachant, du strict capitaine Daichi, au bienveillant Sugawara, en passant par le cynique Tsukishima, Tanaka qui joue les gros durs ou Nishinoya l'enthousiaste... ils ont tous une personnalité propre qui ajoute à la dynamique de l'équipe de Karasuno. Leurs concurrents ne sont pas reste d'ailleurs, chaque personnage est travaillé et permet de créer une fresque vivante.
Ainsi on s'attache bien vite à ces lycéens qui offrent des scènes tour à tour hilarantes (plusieurs fous rires par épisode, oui oui !), badass, tendues ou émouvantes. Essentiellement Haikyuu c'est un concentré de bonne humeur !

Côté dessins et animation c'est également une réussite et ce dès les superbes openings ! J'ai commencé à le lire le manga en attendant la prochaine saison (pas annoncée, mais la fin la laisse présager et vu le succès je ne suis pas inquiète) et il faut dire qu'il y avait matière à une belle adaptation car graphiquement c'est superbe !

0 commentaires

Animé : Kids on the Slope


Genre : musique, amitié
Public : tout public
Statut : terminée 
Nombre d'épisodes : 12


Synopsis

Début de l'été 1966. À cause du travail de son père, Kaoru Nishimi, élève de première année de lycée, déménage de Yokosuka pour aller vivre chez des parents de Kyushu. Jusqu'alors, Kaoru avait tendance à se couper des autres, mais en arrivant au lycée Higashi, sa rencontre avec son camarade de classe Sentarou Kawabuchi, voyou notoire, le transforme. Sous ses airs de brute, ce dernier lui fait découvrir les joies du jazz, surtout quand il est joué avec un ami.


Kids on the Slope est adapté d'un manga et j'ai choisi de commencer par la version animée pour pouvoir apprécier les scènes musicales : riche idée car la musique est une part vitale de l'histoire et mes connaissances en jazz sont quasi nulles. Ce dernier est présent tout au long de la série, avec quelques séquences particulièrement mémorables pour leur richesse émotionnelle.

Cette histoire est donc celle de la rencontre de deux lycéens que tout semble opposer au premier abord, mais qui vont se réunir, s'apprivoiser et se lier par l'amour de la musique jazz.
Kaoru est l'archétype du premier de la classe : frêle, porteur de lunettes, brillant, fils de bonne famille. Sentarou au contraire est le voyou de service. Cliché ? Pas tant que ça, rapidement l'on s'aperçoit qu'ils sont tous les deux bien plus et tout aussi isolés socialement l'un que l'autre. Si Kaoru l'exprime à travers des crises d'angoisse, Sentarou l'exorcise par les bagarres.

Celle qui va faire le lien entre eux est Ritsuko, l'amie d'enfance de Sentarou, la déléguée de classe qui accueille Kaoru qui tombe sous son charme. Le père de la jeune fille tient une boutique de disques, où elle conduit Kaoru qui cherche de la musique classique pour jouer au piano. Il ignore qu'il entre alors dans le monde du jazz, musique qui passionne le père de Ritsuko... et Sentarou qui joue de la batterie au sous-sol. 
C'est tout d'abord par rivalité et défi que Kaoru se met en tête de maîtriser un morceau de jazz, "Moanin" qui deviendra en quelque sorte la chanson des deux garçons, mais très vite il prend du plaisir à jouer avec Sentarou et se libère à travers cette musique particulière. Ces moments de partage musical vont devenir leur mode de communication et donner lieu à des scènes qui m'ont émue aux larmes.

Kids on the Slope est ainsi l'histoire d'une magnifique amitié, avec deux personnages extrêmement touchants, qui grandissent à travers une passion commune. L'ambiance a quelque chose de délicat et nostalgique, tout en présentant une histoire intemporelle. Une superbe découverte ❤️

0 commentaires

Animé : 91 Days


Genre : thriller
Public : adulte
Statut : terminé
Nombre d'épisodes : 12


Synopsis 

L'histoire se déroule aux USA à l'ère de la prohibition. Avilio Bruno, un jeune homme mystérieux en quête de vengeance, cherche à tuer les assassins de sa famille. Pour cela, il infiltrera le clan Vanetti, une puissante mafia, responsable de la mort des siens.


Avec un pitch pareil, vous imaginez bien que cet animé est sombre et violent. Ce que vous imaginez sans doute moins, c'est à quel point la tension psychologique et émotionnelle y est importante. C'est l'animé qui m'a provoqué ma pire crise de larmes (une bonne dizaine de minutes à la fin d'un épisode pour me calmer) et certaines scènes demandent d'avoir le cœur bien accroché.

Avec l'aide de son meilleur ami, Angelo Lagusa - devenu Avilio - va peu à peu gagner la confiance de Nero, le fils aîné de la famille Vanetti, cible de sa vengeance. Le jeune homme va ainsi naviguer à visage masqué parmi la mafia dans la cité de Lawless où trois familles se disputent terrain, alcool et pouvoir. 

Le personnage d'Angelo / Avilio est le moteur principal de l'intrigue de 91 Days. Son obsession pour sa vengeance est sa seule raison de vivre, son intelligence lui permet de tirer parti de la moindre opportunité, son sang-froid est effrayant. La narration extérieure ne permet à personne - surtout pas au spectateur - de comprendre ce qui lui passe par la tête, ce qui rend le personnage insaisissable... et donc fascinant. Tout au long de la série l'on se demande jusqu'à quel point il est prêt à tout sacrifier : morale ? amitié ? santé mentale ? Tous les sentiments humains semblent parfois éteints au seul profit de sa soif de vengeance.

En contrepoids, Nero Vanetti, mafieux de naissance, prêt à tout pour protéger le nom de sa famille, est au contraire un personnage étonnamment sympathique. Malgré son profil, on en vient à l'apprécier pour sa jovialité, sa loyauté à ses proches, son sens de l'honneur - même si celui-ci se fait selon les codes de la mafia. Il faut dire aussi que l'intrigue nous offre de belles pourritures auxquelles le comparer, comme Fango de la famille rivale, une ordure de première classe, complètement frappé en prime ! Alors à côté, Nero fait figure de gentilhomme.

Ainsi ce qui rend 91 Days tellement passionnant, outre les jeux de trahisons et faux-semblants (le genre d'ambiance que j'adore), ce sont ces personnages en nuances. Si l'on éprouve de l'empathie pour la colère du protagoniste, il est aussi calculateur et difficile à déchiffrer ; si l'antagoniste devrait être détestable on se surprend à l'apprécier. Leur duo présente ainsi une dynamique qui tient en haleine jusqu'au bout.

Par ailleurs, cet animé est l'un des plus beau que j'ai vu en matière de graphismes, cela m'a frappé dès les premières images. Quant à l'opening, j'ai eu un énorme coup de foudre pour la musique. Une série à voir assurément, mais accrochez-vous, c'est intense !

2 commentaires

Animé : No. 6


Genre : SF
Public : YA / adulte
Statut : terminé
Nombre d'épisodes : 11


Synopsis

Dans un monde futur, après un grand conflit qui a dévasté la planète, l'armement militaire a été proscrit et le commandement donné à une autorité indépendante dans les 6 régions restantes. L'histoire prend place dans l'une de ces régions, la cité No. 6. Shion, un jeune garçon, a été jugé à l'âge de deux ans comme étant un être ayant une intelligence extrêmement élevée ce qui lui permet de vivre dans une zone luxueuse baptisée Chronos, cadre destiné à favoriser le développement de ses capacités.

Le jour de son douzième anniversaire, il rencontre un garçon en cavale du nom de Nezumi. Celui-ci vient de s'échapper de la maison correctionnelle où sont placés tous ceux jugés comme rebuts de la société par les autorités. Shion le soigne et l'héberge, mais ce dernier disparait le lendemain sans laisser de traces.

Quatre ans plus tard, c'est au tour de Nezumi de secourir Shion.


No. 6 est une adaptation d'une série de light novels. Une version manga existe également, mais n'a pas été publiée en Français (disponible en Anglais).

L'histoire de Shion et Nezumi se passe dans un avenir post-apocalyptique, autour de la ville No. 6 qui se veut une utopie. Mais comme souvent, les utopies cachent des faces bien moins reluisantes... Shion va l'apprendre à ses dépends lorsqu'il est arraché à la vie confortable de la cité, mais il est encore loin de se douter de l'horreur derrière le vernis. Cela fait de cet animé un titre inadapté aux plus jeunes, certaines scènes sont très dures, notamment dans les derniers épisodes (et encore le manga est pire selon moi). Il y flotte un esprit qui n'est pas sans rappeler Le Passeur de Lois Lowry, avec sa société aseptisée et contrôlée. Enfin... jusqu'à ce que l'on découvre la vie a l'extérieur du mur d'enceinte.

Tout part de la rencontre de Shion avec le fugitif Nezumi ("rat" en Japonais) auquel il vient en aide sans y réfléchir à deux fois. À vrai dire il est fasciné par ce garçon de son âge chez qui couve une sauvagerie qu'il n'a jamais rencontré dans son monde lisse et qu'il recherchait insconsciemment. La fascination est réciproque, Nezumi est décontenancé par l'attitude amicale, à la limite de l'inconscience, de Shion. 
Ils ont alors 12 ans et ne se reverront que 4 plus tard. Par la force des choses, Shion est alors entraîné hors des murs de No. 6, dans le monde de Nezumi, celui de la clandestinité, des parias, de la loi du plus fort.  

Leur duo et le développement de leur relation donne toute la dynamique à l'intrigue. Shion est un jeune homme généreux, naïf et idéaliste ; Nezumi est cynique, méfiant et brutal. Tous les deux s'attirent autant qu'ils se repoussent, sont séparés par la haine de Nezumi à l'encontre de No. 6, se rapprochent par la candeur de Shion, se rejoignent sur leur volonté de changer le monde bien que sous des angles différents. À travers leur histoire le spectateur est interrogé sur les thèmes de la vengeance, de l'humanité et plus généralement du bien et du mal. Ce qui rend No. 6 si intéressant provient de l'absence de réponses toutes faites et bien-pensantes à ces questions : nul manichéisme, chaque personnage porte ses parts d'ombre et de lumière et sait nous toucher à sa façon.

1 commentaires

Throwback Thursday Livresque : retour en enfance


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici le Throwback Thursday Livresque ! Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : retour en enfance

Il y a plusieurs auteurs qui ont marqué mon enfance, comme Roald Dahl cité par Bettie Rose, mais l'un d'entre eux m'a fait voyager comme aucun autre : Jack London. J'ai choisi son titre le plus emblématique, Croc-Blanc.

Lire la suite 9 commentaires

Throwback Thursday Livresque : pardon / seconde chance


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : Thanksgiving / pardon / seconde chance

Pour ce thème, dans l'optique de la "seconde chance", deux titres me sont immédiatement venus à l'esprit : Orange d'Ichigo Takano et Erased de Kei Sanbe. J'ai choisi le premier auquel va ma préférence, mais vous pouvez retrouver les deux chroniques sur le blog. Ce sont deux excellents mangas, bien que très différents malgré leur thème commun.

Lire la suite 5 commentaires

Throwback Thursday Livresque : sous la couette


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : sous la couette

Le thème de cette semaine m'a laissée songeuse, car il est sujet à interprétation. Bettie Rose nous a répondu de choisir notre version, donc j'ai pris celle qui m'inspire le plus, à savoir que sous la couette (objet que je n'ai plus depuis que je vis sous les Tropiques lol !) on peut faire autre chose que dormir 😇

J'ai donc choisi une lecture érotique, mais pas seulement, dont je vous ai parlé hier dans mon top mangas boy's love : Le Jeu du Chat et de la Souris de Setona Mizushiro.

Lire la suite 5 commentaires

Marathon Men - Flo Renard

Résumé 

Bordelais nouvellement installé à Marseille, Gwenaël est un garçon effacé qui manque d’assurance. À l’inverse, Victorien, paraplégique de naissance, possède une personnalité rayonnante et une inexhaustible volonté. Ils n’ont rien en commun si ce n’est une égale malchance qui les poursuit depuis l’enfance, et dont ils s’accommodent avec plus ou moins de philosophie.
C’est la course qui va les rapprocher de manière très inattendue, et cette rencontre pour le moins percutante va définitivement changer leur vie...
Comédie romantico-sportive traitant d’affirmation de soi, d’acceptation de l’autre et de respect des différences, Marathon men est avant tout une romance entre deux jeunes hommes, résolument orientée humour... et course de fond !


Apres le magnifique Aux petites heures de la nuit de Flo Renard, je n'ai pas hésité un instant à découvrir son second roman. Comme le précédent l'un des protagonistes est en fauteuil roulant et il y a une romance entre hommes, mais la comparaison s'arrête là.

