Manga Boy's Love : mon top 10

Si vous suivez mon blog, vous avez dû remarquer que je lis beaucoup de boy's love (BL). Comme son nom l'indique ce terme regroupe des histoires dans lesquelles il y a une romance entre hommes. Le genre vise un public plutôt féminin, contrairement au men's love / bara destiné plutôt aux hommes - je dis "plutôt" parce que bien sûr rien n'empêche l'un ou l'autre public de s'intéresser à tout !
Pour simplifier, le BL se décline en deux sous-genre : le shonen-ai dans lequel il n'y a pas de scènes erotiques et le yaoi qui en contient plus ou moins. Les termes sont en réalité assez flous, certains titres classés yaoi tenant plus du shonen-ai, je les qualifierais de "yaoi soft".

Le genre traîne avec lui une mauvaise image de titres stéréotypés, sans intrigue et uniquement là pour satisfaire les fantasmes des lectrices. Oui, il y en a qui répondent à ces critères, mais le BL est comme tous les autres genres : la qualité va du très mauvais à l'excellent, en passant par toutes les nuances. Il est donc un peu dommage de l'écarter d'emblée sans lui donner sa chance.

Ce sont avant tout des histoires d'amour et au fond peu importe le sexe des protagonistes, si ce n'est que leur homosexualité ouvre le champ à des problématiques supplémentaires, des obstacles éventuels à leur histoire. Ou parfois non, et c'est bien aussi, car cela banalise une forme d'amour qui ne devrait plus poser de problème à la société. Les mangakas sont essentiellement (totalement ? Je n'ai pas de contre-exemple en tête) des femmes et, pour ma part, je suis souvent touchée par leur sensibilité artistique.
Alors, bien sûr, une part de fantasme entre souvent en jeu, j'ai envie de dire "et alors ?". Cela n'empêche pas d'écrire une bonne histoire pour autant.


Je vous présente donc ci-dessous mes 10 BL préférés, ce qui m'a obligée à écarter beaucoup d'autres bons titres. Ils ne sont pas classés par ordre de préférence, parce que j'en suis incapable, d'autant qu'ils sont très différents, mais par degré de scènes érotiques, car je sais que tout le monde n'est pas à l'aise avec celles-ci. Que cela ne vous empêche pas de découvrir le genre, notamment avec les premiers titres. 

Je me suis efforcée de ne pas mettre plusieurs fois la même auteure, mais en général, si son nom est présent ci-dessous je conseille ses autres mangas. Pour le dernier de cette liste, j'ai longuement hésité entre ce titre là, non publié en France, et celui qui a été publié (beaucoup plus tout public), mais finalement il s'agit de mes préférés d'où ce choix.

Shounen-ai et yaoi soft


Dans ces titres les scènes amoureuses ne vont pas plus loin que des baisers.

Hidamari ga kikoeru - Fumino Yuki

Statut de la série : en cours
Nombre de tomes en VF : 1
Nombre de tomes en VO : 2

Résumé éditeur 
Kôhei, étudiant atteint de surdité, est souvent incompris par les autres, ce qui l’a amené à prendre ses distances petit à petit avec son entourage. Mais un beau jour, il va faire la rencontre de Taichi, étudiant dans la même université que lui. De nature joviale et qui n’hésite pas à dire franchement tout ce qu’il pense, cet étrange garçon va toucher Kôhei au plus profond de son coeur avec ces quelques mots : «ce n’est pas de ta faute si tu es malentendant !». Il est loin de s’imaginer à quel point Kôhei va peu à peu changer grâce à lui.

Bien plus qu'un simple BL, ce titre est une ode à la tolérance et une incursion dans le monde du handicap auditif. La personnalité fonceuse et lumineuse de Taichi permet d'éviter l'écueil d'une histoire qui tomberait dans l'apitoiement, en même temps qu'il secoue à sa manière Kôhei. 
La mention "pour public averti" de l'éditeur me laisse perplexe car il n'y a que très peu de scènes amoureuses, qui se limitent à des baisers. Au contraire Hidamari ga kikoeru peut être lu par tous, pour une belle leçon sur le handicap, et une approche de l'homosexualité banalisée, contrairement à beaucoup de BL qui en font un obstacle supplémentaire entre les protagonistes.


Seven Days - Venio Tachibana & Rihito Takarai

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes : 2

Résumé éditeur 

Par un lundi matin ensoleillé, Shino Yuzuru et Seryou Touji se rencontrent devant la porte de l'école. Shino demande alors à Seryou s'il accepte de sortir avec lui. Seryou très populaire, a l'étrange habitude d'accepter les rendez-vous de tous ceux qui lui font la demande. Néanmoins, au bout d'une semaine, il quitte toujours son partenaire sans ménagement !

