Animé : 91 Days


Genre : thriller
Public : adulte
Statut : terminé
Nombre d'épisodes : 12


Synopsis 

L'histoire se déroule aux USA à l'ère de la prohibition. Avilio Bruno, un jeune homme mystérieux en quête de vengeance, cherche à tuer les assassins de sa famille. Pour cela, il infiltrera le clan Vanetti, une puissante mafia, responsable de la mort des siens.


Avec un pitch pareil, vous imaginez bien que cet animé est sombre et violent. Ce que vous imaginez sans doute moins, c'est à quel point la tension psychologique et émotionnelle y est importante. C'est l'animé qui m'a provoqué ma pire crise de larmes (une bonne dizaine de minutes à la fin d'un épisode pour me calmer) et certaines scènes demandent d'avoir le cœur bien accroché.

Avec l'aide de son meilleur ami, Angelo Lagusa - devenu Avilio - va peu à peu gagner la confiance de Nero, le fils aîné de la famille Vanetti, cible de sa vengeance. Le jeune homme va ainsi naviguer à visage masqué parmi la mafia dans la cité de Lawless où trois familles se disputent terrain, alcool et pouvoir. 

Le personnage d'Angelo / Avilio est le moteur principal de l'intrigue de 91 Days. Son obsession pour sa vengeance est sa seule raison de vivre, son intelligence lui permet de tirer parti de la moindre opportunité, son sang-froid est effrayant. La narration extérieure ne permet à personne - surtout pas au spectateur - de comprendre ce qui lui passe par la tête, ce qui rend le personnage insaisissable... et donc fascinant. Tout au long de la série l'on se demande jusqu'à quel point il est prêt à tout sacrifier : morale ? amitié ? santé mentale ? Tous les sentiments humains semblent parfois éteints au seul profit de sa soif de vengeance.

En contrepoids, Nero Vanetti, mafieux de naissance, prêt à tout pour protéger le nom de sa famille, est au contraire un personnage étonnamment sympathique. Malgré son profil, on en vient à l'apprécier pour sa jovialité, sa loyauté à ses proches, son sens de l'honneur - même si celui-ci se fait selon les codes de la mafia. Il faut dire aussi que l'intrigue nous offre de belles pourritures auxquelles le comparer, comme Fango de la famille rivale, une ordure de première classe, complètement frappé en prime ! Alors à côté, Nero fait figure de gentilhomme.

Ainsi ce qui rend 91 Days tellement passionnant, outre les jeux de trahisons et faux-semblants (le genre d'ambiance que j'adore), ce sont ces personnages en nuances. Si l'on éprouve de l'empathie pour la colère du protagoniste, il est aussi calculateur et difficile à déchiffrer ; si l'antagoniste devrait être détestable on se surprend à l'apprécier. Leur duo présente ainsi une dynamique qui tient en haleine jusqu'au bout.

Par ailleurs, cet animé est l'un des plus beau que j'ai vu en matière de graphismes, cela m'a frappé dès les premières images. Quant à l'opening, j'ai eu un énorme coup de foudre pour la musique. Une série à voir assurément, mais accrochez-vous, c'est intense !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Natth (vendredi, 09 décembre 2016 13:25)

    Un bon article qui sait montrer les raisons pour lesquelles cet anime m'a autant marqué. Les auteurs font le choix de baser l'histoire sur Angelo / Avilio, sur son existence dont il ne reste plus grand-chose, sur l'évolution de ses plans de vengeance et sur la façon dont il se sert de tous ceux qui l'entourent. Chacun de ses actes est effectivement très réfléchi, même si le spectateur ne comprend pas tout de suite où il veut en venir. Je pensais qu'il serait difficile de donner une belle fin à un anime pareil et pourtant je pense qu'elle est tout à fait réussie. J'ai eu du mal à m'en remettre d'ailleurs XD ! C'est juste après la fin de la série que j'ai réellement pris conscience de la jeunesse des héros. D'après les infos que j'ai trouvées, Nero a 21 ans et Angelo / Avilio 19 ans. Je trouve que cela éclaire différemment certains passages, que l'on peut envisager certaines situations sous un autre angle... Désolée, ce n'est pas très clair mais je n'ai pas envie de spoiler. En tout cas, 91 Days fait partie d'une très courte liste d'animes pour moi, celle des titres inoubliables, ceux qui me laissent une forte impression après des années (et qui me causent une addiction toute aussi forte pendant leur diffusion ^^).

  • #2

    Anne-Cerise (mercredi, 14 décembre 2016 01:14)

    Contente que l'article te parle !

    J'avais calculé l'âge d'Angelo dès le départ pour ma part.

    Par contre la scène finale m'a un peu frustrée personnellement, je la trouve trop ouverte, pas assez claire sur l'action réelle de Nero.