Marathon Men est une très jolie romance avec beaucoup d'humour, mais aussi des sujets de fond : homophobie, handicap, confiance en soi. Le tout pourrait prendre un ton geignard, surtout vu la déveine que se traînent les deux héros, mais est au contraire traité avec légèreté et auto-dérision. C'est ici une tranche de vie, la rencontre entre deux hommes bien différents et leur amour qui est au centre de l'histoire.

Mais ce qui fait la force de ce roman ce sont ses personnages. Flo Renard excelle décidément à nous dépeindre des êtres atypiques et humains, auxquels le lecteur ne peut que s'attacher. Entre Gwen, effacé dans l'ombre de parents tyranniques, et Vic lumineux alors que la vie ne lui a pas fait de cadeau, le courant s'établi autour d'une activité où on ne les attendrait pas : le marathon. 

Une jolie histoire avec une plume agréable : un roman à découvrir ! 



Chronique de la même auteure :


0 commentaires

Manga Boy's Love : mon top 10

Si vous suivez mon blog, vous avez dû remarquer que je lis beaucoup de boy's love (BL). Comme son nom l'indique ce terme regroupe des histoires dans lesquelles il y a une romance entre hommes. Le genre vise un public plutôt féminin, contrairement au men's love / bara destiné plutôt aux hommes - je dis "plutôt" parce que bien sûr rien n'empêche l'un ou l'autre public de s'intéresser à tout !
Pour simplifier, le BL se décline en deux sous-genre : le shonen-ai dans lequel il n'y a pas de scènes erotiques et le yaoi qui en contient plus ou moins. Les termes sont en réalité assez flous, certains titres classés yaoi tenant plus du shonen-ai, je les qualifierais de "yaoi soft".

Le genre traîne avec lui une mauvaise image de titres stéréotypés, sans intrigue et uniquement là pour satisfaire les fantasmes des lectrices. Oui, il y en a qui répondent à ces critères, mais le BL est comme tous les autres genres : la qualité va du très mauvais à l'excellent, en passant par toutes les nuances. Il est donc un peu dommage de l'écarter d'emblée sans lui donner sa chance.

Ce sont avant tout des histoires d'amour et au fond peu importe le sexe des protagonistes, si ce n'est que leur homosexualité ouvre le champ à des problématiques supplémentaires, des obstacles éventuels à leur histoire. Ou parfois non, et c'est bien aussi, car cela banalise une forme d'amour qui ne devrait plus poser de problème à la société. Les mangakas sont essentiellement (totalement ? Je n'ai pas de contre-exemple en tête) des femmes et, pour ma part, je suis souvent touchée par leur sensibilité artistique.
Alors, bien sûr, une part de fantasme entre souvent en jeu, j'ai envie de dire "et alors ?". Cela n'empêche pas d'écrire une bonne histoire pour autant.


Je vous présente donc ci-dessous mes 10 BL préférés, ce qui m'a obligée à écarter beaucoup d'autres bons titres. Ils ne sont pas classés par ordre de préférence, parce que j'en suis incapable, d'autant qu'ils sont très différents, mais par degré de scènes érotiques, car je sais que tout le monde n'est pas à l'aise avec celles-ci. Que cela ne vous empêche pas de découvrir le genre, notamment avec les premiers titres. 

Je me suis efforcée de ne pas mettre plusieurs fois la même auteure, mais en général, si son nom est présent ci-dessous je conseille ses autres mangas. Pour le dernier de cette liste, j'ai longuement hésité entre ce titre là, non publié en France, et celui qui a été publié (beaucoup plus tout public), mais finalement il s'agit de mes préférés d'où ce choix.

Shounen-ai et yaoi soft


Dans ces titres les scènes amoureuses ne vont pas plus loin que des baisers.

Hidamari ga kikoeru - Fumino Yuki

Lire la suite 4 commentaires

Throwback Thursday Livresque : Love


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : Love

Contrairement à la semaine dernière où j'ai eu du mal à trouver un titre, là j'en ai trop qui me vienne à l'esprit, difficile de choisir.

Je vais finalement opter pour ce qui représente l'histoire d'amour la plus belle, tragique et poétique que je connaisse, une œuvre qui me touche toujours autant malgré des années de relectures : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand.

Lire la suite 6 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (42)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.


Peu de lectures cette semaine, car le NaNoWriMo (national novel writing month) a commencé et donc j'écris tous les jours : moins de temps pour lire par conséquent. 

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Mangas

Open the door to your heart - Yugi Yamada
Un yaoi sans prétention.


Des relectures, toujours pour préparer mon article sur les BL favoris :

Le jeu du chat et de la souris, tomes 1 et 2 - Setona Mizushiro 💕

10 dance, tomes 1 et 2 - Inoue Satou 💕



Lire la suite 6 commentaires

Prince Captif, tomes 1 à 3 - C.S. Pacat


Mon avis : coup de 💕

Public : adulte - public averti
Statut de la saga : terminée 
Nombre de tomes : 3


Résumé éditeur 

Il devait être roi, il est devenu esclave. Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi. Beau, manipulateur et mortellement dangereux, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à Vère. Mais dans la toile mortelle de la politique vérétienne, les apparences sont trompeuses. Pris dans les manigances de la cour, Damen doit s’allier à Laurent pour sa survie et celle de son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr...


Le résumé annonce assez clairement la couleur, donc si vous n'aimez pas les romances M/M ou les scènes erotiques, passez votre chemin. Dans le cas contraire, Prince Captif est une trilogie qui est pleine de qualités et addictive : je l'ai dévorée en trois jours ! Quitte à en raccourcir quelques nuits au passage, ces romans sont de ceux impossibles à lâcher une fois commencés !

Sur un fond fantasy fortement influencé par l'antiquité gréco-romaine voire orientale, C.S. Pacat crée ici un monde où s'oppose deux pays ennemis - et deux cultures - Akielos et Vère. Propulsé de force au cœur de la cour de Vère, Damen est livré à Laurent, prince héritier lui aussi. Et l'homme que ce dernier déteste le plus au monde est celui qui a tué son frère admiré, nul autre que Damen en personne. Commence alors un travail d'équilibriste pour Damen, à la fois pour cacher son identité, trouver un moyen de s'évader et de reconquérir son trône. Il découvre à Vère une société dépravée qui vit sous la coupe du régent, l'oncle de Laurent, et ses acteurs qui manient les mensonges et faux-semblants comme ils respirent.

Complots, trahisons, retournements de situations, alliances improbables, combats : tout ce que j'aime. Le tout porté par le personnage fascinant de Laurent à la fois extrêmement intelligent, rusé, froid et mystérieux. Il a tout pour être détestable au premier abord et pourtant je l'ai immédiatement apprécié. Le très honnête et entier Damen est si différent que leur relation n'en est que plus intéressante et au fil des pages le lecteur découvre avec ce dernier la vraie nature de Laurent.

Une trilogie que je relirai très certainement tant je l'ai aimée !



Livres inclus dans le challenge littérature de l'imaginaire #4
Lire la suite 1 commentaires

Throwback Thursday Livresque : Écosse


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : l'Écosse

Ce thème a commencé par me poser une colle... Et puis finalement une illumination, comment ai-je pu passer à côté ?

Lire la suite 4 commentaires

Le mari de mon frère, tome 1 - Gengoroh Tagame


Mon avis : coup de 💕

Public : tout public
Statut de la série : en cours
Nombre de tomes parus en VF : 1 (le 2 sort le 10 novembre)
Nombre de tomes parus en VO : 3


Résumé éditeur

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé... Perturbé par l'arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n'est autre que le mari de son frère jumeau... Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l'homme qu'il aimait. Yaichi n'a alors pas d'autre choix que d'accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses...



La vie calme et ordinaire de Yaichi va être bousculée lorsqu'il apprend que son frère jumeau est mort et qu'il était marié à un homme. Ce dernier, Mike, un canadien aux allures d'énorme et adorable nounours va débarquer dans la vie du Japonais et bousculer beaucoup de préjugés.

Avec Le mari de mon frère, Gengoroh Tagame signe un titre surprenant et engagé. Surprenant, car l'auteur est connu pour ses oeuvres érotiques gays destinées plutôt aux hommes (appelées "bara" ou "men's love" dans le jargon), que je ne lis pas, bien qu'étant férue de boy's love destiné plutôt aux femmes. Bref, je n'aurais pas pensé un jour acheter l'une de ses oeuvres et encore moins la conseiller à ma fille de 12 ans !

En effet, ce manga est tout public. Ici nul érotisme, pas même l'ombre d'une romance, qu'elle soit gay ou hétéro, ce qui ne l'empêche pas de parler d'amour. Car c'est ici ce dont il est question : l'amour entre deux personnes, quel que soit leur sexe, un concept que Yaichi a du mal à saisir alors que sa fille Kana prend tout avec le naturel propres aux enfants. Elle bombarde de question Mike, mettant souvent les pieds dans le plat, obligeant son père à remettre en cause ses préconceptions, mettant aussi en lumière l'aspect ridicule parfois de celles-ci. Le parallèle entre les monologues internes de Yaichi et l'attitude que lui dicte les convenances (il est tout de même Japonais, surtout ne pas paraître impoli !) renforce encore ce processus.

C'est en cela que Le mari de mon frère est engagé. À travers les réactions d'un Japonais moyen, l'homophobie ordinaire est ainsi mise en avant, démontée point par point. Pour autant, à aucun moment je n'ai eu l'impression que l'auteur donnait des leçons au lecteur, plutôt que son histoire et ses personnages permettent tout simplement de mieux comprendre une minorité. La personnalité extrêmement sympathique de Mike y est pour beaucoup, ainsi que sa façon de répondre aux questions sans gêne, d'interroger aussi Yaichi sans accuser. 

Mais ce serait une erreur de penser que ce manga ne parle que d'homosexualité : c'est la famille au sens large qui est traitée ici. De la relation entre frères jumeaux, en passant par le rôle de père solo, Gengoroh Tagame déconstruit plusieurs clichés sur ce qui constitue une famille "normale". Par ailleurs, le deuil des deux hommes est ce qui les réunit, et ce sentiment est encore renforcé par la ressemblance entre Yaichi et son défunt frère. Le choc des cultures entre le Canadien et le Japonais, s'il est au départ source incompréhensions supplémentaires, permet aussi à Yaichi d'évoluer au contact de son beau-frère.

En résumé, Le mari de mon frère est un manga intelligent, drôle et touchant, une lecture à la fois belle et d'utilité publique.

C'est lundi, que lisez-vous ? (41)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière

Roman

Marathon Men - Flo Renard
Une histoire tendre et drôle entre deux hommes qui partage une poisse à toute épreuve !
Chronique à venir

Lire la suite 11 commentaires

Throwback Thursday Livresque (2) : frissons


Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

(L'image ci-dessus vient de son blog)


Thème de la semaine : frissons


La maison des damnés de Richard Matheson est le titre qui me vient immédiatement à l'esprit (sans jeu de mots 😂).


Résumé éditeur 

Passer une semaine dans une maison réputée hantée depuis trente ans : telle est la mission confiée au dr Barrett et à une équipe de spirites par un milliardaire mourant, qui veut savoir si son âme lui survivra. Mission que le parapsychologue s'empresse d'accepter, espérant bien ainsi triompher des " maléfices " et vérifier ses théories scientifiques sur l'existence d'une vie après la mort. Arrivés sur place, les investigateurs se rendent vite compte que le lieu est à la hauteur de sa réputation : résonnant des crimes et des orgies qu'elle a accueillis par le passé, la maison Belasco semble les attendre. Prête à posséder les audacieux qui oseront pénétrer en son sein...
Lire la suite 4 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (40)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Mangas

Je suis en cours de préparation d'un article sur mes boy's love favoris, donc je les relis pour me rafraîchir la mémoire (oui, mon abnégation est sans limite 😇😅).

Zombie Cherry, tomes 1 et 2 - Shoko Conami 💕
Un shojo délirant !

Qualia under the snow - Kii Kanna
Mignon, mais j'ai préféré L'Etranger de la Plage de la même auteure.

Seven Days, tomes 1 et 2 - Venio Tachibana et Rihito Takarai 💕
Relecture pour mon article.

Little Butterfly, tomes 1 à 3 - Hinako Takanaga 💕
Idem !