Si l'histoire est assez classique, si on devine la conclusion, Seven Days entraîne le lecteur par sa narration. Sa particularité est son déroulement sur une semaine, au cours de laquelle Yuzuru et Touji vont se découvrir, suite à ce qui ressemble au départ à une blague. Leur sentiments vont évoluer, sur fond d'insécurité face à la date butoir des 7 jours. Entre les déceptions passées de l'un, un ancien (actuel ?) amour que l'autre ne parvient pas à oublier, les incompréhensions et quiproquos s'enchaînent.
Très doux, notamment grâce aux dessins de Rihito Takarai (vous verrez plus loin que j'ai un faible pour elle), ce titre est complètement tout public malgré son classement yaoi.


10 dance - Inoue Satou

Statut de la série : en cours
Nombre de tomes en VF : 2
Nombre de tomes en VO : 2

Résumé éditeur 

Shinya Suzuki et Shinya Sugiki sont respectivement champions de danse latino-américaine et de danse standard. À l'initiative de Sugiki, ils s'enseignent mutuellement leurs spécialités pour tenter le « 10 Danses », compétition durant laquelle les athlètes s'affrontent sur 10 styles différents. Tout oppose ces deux danseurs de caractère et de nature foncièrement différents et dont le seul point commun est la ressemblance de leurs noms. Mais leurs conflits permanents ne cachent-ils pas autre chose ?

10 dance est un titre qui ne paye pas de mine au premier abord et pourtant j'ai de l'affection pour celui-ci. Peut-être parce qu'il se déroule dans le milieu de la danse de compétition et ne se contente pas d'être un simple BL ; peut-être que cela tient aux caractères des deux Shinya, si différents et semblables à la fois ; ou bien au rythme de l'histoire d'amour qui prend son temps. Probablement un peu de tout ça, ainsi que les dessins en mouvement que j'aime beaucoup.
Contrairement aux titres précédents que je mettrais entre toutes les mains, 10 dance est pour un public au moins grands ados, même sans scènes de sexe (pour l'instant : j'ignore si cela va venir par la suite !), car les conversations sont parfois adultes.

Peu explicites


Quelques scènes explicites, mais peu nombreuses et/ou peu détaillées.

Seule la Fleur Sait / Fleur et Sens - Rihito Takarai

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes : 3 + 1 one-shot (préquel)

Résumé éditeur

Arikawa fait une rencontre inattendue avec un étudiant, Misaki, en lui donnant un coup de main. Le même jour, en rentrant à la maison, il le rencontre à nouveau par accident en lui rentrant dedans. Il récupère accidentellement le collier de fleur de Misaki qui semble avoir une valeur sentimentale...

Je crois que si je devais choisir un seul yaoi à conseiller, ce serait celui-ci ! C'est en tout cas le titre qui a achevé de me faire tomber amoureuse du genre. J'y ai inclus Fleur et Sens, un prequel qui raconte la relation de jeunesse entre le grand-père de Misaki et le professeur de celui-ci, et qui est aussi beau que le reste de la série.
Tout d'abord je suis absolument fan des dessins de Rihito Takarai, qui est l'illustratrice de Seven Days présenté ci-dessus. Mais ici elle est également au scénario et j'apprécie la sensibilité avec laquelle elle dépeint l'histoire de Misaki et Arikawa, deux personnalités bien différentes.


Canis - Zakk

Statut de la série : en cours
Nombre de tomes en VF : 2
Nombre de tomes en VO : 3

Attention, ce manga est peu explicite pour les 3 premiers tomes, mais le 4 (en cours de publication au Japon) l'est beaucoup plus (plus violent également).

Résumé éditeur

Chapelier à la renommée internationale malgré son jeune âge, Satoru Kutsuna se contente de travailler dans son humble boutique, loin des projecteurs des défilés. Trop exigeant envers ses salariés, il se retrouve à devoir trouver pour le lendemain un nouvel employé en vue d'un gros évènement. En rentrant chez lui désespéré de n'avoir trouvé personne, il tombe sur Ryou Kashiba, un jeune homme gisant inconscient sous la pluie et le froid, qu'il décide de ramener chez lui. Ce dernier, pour le remercier de son hospitalité, accepte alors de l'aider pendant les 2 prochains jours, après quoi il ira remplir son objectif : mourir.

J'ai déjà parlé de Canis dans une chronique. Une histoire au carrefour de la haute-couture et de la mafia, avec de l'humour, du mystère, des sentiments et un dessin exquis ! Un titre dont le charme repose sur le mélange de ces éléments, sa romance progressive et ses héros adorables et matures à la fois.