Lire la suite 7 commentaires

Le secret de l'inventeur, tome 2 - Andrea Cremer




Mon avis : déception 😕

Public : young adult
Statut de la trilogie : en cours
Tomes parus en VF : 2
Tomes parus en VO : 2 (le 3 sort le 15/11)





Résumé éditeur

Après l’explosion des Catacombes, le seul foyer qu’elle ait jamais connu, Charlotte est contrainte de mener sa petite troupe de résistants à l’oppresseur anglais, parmi lesquels une dizaine d’enfants, vers La Nouvelle-Orléans. Désormais leader du groupe, elle se retrouve face à des choix difficiles pour préserver la vie de ses jeunes protégés, mais continue de voir en Grave, malgré sa force herculéenne et ses origines inquiétantes, un allié et un ami.

L’Empire fera tout pour les empêcher de rallier le quartier général de la Résistance, où les attendent
son frère Ashley et Jack, qu’elle tient désormais pour un traître… et c’est sans compter les stratagèmes de Nicodème, un puissant mage, et du capitaine du célèbre Persée, un flibustier français aux intentions troubles. Mais le danger ultime pourrait bien venir de la propre mère de Charlotte : leader de la rébellion, elle semble décidée à faire de Grave le premier des membres d’une invincible armée !
Après le coup de cœur du tome 1, je me suis jetée sur le second dès que j'ai pu. Je m'attendais de nouveau à une aventure au rythme soutenu et... grosse déception, il ne se passe presque rien dans ce volume, à part la fin qui est pour le coup précipitée. 

Andrea Cremer nous avait en effet habitués à un roman plein d'action, et ce dès les premières pages, et avec une Charlotte battante. Ici non seulement il y a peu d'action, l'intrigue n'avance presque pas, mais Charlotte semble se laisser porter par les événements. D'ailleurs les personnages ne présentent pas d'évolution particulière, il y a pourtant matière, notamment avec les retrouvailles familiales. Les quelques retournements sont au mieux prévisibles, au pire trop faciles. Le fameux magicien du titre ? Il apparaît de nulle part et on le voit à peine quelques pages...

Autre point qui m'a irritée : le triangle amoureux entre Charlotte, Jack et Coe. Je n'ai rien contre les triangles amoureux s'ils sont bien menés, mais celui-ci est complètement artificiel, aucune crédibilité. On a l'impression que l'auteure (ou son éditeur allez savoir) s'est dit "c'est du young adult, donc il faut 2 beaux mâles qui tournent autour de l'héroïne".

En résumé, pour moi seules les dernières pages sauvent un peu ce volume et laissent espérer que le dernier tome retrouve la qualité du début. Je lirai celui-ci, ne serait-ce que pour connaître la conclusion de l'histoire.


Lire la suite 0 commentaires

Challenge jeunesse / young adult #6


Après ma première participation au challenge jeunesse / young adult, que je n'ai pas rempli à 3 livres près, je réitère pour cette année ! Je reprends la même catégorie, on verra bien.

Présentation sur le blog de Muti :

Le but est de lire un nombre d’ouvrages Jeunesse ou Young adult se rapportant aux catégories suivante : (une catégorie = un nombre de livres) allant de 10 livres à 100, de quoi satisfaire les petits et les gros lecteurs du genre.

• Catégorie 2 : Badine avec les royaumes de l’enfance => Au moins 20 ouvrages

Livres lus dans le cadre du challenge

0 commentaires

Gardiens des Cités Perdues, tome 4 - Shannon Messenger



Mon avis : coup de 💕

Public : tout public
Statut de la saga : en cours
Nombre de tomes en VF : 4
Nombre de tomes en VO : 4 (le 5 sort le 1er novembre)




Résumé éditeur 


Finis les cours à Foxfire et les messages mystérieux envoyés par le Cygne Noir, Sophie rejoint enfin l'organisation clandestine à l'origine de sa création ! Accompagnée de Fitz, Biana, Keefe et Dex, elle quitte les Cités perdues pour Florence, où se trouve le premier indice qui la mènera jusqu'au repaire du Cygne Noir. Là-bas, la jeune fille espère en apprendre plus sur elle-même, mais aussi sur les Invisibles, le groupe de rebelles qui cherche à déstabiliser le monde des elfes. 
Entre l'étrange épidémie qui décime les gnomes, l'évasion de Prentice, prisonnier d'Exil, à préparer, et la menace grandissante des ogres, la jeune Télépathe va devoir s'appuyer sur ses amis et se retenir de foncer tête baissée vers le danger ! Surtout que si de nouveaux alliés apparaissent, des traîtres sortent aussi de l'ombre... 
Dans ce quatrième tome de Gardiens des Cités perdues, Shannon Messenger nous entraîne une fois de plus de surprise en émerveillement ! Retrouvez Sophie Foster et plongez avec elle dans un monde aussi magique que dangereux....

‼️SPOILERS DES TOMES PRÉCÉDENTS‼️


Ce tome 4 s'ouvre là où nous avions laissés Sophie et ses amis. Pour échapper aux représailles du conseils, le groupe d'adolescents se prépare à quitter le monde des Elfes pour rejoindre le Cygne Noir, après un passage par les Cités Interdites. Ils vont ainsi peu à peu en découvrir plus sur l'organisation et certains de ses membres, ainsi que sur les gnomes.

De nouveau Shannon Messenger signe un volume où aventure, sentiments, magie, complots et péripéties s'entremêlent à la perfection, sans temps morts inutiles, sans s'essouffler non plus. Le changement de cadre, la découverte de l'école d'Exilium, les nouveaux personnages, contribuent à renouveler l'intrigue tout en suivant le fil conducteur des épisodes précédents. Gardiens des Cités Perdues est bel et bien un digne héritier d'Harry Potter, tout en conservant son identité propre.

Nos adolescents évoluent, leurs relations aussi. Le lien entre Sophie et Fitz s'approfondit grâce à leur compétence commune de télépathes ; celui entre la jeune fille et Keefe aussi, pour des raisons différentes. Keefe est dans ce tome celui qui est le plus bousculé, après avoir découvert le véritable visage de sa famille, et cela en fait un personnage torturé et intéressant (oui, c'est mon chouchou, je l'avoue sans honte !).

Le tome se termine sur un cliffhanger insoutenable ! Je ne vais donc pas attendre la traduction pour me jeter sur le volume 5 qui sort dans quelques jours !



Livres inclus dans le challenge littérature de l'imaginaire #4
Lire la suite 0 commentaires

Throwback Thursday Livresque (1)


J'ai vu le principe de ce rendez-vous sur le blog de Pikobooks que je suis régulièrement (vu que nous avons des goûts proches !). Je l'ai trouvé sympa et j'y apporte donc ma contribution.

Le Throwback Thursday Livresque est proposé par Bettie Rose books, voilà ce qu'elle en dit :

Voici un tout nouveau rendez-vous que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

(L'image ci-dessus vient de son blog)

Thème de la semaine : la forêt

Quand on me dit forêt en littérature, je pense Brocéliande, et donc dans la foulée, à mon second livre préféré de René Barjavel : L'Enchanteur.


Résumé éditeur

Qui ne connaît pas Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l'ait pas jugé inaccessible, et l'aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac ? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l'Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n'a jamais guéri. Le voici revenu.
Lire la suite 3 commentaires

Zombie Cherry, tome 1 et 2 - Shoko Konami

Mon avis : coup de 💕

Public : tout public
Statut de la série : terminée au Japon
Nombre de tomes en VF : 2 
Nombre de tomes en VO : 3


Résumé éditeur 

Miu est une lycéenne comme les autres, si ce n'est qu'elle adore tout ce qui est... horrifique ?! Rendue ramollo par trop de nuits blanches dédiées à sa passion, Miu voit dans la "Cherry Soup", boisson énergisante étrange préparée par son ami d'enfance, un bon moyen pour rester toujours en forme. Hélas, la jeune fille abuse de la potion et se retrouve zombifiée ! Miu devra alors déployer des trésors d'inventivité pour que personne (et surtout pas le beau Kei sur qui elle a des vues) ne découvre... qu'elle est déjà morte !!
Quand j'ai su que l'auteure de Shinobi Life revenait avec une comédie à base de zombie, je n'ai pas hésité longtemps à la découvrir. En effet, j'avais beaucoup aimé sa première saga (il faudrait que je la chronique à l'occasion), et je dois dire que Shoko Conami ne m'a pas déçue du tout avec Zombie Cherry !

Dans une ambiance pop et légère, nous suivons Miu, zombifiée par la potion de son meilleur ami Haru. Situation qui n'est pas sans lui poser quelques problèmes, de la guérison ultra rapide y compris de blessures mortelles, au fait que son béguin Kei est fan d'horreur... mais hait les zombies ! Les situations hilarantes se succèdent, et les fous rires avec ! Nous sommes bien dans un shojo pourtant, avec romance, histoire d'école et triangle amoureux, mais tout est revisité sous l'angle de la zombification de Miu, conférant un vent de fraîcheur au genre.

Pourtant sous ces aspects très légers, le titre aborde des aspects plus sérieux. Les codes de l'épouvante et en quoi la peur peut aider à se construire, mais surtout le thème de la mort. De celle de Miu évidemment, qui est centrale à l'histoire, à celle de la grand-mère de Kei, en passant par le chat de la famille, avec la palette de sentiments qui les accompagnent. Je suis très curieuse de découvrir comment la mangaka va terminer l'aventure de Miu et y intégrer cette thématique.

Lire la suite 0 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (39)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu ces deux dernières semaines


Romans

Runes, tome 1 - Ednah Walters
Pas un coup de cœur, mais ça se lit bien. J'aime l'utilisation de la mythologie nordique.

Prince Captif, tome 1 à 3 et nouvelle - C.S. Pacat 💕
Gros coup de cœur pour cette trilogie que j'ai dévorée en quatre jours ! 
Chronique à venir


Lire la suite 11 commentaires

Aux petites heures de la nuit - Flo Renard


Résumé

À dix-sept ans, Benjamin, violoniste talentueux, ambitionne de devenir instrumentiste quand un accident de la route vient briser tout net ses espérances. Devenu paraplégique, il doit réapprendre à vivre sans ses jambes et faire face aux contraintes de son nouvel état. 

C’est aux Épicéas, un centre de rééducation de la banlieue grenobloise, que Benjamin fait la connaissance d’Élise, une adolescente dynamique, et de Léopold, jeune homme à l’humour cynique, deux patients aussi malmenés que lui par la vie. Grâce à l’amitié de la première et l’amour du second, mais aussi la musique, Benjamin entame son long chemin vers la guérison. Alors qu’il recommence à prendre goût à l’existence, d’étranges phénomènes se produisent, qui menacent de le faire basculer dans la folie... 

Au-delà d’une romance entre deux garçons, Aux petites heures de la nuit est le récit d’une reconstruction, teintée de mystère, d’humour et, bien sûr, de musique.


J'ai découvert ce roman autoédité grâce à mon réseau Twitter. Je l'ai ouvert simplement sur les recommandations d'autres lecteurs et attirée par la couverture, sans lire le quatrième decouverture.Celui-ci est cependant une bonne présentation de ce roman, mais j'ai adoré le découvrir complètement.

Car cette lecture a été un vrai coup de cœur ! Tout d'abord pour les personnages, le trio principal est extrêmement attachant, chacun avec sa personnalité à part, ses goûts parfois étranges (oui je parle du hobby de Léopold lol !). Flo Renard a un véritable talent pour créer des individus qui vivent, vibrent et luttent devant nos yeux. J'ai eu la sensation de quitter des amis lorsque j'ai terminé ma lecture. 

Ensuite, le thème du handicap est traité avec beaucoup de sensibilité et de justesse, sans larmoiements, mais sans édulcorer non plus. Les protagonistes se rencontrent dans un centre de rééducation pour handicap moteur lourd, Benjamin et Elise sont paraplégiques, tandis que Léopold a été amputé d'une jambe. Des situations qui n'inspirent pas franchement la rigolade et pourtant ces trois jeunes gens vont se reconstruire ensemble, au point qu'en tant que lectrice leur handicap est très vite devenu secondaire pour les décrire.
Leur histoire seule est déjà une raison d'apprécier la lecture, mais celle-ci s'entremêle à des phénomènes fantastiques qui rend ce roman addictif. 

Enfin, j'ai été extrêmement touchée par la romance entre Benjamin et Léopold. Une fois encore, les émotions sont justes, ni surjouées, ni édulcorées, et le respect mutuel dans leur couple m'a beaucoup émue.

Aux petites heures de la nuit est un roman qui mérite amplement d'être connu et lu, alors n'hésitez pas à vous y plonger !


Chronique de la même auteure :



Lire la suite 0 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (38)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ? 

En réalité je ne réponds presque jamais à la dernière question, car je choisis mes lectures au coup par coup selon l'humeur du moment !

Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Roman / Nouvelle

Aux petites heures de la nuit - Flo Renard 💕
Coup de cœur pour cette histoire touchante sur fond fantastique.

Le Horla - Guy de Maupassant
Cité plusieurs fois dans ma lecture précédente, cela m'a décidé à le sortir de ma pile à lire !


Lire la suite 15 commentaires

Bilan juillet à septembre 2016


Un bilan groupé pour juillet, août et septembre, mois pendant lesquels mon activité habituelle s'est ralentie pour cause de visite familiale, voyage à Sydney et déménagement ! J'ai également pas mal de chroniques et d'articles en retard du coup !

Lecture

Lire la suite 0 commentaires

Harry Potter and The Cursed Child - JK Rowling, Jack Thorne, John Tiffany



Résumé éditeur 

The Eighth Story. Nineteen Years Later. It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children. While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places.

J'étais un peu sceptique lors de l'annonce de la sortie du texte de la pièce Harry Potter and The Cursed Child. Je suis une fan de la saga Harry Potter et j'avais très peur d'être déçue. C'est donc avec un mélange d'excitation et d'appréhension que j'ai chargé dans ma liseuse ce livre le jour de sa sortie. Et finalement, la magie a de nouveau opéré !

L'histoire reprend pile lors de l'épilogue du tome 7, aussi c'est avec l'impression de retrouver des amis de longues dates que j'ai démarré cette lecture. Si je suis familière de la lecture de théâtre, j'ai été un peu déstabilisée au début par plusieurs ellipses temporelles, mais très vite j'étais vraiment dans le texte.

Du point de vue de l'intrigue, on pourrait reprocher quelques facilités (oui j'ai trouvé le coupable assez vite en fait), mais je pense que le format théâtre ne permet pas la profondeur des romans, d'autant que ces derniers forment un tout structuré sur sept tomes. Ne vous attendez donc pas à des surprises époustouflantes.

En revanche, l'histoire mêle très bien l'ancienne génération - Harry, Hermione et Ron en tête, évidemment - et la nouvelle - avec Albus et Scorpius essentiellement. Les questions de l'héritage familial, qu'il soit positif ou négatif, sont également au cœur des thématiques.

Mais surtout, quel bonheur de retrouver tout l'univers Harry Potter ! Oui, là c'est la fan qui parle, sans la moindre once d'objectivité ! J'ai adoré retourner à Hogwarts, retrouver la magie, voir ce que sont devenus mes personnages préférés, revenir sur des passages des romans que j'ai tant aimé. Pour moi, sans aucun doute, la magie est toujours présente !




Lire la suite

C'est lundi, que lisez-vous ? (37)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Mangas

Semaine 100% boy's love avec tout de même trois coups de cœur !

Canis, tomes 1 à 3 - Zakk 💕
Une relecture en réalité de ce yaoi très attachant.

Parce que c'est l'essentiel - Chihaya Kuroiwa
Yaoi classique, plaisant sans plus.

L'étranger de la plage, tomes 1 et 2 - Kii Kanna 💕
Un titre délicat, tant dans l'histoire que pour les dessins.

Hidamari ga kikoeru, tomes 1 et 2 - Fumino Yuki 💕
Gros coup de cœur pour ce manga magnifique sur fond de handicap !

Lire la suite 4 commentaires

Kimi Wa Pet, tomes 1 à 14 - Yayoi Ogawa


Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes parus en VF : 14
Nombre de tomes parus en VO : 14


Résumé éditeur 

Diplômée des meilleures universités, salaire mirobolant, et une taille de 1,70m : Sumiré est journaliste, et la vie semble lui sourire. Et pourtant... ! Mise au placard dans son entreprise, abandonnée par son fiancé, elle se débat dans les tréfonds du désespoir, jusqu'au jour où elle fait une rencontre inattendue...


Kimi Wa Pet, littéralement "tu es mon animal de compagnie", est un josei, un manga destiné aux femmes adultes. A ce titre, il comprend des personnages et des thématiques plus matures qu'un shojo. 

Sumiré, working woman accomplie, recueille un jeune homme et l'autorise à rester chez elle comme... animal de compagnie qu'elle nomme "Momo" comme son ancien chien ! Si l'offre est inhabituelle, elle n'a absolument rien de sexuelle : Sumiré ne voit vraiment en Momo qu'un gentil compagnon qu'elle aime nourrir et dont elle adore gratouiller les cheveux. 
A partir de ce pitch original, c'est bien sûr une romance qui se développe. Mais pas comme on pourrait l'attendre : Sumiré est celle qui mène la danse - oui l'expression n'est pas anodine - et le triangle amoureux va prendre une saveur un peu spéciale lorsque Sumiré sera courtisée par son premier amour Hasumi. J'ai aimé que pour une fois l'héroïne ne soit pas une soumise / passive / cruche, mais une femme intelligente et indépendante.

La saveur du récit repose essentiellement sur ses personnages et sur le quiproquo de la relation entre Sumiré et Momo. 
Sumiré, grande, jolie, accomplie professionnellement, froide, agace au début : trop parfaite et en même temps trop détachée de Momo et des autres. Oui mais voilà, sous la façade peu à peu on découvre une femme qui n'a pas toujours su se mettre en valeur - ici son histoire avec sa meilleure amie explique beaucoup de chose - et qui au contraire manque de confiance en elle. Elle a bossé comme une dingue pour arriver où elle se trouve et sa condition de femme ne lui autorise aucun faux pas professionnel. 
A travers Sumiré, et sa meilleure amie aussi, c'est une fresque de la place de la femme dans la société japonaise. Et celles qui choisissent la voie de la carrière ne sont pas les mieux considérées.

Passons à Momo, qui se prénomme en réalité Takeshi, mais je vais rester sur "Momo". Car en effet, pour Sumiré il reste très longtemps "Momo", aussi fidèle et indispensable qu'un chien, mais pas un potentiel partenaire, d'autant qu'il est plus jeune et petit qu'elle et sans le sou. Au départ on en sait très peu sur lui et il semble plutôt stupide de marcher dans un tel deal. Puis, peu à peu, on découvre qu'il est danseur professionnel, pas si bête et surtout extrêmement attachant. Il prend ce que lui donne Sumiré, l'accepte telle qu'elle est et ne réclame (presque) jamais rien. Mention spéciale à son self-control : vivre avec la femme qu'on aime et garder son sang-froid physiquement, respect !

Le dernier élément du triangle est Hasumi, le premier amour de Sumiré. Disons les choses simplement : il a tout pour lui. Quasi parfait, comment pourrait-on le détester ? Et pourtant leur histoire ne nous inspire qu'une envie, qu'elle se termine pour que Sumiré et Momo se trouvent enfin. Leur romance ne fait d'ailleurs que mettre en valeur à quel point Momo est celui qu'il lui faut, le seul à connaître et chérir toutes les facettes de la jeune femme.

Voilà donc les ingrédients d'une romance drôle et intelligente, qui rafraîchit les codes du genre tout en faisant battre les cœurs ! Côté dessin, je suis fan des scènes de danse, je vous laisse admirer quelques extraits ci-dessous.

0 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (36)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu ces 2 dernières semaines


Le secret de l'inventeur, tome 2 - Andrea Cremer
Déçue par cette suite...

Iberico Pork, tomes 1 et 2 - Shoowa
Un yaoi un poil déjanté ! 

Mimic Royal Princess, tomes 1 à 5 - Yukihiro & Musashino
Relecture des 3 premiers tomes, puis lecture de la suite : cette série se bonifie avec les volumes !

Amanchu, tome 1 - Amano Kozue
Déçue par ce titre dont on m'avait vanté les mérites... Les dessins sont superbes par contre.

I recollect love et Glare at you, because I love you, tomes 1 et 2 - Yukue Moegi
Deux séries yaoi connectées entre elles.


Lire la suite

Canis, tomes 1 à 3 - ZAKK


Statut de la série : en cours
Nombre de tomes parus en VF : 1
Nombre de tomes parus en VO : 3


Résumé éditeur

Chapelier à la renommée internationale malgré son jeune âge, Satoru Kutsuna se contente de travailler dans son humble boutique, loin des projecteurs des défilés. Trop exigeant envers ses salariés, il se retrouve à devoir trouver pour le lendemain un nouvel employé en vue dun gros évènement. En rentrant chez lui désespéré de navoir trouvé personne, il tombe sur Ryou Kashiba, un jeune homme gisant inconscient sous la pluie et le froid, quil décide de ramener chez lui. Ce dernier, pour le remercier de son hospitalité, accepte alors de laider pendant les 2 prochains jours, après quoi il ira remplir son objectif : mourir.


Si je lis beaucoup de yaoi, les titres coup de cœur ne sont pas si nombreux, mais Canis en fait assurément partie !

J'ai à vrai dire du mal à écrire cette chronique, tant il est difficile de déterminer exactement ce qui fait le charme de Canis. Est-ce son graphisme particulier ? Son histoire, ses personnages ? L'ambiance ? Probablement un peu de tout ça à la fois.

Satoru est chapelier, artisan passionné et créateur de mode, cette particularité fait toute l'identité du titre. En effet, tout au long de l'histoire, on le voit créer, faire la promotion de ses œuvres, rencontrer ses pairs, participer à des défilés. Bref, chapelier, c'est ce qui défini le personnage de Satoru.
Il rencontre Ryou, jeune paumé qui arrive de New-York pour remplir une mission, puis mourir. Rapidement, on comprend que Ryou n'a pas toujours trempé dans des affaires reluisantes et que sa mission est plutôt louche. Leurs deux mondes vont finir par se côtoyer, pas toujours pour le meilleur.

Mais Satoru prend le jeune homme comme il est, sans lui poser de questions. Et Ryou est fasciné par cet artisan, qu'il aide dans son travail. Peu à peu ils vont se découvrir. Et quand je dis "peu à peu", c'est vraiment le cas : ici nulle scène de sexe torride dès la seconde page, les sentiments et la relation des deux hommes évoluent progressivement.  Et les voir se découvrir est très plaisant, ils sont à la fois drôles, tendres et touchants. 

Quant aux graphismes, j'en suis littéralement tombée amoureuse ! Zakk a un style très particulier, un peu pop, qui rend ce manga tout simplement irrésistible.

0 commentaires

Me Before You (Avant toi) - Jojo Moyes


Résumé éditeur 

Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l'Angleterre dont elle n'est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l'accueil glacial qu'il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l'accident qui l'a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n'a que quelques mois pour le faire changer d'avis.

Pour une fois, avec cette œuvre j'ai commencé par le film. J'en suis ressortie si conquise, que j'ai chargé ma liseuse avec Me Before You, l'ebook en VO donc.

Et là j'ai été plutôt déçue... Je n'ai pas retrouvé la Lou pétillante de l'adaptation cinématographique, ni l'émotion ressentie en salle.

Me Before You (Avant Toi) raconte la relation entre Lou, une jeune femme ordinaire de la classe ouvrière britannique, et Will, un jeune homme tétraplégique aisé. Le handicap est ce qui permet leur rencontre, tant ils viennent de milieux qui ne se côtoient guère. Au contact l'un de l'autre, ils vont s'apprivoiser puis évoluer.

Le roman traite du handicap physique lourd - Will ne peut bouger qu'une main et la tête - à la fois dans son implication au quotidien, mais aussi dans son acceptation - ou non. Will était très sportif et dynamique avant son accident et ne peut se résoudre à cette demie vie.

Mais la thématique va plus loin avec la question de l'euthanasie humaine, légale en Suisse, mais pas au Royaume-Uni. De la première réaction choquée, à la lutte pour faire changer d'avis Will, en passant par la compréhension ou l'acceptation, Lou rencontre et expérimente toute une palette d'émotions et réactions - les siennes et celles de la société. Ce roman contribue assurément à alimenter le débat.

Bien sûr, c'est une histoire triste, mais pas aussi émouvante que je ne m'y attendais. J'aurais probablement dû lire le livre avant de voir le film. Certaines situations qui m'ont fait réagir au cinéma grâce au jeu des acteurs sont tombées à plat ici, et j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs que le film a su éviter.

Quant à ma lecture en VO, j'ai été au départ un peu déstabilisée par l'Anglais très britannique. Certes normal, mais c'est la première fois que je ressens un tel décalage avec un roman britannique, j'en avait pourtant déjà lu quelques uns en VO (Jane Austen, Bram Stocker, Lewis Caroll, Roald Dahl, George Orwell, JK Rowling), mais je pense qu'ici c'est le niveau de langage plus familier qui m'a perturbée. Ça n'a pas empêché ma compréhension, mais à de nombreuse reprise des expressions m'ont interloquée et j'ai mis à contribution la fonction dictionnaire de la liseuse.