New York New York - Marimo Ragawa

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes : 4

Résumé éditeur 

Ken Walker est un policier new-yorkais admiré et apprécié de tous ses collègues. Par peur de décevoir ses proches et aussi d'être découvert, Ken cache qu'il est gay et s'interdit toute relation suivie... jusqu'au jour où son chemin croise celui de Mel Frederics, un jeune homme calme et doux au passé sombre. Une rencontre qui va bouleverser leur vie...

New York New York est un titre un peu à part dans le monde du yaoi. Tout d'abord graphiquement : on est loin des hommes fins et longilignes, voire efféminés. Le style est à la fois plus réaliste et plus rétro - il date des années 90 -, ce qui peut déstabiliser dans un premier temps. J'ai cependant assez vite passé outre, car l'histoire est elle aussi plus sérieuse que beaucoup de yaois, dans le sens où la relation de Kain et Mel soulève de nombreuses questions autour de l'homosexualité. Si certaines sont un peu datées - le mariage gay est à présent possible aux US - beaucoup semblent malheureusement encore d'actualité : de la peur du coming-out, à l'homophobie, en passant par l'adoption. Le tout sur fond parfois romance, souvent policier, avec des scènes ou évocations violentes.
Au premier abord l'on peut être agacé par les héros - Kain et son côté sale type hyper jaloux ; Mel au caractère angélique - mais très vite l'on se rend compte que leurs comportements sont le résultat de leur passé et leurs peurs. Leur très belle relation va les faire évoluer et le lecteur les suit du début à la fin de celle-ci avec un dernier chapitre qui m'a émue aux larmes.


Little Butterfly - Hinako Takanaga

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes : 3

Résumé éditeur

Atsushi Nakahara est un lycéen taciturne et solitaire. Yûki Kojima se sent étrangement attiré par ce camarade de classe qui ne lui a jamais adressé la parole. Il profite d'un voyage scolaire pour briser la glace et devenir son ami.
Il découvre alors petit à petit les problèmes familiaux de ce dernier et se rapproche de lui jour après jour.

Hinako Takanaga est une auteure de yaoi que j'apprécie, notamment pour son Tyrant who fall in love et Little Butterfly est sans conteste son titre le plus touchant. Nakahara est coincé entre une mère mentalement instable et un père absent, tandis que Kojima est un garçon dynamique et optimiste. C'est grâce au développement de leur jolie relation qu'ils vont traverser les tourments de l'adolescence.

Beaucoup plus explicites


Plus de scènes de sexe, plus détaillées.

Le jeu du chat et de la souris - Setona Mizushiro

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes : 2

Résumé éditeur 

A cause de son caractère indécis, Kyoïchi s'est laissé prendre plusieurs fois au piège de l'adultère. Mais un jour, apparaît devant lui un homme que son épouse a engagé pour enquêter sur ses infidélités : il s'agit d'Imagasé, un garçon qu'il a connu à la fac. Ce dernier accepte de garder le secret, mais en échange, il lui réclame son corps. Entre les deux hommes, c'est le début d'une histoire d'amour qui ne manquera pas de vous serrer le cœur.

Le jeu du chat et de la souris est un des premiers yaoi que j'ai lu, découvert parce que j'avais adoré L'infirmerie après les cours de la même mangaka. En plus d'être un des meilleurs yaois que j'ai lu, c'est tout simplement un de mes mangas préféré tous genres confondus. Parce qu'ici l'histoire joue sur la psychologie de deux personnages imparfaits, et donc terriblement humains : Kyoïchi, lâche, incapable de refuser l'amour de l'autre, reflet de son insécurité ; Imagasé dont la passion confine à la folie face à son amour sans espoir, et qui va user de méthodes peu recommandables. Si ce titre est explicite, les scènes de sexe ne sont pas du pur fan service, mais bien une part importante du cheminement des deux protagonistes, en particulier Kyoïchi, en proie à un trouble entre son identité sexuelle et ses sentiments. Setona Mizushiro joue avec ses personnages sans les épargner, et avec notre cœur de lecteur au passage (oui, après 4 ou 5 relectures, je pleure toujours à certains passages !).

Âmes sensibles, s'abstenir !


De la violence, du SM, des sujets sensibles voire tabous... Vous êtes prévenus, ces titres sont excellents, avec une tension psychologique incroyable, mais ils ne sont pas pour tout le monde !

Sakura-gari - Yuu Watase

Statut de la série : terminée 
Nombre de tomes : 3

Résumé éditeur 

Avec la restauration, le visage du Japon change brusquement. Masataka Tagami, un jeune garçon monté à la capitale pour réussir entre au service de la famille Saiki pour financer ses études. Au service du jeune Sôma, le futur maître de maison, son arrivée va le plonger au coeur des manigances de cette famille étrange dont l’aîné à la beauté diaphane exerce une attraction irrésistible sur tous ceux qui l’entourent !