0 commentaires

Prunus Girl, tomes 1 à 6 - Tomoki Matsumoto

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes parus en VF : 6
Nombre de tomes parus en VO : 6

Résumé éditeur

Tandis que Maki va consulter la publication des résultats d’examens d’entrée au lycée, il rencontre une magnifique jeune fille dont il tombe immédiatement sous le charme. Le destin les rassemble non seulement dans le même lycée, mais également dans la même classe. Lors de la présentation individuelle à la classe, cette dernière, prénommée Aikawa, se présente comme étant un garçon ! Toutefois, le doute est permis, tant le jeune homme a la parfaite allure d’une délicate jeune fille. D’ailleurs, Maki ne semble pas convaincu du genre de son camarade qui ne cesse de jouer de son ambiguïté. Fille ou garçon ? Garçon ou fille ? Quelle est la réalité ? Finalement, cela importe-t-il vraiment pour Maki ?

C'est un peu par hasard que je suis tombée sur cette courte série plutôt plaisante. Si Prunus Girl parle d'homosexualité, c'est un titre parfaitement tout public, loin des yaois explicites. Il s'agit d'une comédie, qui interroge en même temps sur l'amour sous plusieurs formes.

L'histoire fonctionne surtout grâce à son duo principal : Maki et Aikawa. Le premier a un coup de foudre pour Aikawa, habillé en fille lors de leur rencontre. Eh oui, sur la couverture, malgré les apparences, c'est bien un garçon ! Sa personnalité pétillante, son absence de complexe à se travestir et son amusement de la confusion de Maki font toute la dynamique de l'intrigue. Maki de son côté passe tout d'abord du temps à déterminer le genre d'Aikawa et surtout à se démêler avec les sentiments qu'il lui inspire. Et pendant un bon moment le lecteur a lui aussi du mal à savoir si Aikawa est sérieux dans ses propos ou s'il joue avec son ami.

Malgré quelques longueurs et parfois un humour un peu trop ado masculin pour moi, la romance entre les deux héros est attachante, avec quelques moments vraiment mignons. Ce n'est donc pas un grand manga, mais une lecture drôle et légère, qui promeut un message de tolérance.

Lire la suite 2 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (35)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.


Comme pour mon dernier "c'est lundi" qui date du 15 août, c'est un bilan de plusieurs semaines ici. La visite de la famille et le déménagement (changement de quartier seulement) m'ont bien occupée ces derniers temps.

Ce que j'ai lu ces dernières semaines

Mangas

Barakamon, tomes 7 à 10 - Satsuki Yoshino 💕
Toujours aussi drôle et tendre, c'est la série antidépresseur par excellence !

Ikumen After, tomes 1 et 2 - Kazuma Kodaka
Un yaoi très doux et mignon.

Kimi Wa Pet (Au pied, chéri !), tomes 1 à 14 - Yayoi Ogawa
Un très chouette josei qui casse l'archétype de l'héroïne passive et revisite le triangle amoureux.
Chronique à venir

Six Half, tomes 1 à 5 - Rikako Iketani
Un shojo atypique, j'espère mettre la main sur la suite à l'occasion.
Chronique à venir

Le mari de mon frère, tomes 1 à 3 - Gengoroh Tagame 💕
Alors que le tome 1 s'apprête à sortir chez Akata, j'ai voulu découvrir ce titre atypique. Conclusion : il fera partie d'un prochain envoi de France, car j'ai beaucoup aimé ce trio et le message de tolérance transmis ici.
Chronique à venir

Lire la suite 4 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (34)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.


Avec les vacances à Sydney (article à venir !) et de la famille ici au Vanuatu tout le mois, j'ai eu peu de temps pour m'occuper du blog ces derniers temps. C'est donc les lectures des dernières semaines que je présente ici. J'ai du coup plein de chroniques à écrire !

Ce que j'ai lu ces dernières semaines

Mangas

Love, be loved. Leave, be left, tomes 1 à 3 - Io Sakisaka
Un shojo par l'auteure de Blue Spring Ride. Bien que classiques, ses histoires arrivent toujours à m'entraîner avec elles.

Prunus Girl, tomes 1 à 6 - Tomoki Matsumoto
Un shonen drôle et déconcertant avec son héros travesti ! Malgré quelques longueurs j'ai bien aimé cette histoire.

Arte, tomes 1 à 4 - Kei Ohkubo 💕
Relecture du premier tome et poursuite des aventures de la dynamique Arte, avec toujours autant de plaisir ! 

Ito-San - Kuraka Sui
Un yaoi sombre aux protagonistes intéressants.

Le Requiem du Roi des Roses, tomes 2 à 4 - Aya Kanno 💕
Je suis toujours aussi fan de cette brillante interprétation de la guerre des roses !

QQ Sweeper, tome 3 - Kyousuke Motomi
Histoire sympathique, bien que pas au niveau de Dengeki Daisy de la même auteure.

Le berceau des mers, tome 2 - Mei Nagano
Dans ce tome, nous avons levé l'ancre !

Zombie Cherry, tome 1 - Shoko Conami
Un shojo décalé, drôle et dynamique par la mangaka qui a créé Shinobi Life, qui était une série coup de cœur pour moi !

Lire la suite 12 commentaires

Le Requiem du Roi des Roses, tomes 2 à 4 - Aya Kanno


Résumé éditeur 

Le jeune Richard, impatient de voir son père bien-aimé monter sur le trône, l'encourage à prendre à nouveau les armes pour récupérer la couronne d'Angleterre. Après un premier échec, les partisans de la rose blanche parviennent à vaincre les Lancaster, et Henri VI est emprisonné tandis que la maison d'York accède enfin aux rênes du pouvoir.

Mais Marguerite d'Anjou, qui a réussi à fuir avec son fils, ne compte pas en rester là : elle lève des troupes et mène une fulgurante contre-attaque ! Mis en difficulté, le duc d'York essuie un terrible assaut alors qu'il se jette dans la mêlée. A présent que sa vie ne tient plus qu'à un fil, quel avenir s'offre à ses descendants.

York et Lancaster : deux familles, une haine ancestrale et un seul destin possible pour l'Angleterre déchirée ! 



‼️ SPOILERS possibles du tome 1‼️


Si j'ai aimé le tome 1 de cette adaptation manga de Shakespeare, ce n'était qu'une mise en bouche à côté de ces tomes suivants ! Le personnage de Richard prend à présent de l'ampleur, la seule personne qui le retenait dans la lumière le quitte, ce qui le fait basculer un peu plus dans la folie.

La folie semble d'ailleurs le thème central de cette histoire : qu'elle soit liée à la piété, à l'ambition, à l'amour (ou la haine), tous les personnages de cette fresque ont un grain ! Et nous, on se régale en les regardant se débattre, intriguer et trahir. Ça vous rappelle quelque chose ? En effet, si vous êtes fan de Game of Throne, ce manga est pour vous ! Ce n'est pas un hasard, puisque la guerre des roses est une des sources d'inspiration de George R. R. Martin.

Les sentiments sont également subtilement dépeints (on sent ici l'auteure de shojo), notamment entre Henri et Richard qui ignorent la véritable identité de l'autre. La mangaka joue à merveille sur l'hermaphrodisme de Richard pour torturer son coeur - et le nôtre ! Mais ce qui fait la grande force de cette fresque ce sont les personnalités de tous les protagonistes, chacun avec ses motivations et conflits internes. Le tout est servi pour un graphisme toujours aussi beau, tant pour les personnages que les décors.

En attendant, je suis terriblement frustrée de ne pas avoir la suite sous la main ! 

Lire la suite

C'est lundi, que lisez-vous ? (33)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Mangas

Mushishi, tome 1 - Yuki Urushibara
Un seinen étrange au rythme plutôt lent. J'ai bien aimé, mais sans plus.

Koudaike no Hitobito (Les gens de la famille Koudai), tome 1 - Kozueko Morimoto
Non licencié en France, j'ai bien aimé ce josei original autour d'une fratrie de télépathes.

Canis, tomes 1 à 3 - ZAKK 💕
Coup de coeur pour ce yaoi à la rencontre entre la mode et la mafia new-yorkaise, avec des personnages travaillés dont la relation évolue peu à peu. Le tout avec des dessins au style moderne.

Boku Girl, tomes 1 à 8 - Sugito Akira
Pas licencié non plus, j'ai passé un bon moment avec ce seinen érotique délirant. Plutôt une surprise à vrai dire.
Explication sur le titre : "boku" est une des façons de dire "je" pour les hommes en Japonais (les femmes disent plutôt "watashi" ou "atashi"). L'histoire est en effet celle d'un garçon qui subit un sort et se réveille en fille un matin. 
(Juste en passant : je m'étonne que la question des règles soit passée sous silence alors que sa situation dure au moins plusieurs mois !)



Lire la suite 13 commentaires

Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis - Luis Sepúlveda


Résumé éditeur 

Max est l’humain de Mix et Mix est le chat de Max. Ils grandissent ensemble, ils sont amis pour de vrai. Lorsque Max part faire ses études, il emmène son chat bien-aimé. Max est souvent absent et Mix, devenu vieux et aveugle, passe de longues journées solitaires. 
Un jour un bruit suspect lui révèle la présence d’une souris mexicaine très sympathique, qu’il baptise Mex. La souris bavarde et trouillarde, raconte le monde à Mix, qui l’emmène en balade et lui donne un coup de main quand il faut atteindre la dernière étagère du placard.
Ils sont très différents mais entre le chat rêveur et la souris gourmande et volubile naît une amitié comme sait si bien les raconter Luis Sepúlveda.


Voici donc le troisième conte philosophique destiné à la jeunesse écrit par le chilien Luis Sepúlveda. Comme pour les deux autres, il y dépeint avec humour et tendresse une amitié improbable, cette fois-ci entre un chat et une souris. Les deux ennemis naturels vont au contraire s'allier, le chat aveugle prêtant son agilité à la souris, celle-ci devient ses yeux.

Même si je n'ai toujours pas retrouvé l'énorme coup de coeur de la mouette et du chat, l'auteur nous offre de nouveau une jolie histoire d'amitié, prêchant - sans tomber dans un ton moralisateur - la tolérance et la richesse des différences individuelles. Ma fille l'a de nouveau dévoré en peu de temps, comme les deux autres.

J'ai prévu de découvrir une de ses œuvres adulte à l'occasion avec Le vieux qui lisait des romans d'amour.






Livre inclus dans le challenge jeunesse / young adult #5

2 commentaires

Sayonara Football, tomes 1 et 2 - Naoshi Arakawa


Résumé éditeur 

Nozomi a le foot dans la peau depuis qu'elle est toute petite. Elle dribble, passe et marque avec une agilité sans pareil ! A 14 ans, elle ne rêve que d'une chose : faire partie de la sélection officielle de son collège. Le seul problème, c'est qu'elle fait partie d'une équipe... masculine ! Malgré ses exploits en entraînement, son coach ne veut rien entendre. Pour lui, la différence de force physique est une barrière insurmontable en match réel. 
Nozomi est bien décidée à lui prouver le contraire. Elle est d'autant plus motivée que l'équipe adverse a pour capitaine Yasuaki, le garçon à qui elle a tout appris étant enfant. Mais aujourd'hui, il se permet non seulement de la dépasser d'une bonne tête, mais aussi de prétendre la surpasser sur le terrain !  
Maître contre disciple, technique contre physique... Que la bataille commence ! 

Moi, lire un manga qui parle de foot ?! Oui, si on m'avait dit que cela arriverait, j'aurais hurlé de rire, car je déteste le foot et les matchs qui durent des heures sur un terrain de 10km (génération Club Dorothée, oui je parle d'Olive et Tom) très peu pour moi !

Mais Sayonara Football a attisé ma curiosité pour deux raisons. La première est bien évidemment son auteur, Naoshi Arakawa, qui a signé le très beau Your Lie in April, un gros coup de coeur pour moi. La seconde est le pitch : une fille qui veut faire sa place dans un milieu masculin. La féministe en moi a été intriguée bien sûr.

À travers la conjugaison du thème sportif, du personnage féminin et une part de romance tout juste esquissée, Naoshi Arakawa propose un titre qui transcende les genres, un shonen pour tous en somme. L'auteur excelle dans cet exercice, qui était déjà fort bien réussi avec Your Lie in April (classé aussi en shonen).

La personnalité de Nozomi rend l'histoire sympathique et surtout dynamique ! En effet, la jeune fille n'est pas du genre à attendre bien gentiment son prince charmant, au contraire ! Et quand on lui dit "tu es une fille, tu ne peux pas", elle est bien décidée à prouver le contraire à tout prix.

C'est donc un titre drôle, frais et au message que je ne peux qu'approuver. J'ai en revanche trouvé LE match trop long pour moi, probablement parce que l'aspect foot ne m'intéresse toujours pas, du coup j'ai préféré le tome 1 au 2. Mais voilà, ça se tient bien, et la jeunesse a bien besoin de titres féministes !


Chronique du même auteur :

0 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (32)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Mangas

Love so Life, tomes 1 à 17 - Kaede Kouchi 💕
Relecture de ce shojo adorable.

QQ Sweeper, tome 2 - Kyousuke Motomi
Pas aussi bien que Dengeki Daisy de la même mangaka, mais plaisant tout de même.

Lovely Teachers, tomes 1 et 2 / Dangerous Teacher, tome 1 - Nase Yamato
Une série yaoi plutôt classique, mais dans laquelle je me laisse facilement entraîner (oui j'ai un faible pour les yaois pour ceux qui n'auraient pas remarqué lol !)

Kore wa koi no hanashi, tomes 1 à 10 - Chika (littéralement : ceci est une histoire d'amour)
Intriguée par le post du blog Kyoukai's World sur cette série non licenciée en France, j'ai décidé d'en tenter la lecture. Si le début m'a mise mal à l'aise, j'avoue que la mangaka gère bien le sujet et j'ai fini par être charmée par cette jolie histoire.


Lire la suite 12 commentaires

Love so Life, tomes 1 à 17 - Kaede Kouchi


Résumé éditeur 

Shiharu est une orpheline de seize ans qui désire devenir puéricultrice. Pour réaliser son rêve, elle travaille à mi-temps dans une garderie, tout en suivant ses cours au lycée. Sa vie prend une nouvelle tournure le jour où un client de la crèche lui propose de devenir baby-sitter à domicile des jumeaux dont il a la garde. La jeune fille accepte, ignorant que celui-ci est une grande star de la télé...
Love so Life est un shojo ultra-mignon avec une bonne dose de bonne humeur, de bons sentiments et de kawaii 💕 Pour autant l'auteure a su créer une intrigue qui tient la route et des personnages attachants.

Shiharu est une orpheline de 16 ans qui adore les enfants et travaille dans une crèche. Les jumeaux Aoi et Akane se sont attachés à elle et leur tuteur supplie l'adolescente de l'aider à s'occuper d'eux. En effet, Seiji n'est pas leur père, mais leur oncle et diverses circonstances (que je vais éviter de spoiler) font que ce jeune adulte s'est retrouvé avec deux enfants de deux ans à gérer seul, en plus de sa carrière très prenante. Pour ceux qui ne connaissent pas les enfants de cet âge, ce n'est pas vraiment le plus facile à vivre, surtout pour un "débutant" et avec des bambins perturbés par la situation !

Alors bien sûr, on sent rapidement que quelque chose va naître entre Shiharu et Seiji (c'est un shojo tout de même !), mais leur histoire est finalement très accessoire et progressive. Seiji se comporte en véritable gentleman avec elle, parfois même un peu trop à mon goût.

Non l'intérêt du titre repose sur les jumeaux, leur évolution, leur histoire familiale. On les suit sur environ 2 ans et l'on mesure leurs progrès grâce aux soins et à l'amour de Shiharu et Seiji au départ, puis d'autres adultes comme leurs grands-parents. Ils sont terriblement craquants tous les deux, avec des personnalités très différentes, des bêtises, des moments choupi, bref, des enfants !

Seiji est touchant dans ses efforts pour tout gérer et sa façon de donner priorité aux enfants malgré sa carrière télévisuelle. Sa rencontre avec Shiharu va littéralement le sauver. Celle-ci est une jeune fille très responsable pour son âge, gère les enfants de main de maître, mais la différence d'âge avec Seiji met aussi en avant son immaturité sur certains points. Eux aussi évoluent au fil des tomes au contact des jumeaux et l'un de l'autre.

Autour de ces quatre personnages principaux, gravitent divers personnages secondaires de tous âges. Des enfants et adolescents de l'institut où vit Shiharu, à sa meilleure amie Rio, en passant par les grands-parents des jumeaux, les amis de Seiji ou ses voisins. Tous forment un tableau très vivant et contribuent à approfondir l'histoire d'Aoi et Akane.

Côté dessins c'est tout aussi mignon. Mention spéciale pour les dernières couvertures japonaise (voir ci-dessous) qui sont plus dynamiques que les couvertures françaises actuelles, que je trouve trop chargées, et qui mettent mieux en valeur les personnages.

1 commentaires

J'apprends le Japonais - Christian Galan


Présentation éditeur 

Voici un manuel pour s’initier, de manière progressive et autonome, à la langue japonaise. L’enfant peut avancer page à page sans l’aide d’un adulte (et aussi bien, les parents, en cachette de leur enfant). Il apprendra le fonctionnement de l’écriture japonaise, les principes de la syntaxe, et la prononciation. En compagnie de Théo, Nicolas et Emilie, il suivra les leçons de Kitsouné le renard, qui lui permettra de comprendre facilement le japonais, d’une manière à la fois rigoureuse et amusante.
J'apprends le Japonais aux éditions Picquier est une méthode d'initiation amusante pour les enfants à partir de 9-10 ans et aussi utilisable pour des bases quand on est adulte. Les méthodes de Japonais pour enfant sont rarissimes en Français, aussi je n'avais pas hésiter à acheter celle-ci.

J'ai trouvé intéressante l'approche sur la grammaire, puisque dès le départ on explique la construction des phrases et l'utilisation des particules sujet, compléments, question, etc. Les hiraganas correspondants sont ainsi introduits peu à peu avec évidemment l'ordre des traits et des planches pour s'entraîner en fin de volume.

Très vite, les hiraganas sont combinés pour former les premiers mots, puis les premières phrases. Un système de calques permet de répondre aux exercices puis de superposer la réponse. De nombreux exercices sont proposés avec une correction à la fin.

En fin de volume on retrouve d'ailleurs la liste des mots abordés au cours du livre.
Lire la suite

Bilan mensuel : juin 2016

Lecture


Lire la suite 0 commentaires

Les enfants de la Baleine, tome 3 - Abi Umeda


Résumé éditeur 

Le danger guette la Baleine de glaise, gigantesque vaisseau voguant sur les dunes. Venus des confins de la mer de sable, des envahisseurs menacent d'exterminer sa population. 
Le Conseil des anciens décide à la hâte de se soustraire à ce futur en sabordant l'île, avec l'appui de la milice qui se contente d'obéir. 
Mais les enfants de la Baleine vont faire un choix. Un choix nécessaire, qui ne s'encombre plus des notions de bien ou de mal...



‼️SPOILER DES TOMES PRÉCÉDENTS‼️

La qualité de cette série ne se démend pas au fil des tomes, que ce soit sur le fond ou sur la forme.
La forme tout d'abord : les graphismes ne cessent de m'émerveiller, dès la magnifique couverture. Il n'est pas rare que je m'arrête sur une page juste pour me ravir les yeux des détails.
Le fond ensuite : l'intrigue alterne action, poésie et découverte de la culture de la Baleine.

Dans ce volume, nous reprenons l'histoire au moment où les anciens veulent recourir au suicide collectif. Mais les jeunes ne l'entendent pas de cette oreille et grâce à l'intervention de Chakuro avec l'aide de la mystérieuse Neri, Phaleina est sauvée. Ce qui ne résoud pas la question de l'attaque imminente des Apathoïa. Mais les enfants de la Baleine veulent protéger leur maison et leur culture à tout prix.

Comme la couverture le suggère, nous découvrons un peu plus le rebelle Ohni. Suoh prend son rôle de nouveau capitaine, tandis que Chakuro et Lycos évoluent avec les événements. La place des émotions prend de plus en plus d'ampleur et le lecteur sent de plus en plus la thèse de l'auteur pour défendre leur importance.

Des révélations dans ce tome, mais aussi de nouveaux mystères et de nouveau une fin en cliffhanger qui donne envie de se jeter sur le tome suivant !


Lire la suite

C'est lundi, que lisez-vous ? (31)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Romans

Le secret de l'inventeur d'Andrea Cremer 💕
Chouette uchronie steampunk !

Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis de Luis Sepúlveda 
Encore un joli conte de cet auteur.
Chronique à venir


Mangas

Adekan, tome 1 de Tsukiji Nao
Ce manga m'a laissée perplexe...
Chronique à venir

Les enfants de la Baleine, tome 3 d'Abi Umeda 💕
Toujours aussi bien !



Lire la suite 15 commentaires

Le secret de l'inventeur, tome 1 - Andrea Cremer

Résumé éditeur 

Imaginez un monde où l'Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d'Amérique... Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, 16 ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la luttent contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d'autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l'aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l'Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d'amis qui l'entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l'équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu'ils prétendent être, et l'existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace... Des décharges de métal de l'Empire, infestées de rats d'acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde ! Rébellion est le premier tome du Secret de l'inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d'Andrea Cremer, l'auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d'acier, magie vaudou, automates maléfiques et espions de haut vol, elle a su tisser un univers d'une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !

Cela faisait depuis le tome 2 de La Passe-Miroir que je n'avais pas dévoré ainsi un livre de 400 pages en 2 jours ! D'ailleurs l'univers de ces deux romans a pas mal de points communs : l'aspect steampunk bien sûr, mais aussi le changement de milieu social pour l'héroïne et les intrigues dans l'univers de la noblesse. Pour autant, ils ont chacun leurs spécificités et j'ai beaucoup aimé ce premier tome du Secret de l'inventeur !

L'histoire commence sur les chapeaux de roues, lors de la rencontre de Charlotte et d'un inconnu poursuivit par des machines de l'Empire. Nous sommes tout de suite plongés dans l'ambiance, résolument tournée vers l'action et le mystère. Charlotte est une héroïne comme je les aime : dynamique, résolue, loyale. Ici nous sommes loin de l'image d'une femme soumise qui attend d'être sauvée, elle manipule explosifs et fusils, supporte mal les fanfreluches et tient tête à son grand frère et l'ami de celui-ci, Jack. Les autres personnages sont tout aussi travaillés et j'ai beaucoup apprécié de les découvrir au fur et à mesure de la lecture, certains ayant beaucoup à cacher.

Si au départ la question centrale est celle de l'identité du garçon sauvé par Charlotte, elle est aussi un prétexte à découvrir le monde uchronique crée par Andrea Cremer. Dans cet univers, les Etats-Unis d'Amérique n'ont pu voir le jour, la révolution américaine ayant été écrasée par la couronne anglaise. L'auteur a au départ un bagage historique et explique avoir allié sa passion pour cette période de l'Histoire et imaginaire. Le résultat est plutôt convaincant, avec un côté familier du steampunk (plus souvent décrit en Angleterre) et des aspects plus politiques, sur fond de lutte pour la liberté. La plume est si agréable que j'ai eu la sensation que ce monde prenait vie sous mes yeux, des tenues de cuir aux véhicules de métal, des allées sombres aux grandes demeures, des cultes anciens à la magie.

J'ai donc hâte de lire le second volume de cette série, en espérant que la qualité se maintienne tout au long de la trilogie !




Livre inclus dans le challenge jeunesse / young adult #5


Lire la suite

Les chroniques de Gabriel, tome 1 - Fred Marty



Résumé 

Le jour où il reçut la lettre de sa mère, pourtant décédée dans d'étranges circonstances des années auparavant, Gabriel comprit que plus rien ne serait jamais comme avant. Il va découvrir l'existence d'autres mondes, s'y trouver plongé et devoir à la fois en sortir et découvrir la vérité sur sa famille et lui-même. 


Avec ce premier volume des Chroniques de Gabriel, Fred Marty nous entraîne dans un monde parallèle au nôtre, peuplé de créatures magiques plus ou moins (souvent plutôt bien moins d'ailleurs !) bienveillantes. La construction de l'intrigue, tout comme les références disséminées au fil du livre, donne l'impression d'être plongé dans un jeu de rôle dont les personnages joueurs sont Gabriel, Maeder, Ethan et Aymeric. Ce parti pris fait à la fois le charme du roman, mais aussi à mon sens ses quelques défauts.

L'écriture très fluide de l'auteur nous entraîne dans une aventure dynamique, qui ne manque pas d'humour, surtout grâce à son quatuor qui fonctionne à la perfection. Les quatre amis se complètent, tant humainement que dans les prises de décision et leur complicité est au coeur de l'histoire. Petite touche mignonne lorsque la petite Milathea les rejoint, elle est officiellement mon personnage favori !
Il est dommage que certains autres personnages ne soient pas plus développés en revanche, car ils donnent l'impression d'être des PNJ (personnages non joueurs) sans âme.