Oui, il s'agit bien de la même Yuu Watase dont je vous ai présenté les titres de fantasy tout public, et qui dessine aussi des shojos tous mignons. Oubliez tout ce que vous connaissez de cette artiste, Sakura-Gari est un titre résolument différent, à l'ambiance glauque, voire malsaine, et violente. Sur un fond de Japon historique, le naïf Masataka se retrouve peu à peu pris au piège d'une famille de nouveaux aristocrates, à la morale douteuse et aux placards remplis de squelettes. Tensions psychologiques, mystères, retournements de situations, personnages torturés, l'intérêt de Sakura-Gari va bien au-delà de son côté yaoi.


Kaori no Keishou - Asumiko Nakamura

Statut : terminé au Japon, non publié en France
Nombre de tomes en VO : 2

Résumé (traduction personnelle) 

Takezou, parfumé avec l'eau de toilette à la rose de sa belle-sœur, se glisse dans la chambre de Shinobu. Invisible pour Shinobu il caresse le corps de son frère. L'histoire de la relation adulte entre deux frères par alliance.

Il fallait absolument un titre d'Asumiko Nakamura dans mon top. J'ai hésité entre son très joli et doux Doukyusei, publié en France (que je conseille à tous, chronique ici : https://opaledefeu.jimdo.com/2016/12/06/doukyuusei-anim%C3%A9/ ), mais j'ai opté pour Kaori no Keishou (l'héritage du parfum) qui est celui que je préfère. Vu les sujets abordés et son aspect glauque, je doute qu'il soit un jour licencié en France... tout comme beaucoup d'autres de ses titres, notamment J no Subete (tout sur J) que j'aime beaucoup aussi.
Asumiko Nakamura c'est d'abord un trait très particulier, qui peut déstabiliser au premier abord, et pourtant, son style graphique est magnifique, avec une mise en scène des planches quasi cinématographique et des jeux de clair-obscur superbes. C'est ensuite une auteure qui bouscule émotionnellement ses personnages et le lecteur avec, car elle n'hésite pas à s'attaquer à des tabous et à dépeindre des êtres aux passions dévastatrices. Enfin, elle a le don pour mettre en place une atmosphère sensuelle, qui ne passe pas que par le visuel, surtout dans ce titre autour du parfum.
Si j'aime tant Kaori no Keishou, c'est pour toutes ces raisons à la fois. Sa lecture m'a ébranlée, la relation dépeinte est immorale à plus d'un titre, les protagonistes sont lâches chacun à leur manière, et malgré tout je me suis attachée à eux, touchée par leur attirance désespérée.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Manga Suki (mercredi, 16 novembre 2016 08:48)

    Le voilà enfin, le fameux :D

    Il y a beaucoup de titres que je ne connais pas, du coup je prends note ! Je suis surtout trèèès attirée par Seule la fleur sait, ayant beaucoup aimé Seven Days ! 10 Dance me fait vraiment de l'oeil également, le dessin a l'air sublime.

    En revanche, Sakura Gari, j'ai beau adorer l'auteure, c'est non direct... Je crois que je n'ai jamais fini le tome 1, parce que pour moi, ça reste des scènes de viol, et pas d'amour. Quelque part, j'aimerais avoir la force de continuer, mais j'ai trouvé ça tellement malsain que je ne suis pas sure d'en avoir envie...

    Très chouette article ! :)

  • #2

    Anne-Cerise (mercredi, 16 novembre 2016 11:25)

    Je partage ton analyse pour Sakura-Gari, c'est bien pour cela qu'il n'est pas pour tout le monde. Malgré tout c'est un excellent manga à plus d'un titre.

  • #3

    Lili (mercredi, 16 novembre 2016 13:15)

    Très chouette article! Que des petites perles de BL, et on partage évidemment les mêmes coups de coeur pour Kaori no Keishou et Sakura Gari <3

    Je voulais rebondir sur les BL écrits par des hommes, il y en a quelques uns. Les premiers qui me viennent à l'esprit, c'est Hirotaka Kisaragi, qui a écrit "Brother x Brother" et les deux auteurs de "No Money" (Hitoyo Shinozaki et Tohru Kousaka). Mais c'est vrai que les auteurs masculins se font rares dans le genre..

    Merci pour l'article! Que de l'amour (ou presque).

  • #4

    lilichat (dimanche, 20 novembre 2016 16:08)

    Je ne savais pas que Yuu Watase avait fait des Yaoi. Je note le titre que tu cites, je suis très curieuse de le découvrir