Le monde dans lequel le groupe évolue tire son inspiration de la mythologie, notamment basque. Comme j'affectionne moi-même les mythes divers (voir mes influences pour L'Opale de Feu), c'est un aspect qui m'a beaucoup plu, d'autant que je ne connaissais pas la culture basque et que les créatures sont à la fois différentes et familières de celles d'autres origines. 

Enfin, on sent très clairement un hommage à la culture geek, surtout à travers Ethan. J'ai trouvé ce point à la fois amusant et parfois frustrant par méconnaissance des références. En effet, si tout le monde (ou presque) connais StarWars ou les Pokemons, d'autres passages m'ont laissée perplexe. Quand un nom était cité, je suis allée me renseigner sur internet, mais il y a à un moment un discours avec des références cachées qui semblent évidentes pour le groupe (et l'auteur), mais à côté desquelles je suis complètement passée. Cela n'a pas gêné ma lecture globale, ni empêché de l'apprécier, mais peut-être qu'un petit renvoi en bas de page ne serait pas superflu.

Au final j'ai passé un très bon moment avec ce premier tome dont je lirai la suite avec plaisir !


1 commentaires

Cesare, tomes 10 et 11 - Fuyumi Soryo


Résumé éditeur 

Tout Pise est en effervescence : Giovanni de Médicis s'apprête à passer son grand oral, ultime étape qui le sépare de la fin de ses études et surtout de son accession au rang de cardinal... 
Mais sa réussite n'aura pas seulement des conséquences politiques. À la suggestion de Cesare, Angelo se prépare à partir pour Florence, où il est destiné à devenir le nouvel homme de confiance de Son Excellence. L'avenir des Borgia, des Médicis et de la papauté même repose désormais sur les épaules de Giovanni ! 
Fuyumi Soryo lève le voile sur le destin hors du commun de l'énigmatique Cesare Borgia dans un manga d'une richesse historique rare, tout simplement passionnant.

‼️Spoilers des tomes précédents‼️

Quel bonheur de retrouver cette série avec les deux derniers tomes parus à ce jour ! Quelle frustration de ne pas avoir déjà la suite sous la main ! Sitôt arrivés, sitôt dévorés, la qualitéincroyable de Cesare ne se démend pas, tant sur le fond que sur la forme.

Le tome 10 dépeint notamment l'examen de fin d'études de Giovanni de Médicis, face à un jury dont Cesare Borgia lui-même fait partie. Mais ce tome est surtout marqué par les moments entre Cesare et Angelo, très complices, et qui s'apprêtent à se séparer. Ici l'on mesure à quel point Angelo a mûri au contact de l'Espagnol, il est bien moins naïf et même plutôt rusé à présent. L'amitié sincère qui est née entre les deux hommes permettra à Cesare de disposer à Rome des yeux et oreilles du jeune Florentin.

Le tome 11 au contraire est beaucoup plus politique et historique (mais non moins passionnant !). Il se déroule entre Florence et Rome, où une série de bouleversements majeurs va conduire les Borgias aux portes de ce qu'ils attendent depuis toujours : le conclave.

À présent, je n'ai plus qu'à vous conseiller de faire comme moi si vous voulez connaître la suite et que cette période de l'Histoire ne vous est pas familière : aller lire la biographie de Cesare Borgia sur Wikipedia ! (Ou d'autres lectures sur lui bien sûr) En effet, le tome 12 n'a encore aucune date d'annoncée, il va falloir être patient !


Chronique de la même auteure :

Le journal interdit - Isa Lise

Résumé 

"Si par infortune, vous découvrez ce journal intime, abstenez-vous de le lire 
Avant de passer outre, réfléchissez bien. Connaître mon secret vous expose à des dangers insoupçonnés... Votre vie changera à jamais. Vous pourriez même la perdre." 
C'est par ces mots qu'Asia commence son journal intime. Solitaire, elle n'est pas tout à fait comme les autres femmes, elle s'interroge... Une rencontre magnétique avec un mystérieux homme lui apportera peut-être enfin des réponses... Mais à quel prix ?
Asia n'est pas une femme comme les autres et à travers son journal intime le lecteur découvre ses capacités extra-ordinaires au sens littéral du terme. Souvent moquée ou rejetée pour ses particularités, elle en souffre et a appris à les dissimuler. C'est une rencontre, et ce qui en découlera, qui va la mener sur le chemin de l'acceptation d'elle-même.

Si au départ le format du journal intime est peu naturel, l'écriture se fluidifie au fil de la lecture et Isa Lise a un talent pour des descriptions fines et efficaces. À travers les mots d'Asia le lecteur sent la tension monter tout au long de l'histoire jusqu'à un final bien amené mais dont on pourrait regretter la rapidité. La fin est ouverte et appelle à une suite : en projet ?


1 commentaires

Takane & Hana, tome 1 - Yuki Shiwasu




Résumé éditeur 

Hana, 16 ans, doit remplacer sa soeur lors d'une rencontre en vue d'un mariage arrangé. Elle fait ainsi la connaissance de Takane Saibara, jeune héritier du groupe Takaba, qu'elle trouve immédiatement arrogant et stupide. Elle n'hésite d'ailleurs pas à le lui faire savoir mais, à sa grande surprise, celui-ci lui propose bientôt un nouveau rendez-vous.
Takane & Hana est un shojo plein de fraîcheur et d'humour que j'affectionne particulièrement ! J'étais tombée sous son charme avant l'annonce de la licence française, je me suis empressée d'acheter ce premier tome à sa sortie.

Alors bien sûr c'est une romance, bien sûr on sait où l'intrigue va les mener et oui il y a certains clichés. Mais la mangaka en détourne un bon nombre avec humour, grâce à des situations rocambolesques et surtout ses deux protagonistes hauts en couleur !

Takane a tout pour lui (d'ailleurs son nom signifie "sommet") : il est beau à tomber, richissime, brillant. Le prince charmant ? Pas tout à fait, il a un caractère de cochon doublé d'une arrogance incroyable, sans compter ses difficultés à comprendre ce qui est "normal", tant dans la vie qu'en matière de relations humaines.

Hana quant à elle, n'a rien d'une jeune fille soumise : pétillante et bourrée de répartie, elle n'est absolument pas impressionnée par l'étalage des qualités de Takane. À vrai dire elle le trouve carrément gonflant, ne se prive pas pour le lui dire et le tourner en ridicule ! 

Avec ces tempérament explosifs, leur relation tient bien plus de la joute verbale que de la séduction et c'est ce qui fait tout le charme de ce titre très drôle ! Une chouette comédie romantique pour les amateurs du genre.

0 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (30)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Roman

Les chroniques de Gabriel, tome 1 : L'éveil de Fred Marty
Une aventure fantasy sympathique dans une atmosphère de jeu de rôle moderne.
Chronique à venir


Mangas

Body & Soul, tome 1 d'Erika Sakurazawa
Un josei étrange auquel je n'ai adhéré ni sur le fond, ni sur la forme...

Divine Nanami, tome 1 de Julietta Suzuki
Shojo mignon et classique : j'ai lu ce tome sans déplaisir, mais n'ai pas accroché assez pour continuer la série.

Sick de Tomo Kurahashi
Yaoi classique et sympathique.

Takane & Hana de Yuki Shiwasu 💕
Shojo coup de coeur déjà lorsque je l'ai lu il y a plusieurs mois avant que la licence française ne soit annoncée. Je l'ai donc acheté dès sa sortie et ai retrouvé les deux belligérants avec bonheur !

Le carnet de notes d'Endô-kun et Dans un coin de ciel nocturne de Nojico Hayakawa
Deux shounen-ai que j'ai relu pour le plaisir de ces histoires douces et des graphismes.

Cesare, tomes 10 et 11 de Fuyumi Soryo 💕
Enfin arrivés de France, je me suis jetée dessus et c'est toujours aussi bon !


Lire la suite 19 commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (29)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière

Pas de roman cette semaine pour cause d'abandon de lecture...

Mangas

Emma, tomes 1 à 10 de Kaoru Mori
Une romance historique qui nous plonge dans l'Angleterre Victorienne !

Boyfriend, tomes 1 à 3 de Fuyumi Soryo (non licencié en Français)
Shojo classique, une œuvre de jeunesse de la grande Fuyumi Soryo. J'aurais bien continué la lecture, mais n'ai pas pu mettre la main sur la suite.

Blue Morning, tome 1 de Shoko Hidaka
Yaoi historique 

Orange, tome 5 d'Ichigo Takano 💕
Relecture du tome final de ce petit bijou 💕

Marine Blue, tome 1 de Ai Yazawa
Shojo très classique, bien sans plus.


Lire la suite 10 commentaires

La Préhistoire


Cet article est un transfert de mon premier blog sur l'instruction en famille, initialement publié en décembre 2013. 

Notre façon de travailler a nettement évolué depuis pour diverses raisons :
- nous vivons à présent au Vanuatu où les ressources sont bien différentes,
- nous avons la chance de ne plus subir de contrôles et de ne plus avoir besoin de produire quelque chose pour un inspecteur de l'Education Nationale (et ça nous repose !),
- nous fonctionnons de plus en plus en mode unschooling et donc nous avançons plus en fonction des intérêts des enfants que de la chronologie finalement.

Pour autant sur le fond nous utilisons toujours autant les documentaires, livres et ressources numériques.


Après avoir abordé les différentes périodes de l'Histoire (article à venir), nous avons étudié la préhistoire, en parallèle d'un travail sur la classification et l'évolution.

LE site qui m'a servi de référence scientifique est celui d'Hominidés. Il rassemble toutes les dernières recherches et publications sur le sujet de la préhistoire et ce dans tous les domaines (évolution, techniques, migrations, etc).

Vous pouvez retrouver des ressources sur mon tableau Pinterest consacré à la Préhistoire.

Documentaires

Nous avons commencé par regarder la série documentaire réalisée par Jacques Malaterre : L'Odyssée de l'EspèceHomo sapiens et Le sacre de l'Homme (à voir dans cet ordre qui est chronologique). Ces documentaires couvrent toute la période préhistorique, jusqu'à l'apparition de la première civilisation, un bon moyen d'avoir une vue d'ensemble. Attention par contre, la préhistoire est par définition une période qui a laissé peu de témoignages et les connaissances évoluent : une bonne ouverture à l'esprit critique pour les enfants. Dans le cas de ces documentaires, il a été découvert par la suite que l'homme de Néandertal s'est hybridé avec notre espèce, contrairement à ce qui y est indiqué.

Nous avons également visionné les C'est pas sorcier sur cette période, il y en a en effet plusieurs, notamment dans la playlist Histoire et Archéologie.

Enfin nous avons abordé les migrations humaines avec la série BBC L'aventure des premiers hommes.
Lire la suite

Emma, tomes 1 à 10 - Kaoru Mori

Résumé éditeur 

En Angleterre à l’époque victorienne, Emma est femme de chambre pour une gouvernante à la retraite. Douce, calme et réservée, elle cache un passé douloureux. Lorsque le riche William Jones rend visite à son ancienne nourrice, il remarque la jeune fille, et petit à petit, des liens profonds se tissent entre eux. Entre Hakim, prince débarqué des Indes, Eléonore, la femme que ses parents destinent à William, et tout l’entourage de nos deux héros, Kaoru Mori dresse des portraits étonnamment réalistes, parfois au vitriol, de divers personnages de la bonne société britannique de l’époque, et dépeint avec délicatesse, sans mièvrerie, une histoire d’amour qui défie les conventions. Trait fin et élégant, profusion des détails : la première série d’une auteur couronnée à Angoulême pour Bride Stories.
Emma, par l'auteure du superbe Bride Stories, est une romance à l'atmosphère très "Jane Austen". Kaoru Mori y raconte l'histoire d'amour entre une servante, Emma, et un bourgeois, William, dans la société très hiérarchisée de l'Angleterre Victorienne. 

J'ai beaucoup aimé suivre leur romance contrariée, qui s'étale dans les tomes 1 à 7, avec un épilogue dans le tome 10 (à noter que l'édition actuelle, reprise par Ki-oon est en double volumes). Les autres tomes sont des tranches de vie qui suivent certains personnages, un peu dans l'atmosphère de Bride Stories, sans vraiment d'intrigue. Pour ma part j'aime moins ce concept, mais je reconnaît le talent de la mangaka à nous faire voyager à travers les lieux et les époques.

Car il faut dire qu'au-delà de la romance, Emma nous offre une véritable plongée dans le XIXème siècle, aussi bien graphiquement, que dans le propos. À travers la différence de statut de nos amoureux, c'est tout un système social qui est décrit, de la noblesse au petit peuple, du quotidien aux événements exceptionnels comme l'exposition universelle. Le chapitre sur le journal The Times est particulièrement représentatif de cette capacité à nous entraîner ainsi à travers le temps, passant de mains en mains, dans les bureaux, les offices des servantes, les mains des maîtres, pour envelopper un paquet chez un commerçant ou allumer un feu dans la rue. Ce titre est donc une véritable plongée dans l'époque.

En revanche, c'est parce qu'il y a une histoire avec une intrigue construite que j'ai aimé le lire jusqu'au bout, ce que Bride Stories n'a pas su m'offrir et j'ai donc préféré Emma. Les personnages sont attachants, que ce soit bien sûr la discrète Emma ou le peu conventionnel William, mais surtout toute cette galerie de personnages secondaires. Je suis fan d'Hakim, l'ami Indien de William, excentrique et exotique. Mais j'adore tout autant la famille très vivante de William, de sa sœur Grâce, jusqu'au petit Colin. Et que dire du manoir de la famille allemande où atterrit Emma, si agitée par son armée de domestiques, ses maîtres amoureux et leurs adorables enfants ! 

En résumé, Emma c'est avant tout une romance bien entendu, mais c'est surtout une fresque très vivante de l'Angleterre Victorienne !

C'est lundi, que lisez-vous ? (28)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière

Roman

Le journal interdit - Isa Lise
Chronique à venir


Mangas

Underwater : le village immergé, tomes 1 et 2 - Yuki Urushibara 

Sayonara Football, tomes 1 et 2 - Naoshi Arakawa
Chronique à venir

QQ Sweeper, tome 1 - Kyousuke Motomi


Lire la suite 11 commentaires

Underwater : le village immergé, tomes 1 et 2 - Yuki Urushibara

Résumé éditeur 

Par un été étouffant, alors que d'importantes restrictions d'eau frappent le Japon, une collégienne s'évanouit pendant un entraînement d'athlétisme. La jeune Chinami se réveille sur les berges idylliques d'une rivière aux eaux cristallines. 
Autour d'elle, un village paisible, où seuls vivent encore un vieil homme et un petit garçon. Ce lieu mystérieux, qui lui semble étrangement familier, va petit à petit lui livrer ses nombreux secrets... 
À mi-chemin entre Chihiro et Alice, Underwater nous entraîne dans un récit onirique émouvant. 

La jeune Chinami s'évanouit et se réveille dans un village fantôme à la pluie éternelle, un lieu si agréable qu'elle souhaite y retourner, d'autant qu'elle devient amie avec Sumio, un garçon qui est le seul habitant avec son père de cet endroit mystérieux. Entre une rivière fraîche et poissonneuse, une cascade qui abriterait un dieu-dragon et des maisons traditionnelles nichées dans la montagne japonaise, le lieu est acceuillant malgré sa pluie continue. 

Au fil de l'intrigue, le lecteur découvre le passé de ce village et qui sont ses derniers habitants. Puis peu à peu, l'on comprend le lien qui l'unit à Chinami et pourquoi elle s'y trouve. Et à travers ce récit enchanteur on découvre bientôt des drames humains. Entre processus de deuil - celui de personnes bien sûr, mais aussi celui d'un mode de vie - et plaidoyer pour la vie rurale, Underwater présente une lecture touchante à plus d'un titre, portée par des graphismes magnifiques.


Lire la suite 0 commentaires

Rokka Melt, tomes 1 à 4 - Rei Toma

Résumé éditeur 

Ichika, une lycéenne comme les autres, voit son quotidien bouleversé le jour où, en rentrant de la supérette, elle trébuche sur les corps de deux beaux garçons. Ces derniers, à la peau aussi froide que la glace, cherchaient désespérément leur chemin vers... la maison d’Ichika ! Eh oui, à cause d’une vieille promesse de famille, la jeune fille est promise en mariage... aux fils de la Femme des Neiges ! Et comme si la situation n’était pas assez loufoque comme ça, la voilà qui devient leur amulette. Sa mission désormais : choisir celui qui fera fondre son cœur.
Si je me suis plongée dans Rokka Melt, c'est bien entendu parce que l'auteure est celle de l'excellent L'Arcane de l'Aube. Registre très différent ici, nous sommes sur une comédie romantique sans prétention, que j'ai bien aimé sans être aussi séduite que par sa série précédente. En revanche j'ai retrouvé avec plaisir ses très beaux graphismes.

C'est donc un shojo plutôt classique, triangle amoureux et compagnie, mais avec une touche de fantastique qui apporte un peu de fraîcheur - littéralement ! Yukinari et Tôgo sont en effet les fils d'une femme des neige et ont des pouvoirs qui rappellent évidemment Elsa de Disney. Ichika se trouve non seulement a devoir choisir l'un d'eux pour fiancé, mais en plus à gérer les pouvoirs mal maîtrisé du plus jeune, Yukinari. Cette situation donne lieu à des situations périlleuses et amusantes. 

J'ai bien aimé les trois personnages principaux : Ichika est dynamique et attachante, Tôgo un poil play-boy, quant à Yukinari c'est l'archétype de l'ours qui cache sa générosité.

Bref, j'ai passé un bon moment avec cette courte série, j'ai juste trouvé la fin un peu bâclée. Je préfère tout de même Rei Toma sur le registre de la fantasy épique.


Chronique de la même auteure :


Lire la suite

C'est lundi, que lisez-vous ? (27)

Voici le rendez-vous "c'est lundi, que lisez-vous ?", organisé par le blog de Galleane.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Un petit 💕 à côté de mes coups de coeur.

Ce que j'ai lu la semaine dernière

Mangas 

J'ai eu des envies de shojo cette semaine, mais bien du mal à trouver mon bonheur. Pas de roman / théâtre de terminé, j'ai tenté et abandonné Richard III de Shakespeare.

Masked Noise, tome 1 - Ryoko Fukuyama
Trop brouillon.

Lady and Butler, tomes 1 et 2 - Fuyu Tsuyama
Trop cliché, trop lent.

Say I love you, tome 1 - Kanae Hazuki
Beaucoup trop cliché ! Le type le plus populaire du lycée qui a le coup de foudre pour la fille la plus marginale... Ça peut fonctionner sur certains titres, comme Mars de Fuyumi Soryo, mais là c'est tellement rapide et téléphoné qu'on n'y croit pas une seconde.

Entre toi & moi, tomes 1 à 4 - Haru Tsukishima 
Bonne surprise là par contre.

Double Je, tomes 1 à 5 - Reiko Momochi 💕
Très surprise par ce titre qui tient plus du seinen que du shojo.

Rokka Melt, tomes 1 à 4 - Rei Toma
Par l'auteure de L'Arcane de l'Aube.
Chronique à venir


Lire la suite 9 commentaires

Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur - Luis Sepúlveda

Résumé éditeur 
Les escargots qui habitent sous l'acanthe touffue, dans la prairie qu'ils appellent le Pays de la Dent-de-Lion, mènent une vie paisible, lente et silencieuse ; ils sont à l'abri des autres animaux et entre eux s'appellent simplement "escargot". L'un d'eux pourtant trouve injuste de n'avoir pas de nom et surtout il voudrait connaître les raisons de la lenteur. Malgré la désapprobation de ses camarades il entreprend un voyage qui lui fera rencontrer un hibou mélancolique, une tortue pleine de sagesse, des fourmis très organisées, et gagner un nom à lui. A leur contact il comprendra la valeur de la mémoire et la vraie nature du courage, ce qui lui permettra de sauver ses camarades lors d'une aventure héroïque pour échapper à la destruction par les hommes. Un nouveau personnage inoubliable rejoint la galerie de Luis Sepúlveda. Une belle histoire qui nous montre comment redécouvrir le sens perdu du temps.


Après la merveilleuse Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, ma fille et moi avons voulu découvrir d'autres titres jeunesse de Luis Sepúlveda. C'est encore un joli conte philosophique, même s'il ne m'a pas touchée autantquele précédent.

Notre héros est un escargot qui vit dans une communauté (d'escargots donc) rythmée par une routine certaine et un monde plutôt limité. Sauf que lui, il pose plein de questions : pourquoi sommes nous lents ? Pourquoi je n'ai pas de nom ? Et il agace ses congénères, satisfaits de l'ordre établi. C'est à travers un voyage dans le monde de la prairie qu'il va trouver des réponses à ses questions.

Au-delà du thème de "l'importance de la lenteur" qui est évidemment traité par Luis Sepúlveda, on retrouve indubitablement son engagement écologique déjà présent dans l'histoire de la mouette. 
Mais ce qui m'a le plus marquée est son plaidoyer pour les curieux, les aventureux, ceux qui osent remettre en cause l'ordre établi et innover. Parce que c'est exactement ce qu'est cet escargot, qui se heurte au scepticisme de la communauté et particulièrement des anciens.


Chronique du même auteur :



Livre inclus dans le challenge jeunesse / young adult #5

Lire la suite 2 commentaires

Double Je, tomes 1 à 5 - Reiko Momochi

Résumé éditeur 

Nobara et Kotori sont des sœurs jumelles. La première est plutôt espiègle, la seconde une fille sage. Mais deux terribles drames vont venir bouleverser leurs vies... surtout de l'une d'entre elle ! Comment faire face à la mort d'un être cher ? Au manque d'amour ? À l'injustice et à la culpabilité ? Faut-il renoncer à son propre bonheur pour se construire un avenir dans une société trop cruelle ? La route sera longue, torturée et tumultueuse, mais au bout du chemin demeure un espoir : celui du pardon... et surtout d'une vie meilleure.
Ne vous arrêtez pas à la catégorie ou au graphisme résolument typé shojo : Double Je serait parfaitement à sa place en seinen (manga adulte), parmi les thrillers psychologiques. Si je pensais lire un shojo classique en ouvrant le premier volume, j'ai été très surprise (dans le bon sens) par ce titre !

Difficile de vous en parler sans risquer de spoiler... Un premier drame va intervenir dans la famille des jeunes Nobara et Kotori, ce qui va les amener à vivre séparées et à parfois échanger leurs places. Elles sont en effet physiquement identiques, bien que de caractères opposés. Un second drame va conduire l'une d'elle à vivre sous l'identité de l'autre.

Je m'attendais à ce que le thème de la gémellité soit plus exploité encore, mettant plus en avant les similarités et différences des deux jeunes filles suite à l'inversion. Cependant l'intrigue vire rapidement au thriller psychologique où la soif de vengeance devient le moteur principal de Nobara/Kotori. 

Double je aborde ainsi des sujets très difficiles sans prendre de gants : le deuil, la justice au sens large du terme - y compris la peine de mort, en vigueur au Japon -, la vengeance, la culpabilité. Attention donc à l'âge / sensibilité du lecteur, ce titre m'a tiré plusieurs fois des larmes, mais je ne regrette absolument pas ma lecture.

0 commentaires

Le berceau des mers, tome 1 - Mei Nagano

Résumé éditeur 

Dans l'Angleterre de la révolution industrielle, Monica, une jeune fille pauvre, est engagée comme femme de chambre dans la grande villa d'un riche gentleman, qui lui donne pour mission de veiller sur Evan, son nourrisson. Mais suite à la disparition en haute mer de son protecteur, Monica est chassée de la villa, et doit retourner vivre dans les bas-quartiers. Un an après ce revers de fortune, Monica retrouve le petit Evan et découvre avec stupeur que la tombe de son ancien maître est vide. Remplie d'espoir que son bienfaiteur est encore en vie, Monica décide de se lancer à sa recherche et embarque sur un bateau à vapeur avec Evan dans les bras. Mais l'aventure semble semée d'embûches...

Le Berceau des Mers nous plonge dans l'Angleterre de la révolution industrielle aux côté de la jeune Monica. La jeune fille fait partie du petit peuple, qui survit au jour le jour, depuis la mort de son maître. Mais lorsqu'elle tombe sur Evan, le fils de ce dernier, qui est délaissé par ses tuteurs et qu'elle se rend compte que la tombe du maître est vide, elle reprend espoir et enlève l'enfant. Elle prend alors son destin et celui d'Evan en main, et décide de prendre la mer pour retrouversonbienfaiteur.

Si l'intrigue est plutôt classique, elle est menée d'une telle manière que l'on a envie de suivre Monica et Evan dans leurs aventures. Et à vrai dire je ne dédaigne jamais une héroïne qui prend des risques pour parvenir à ses fins au lieu d'attendre qu'on vienne la sauver ! La jeune fille est de cette trempe, malgré ses peurs et les difficultés qui se dressent sur son chemin, son amour pour le petit Evan et son père lui font soulever des montagnes. 

Ce premier tome d'introduction immerge dans l'époque et pose les personnages, parfois hauts en couleur, mais le voyage ne fait que commencer.

0 commentaires