Japon 2017 : Partie 4, Hiroshima et Miyajima




Après la semaine un peu difficile et décevante à Kyoto, Hiroshima a été une bouffée d'air frais ! Nous sommes immédiatement tombés sous le charme de cette ville à taille humaine aux trams vintage, aux parcs fleuris et habitants accueillants. Mais surtout il s'en dégage une atmosphère très touchante qui ne peut laisser insensible.

De plus, un des sites les plus connus du Japon se trouve à deux pas : l'île de Miyajima.

Parc du mémorial de la Paix


Lieu évidemment incontournable lors d'une visite d'Hiroshima, le parc du mémorial de la paix est à la fois très agréable par son cadre verdoyant et extrêmement émouvant. L'immense espace vert abrite plusieurs mémoriaux en hommage aux victimes de la bombe A et porte ainsi un message de paix.

L'un de ces mémoriaux est consacré aux enfants, victimes non seulement de l'explosion mais aussi des radiations à long terme. La petite Sadako Sasaki, morte d'une leucémie vers 12 ans, est le symbole de ces enfants et son histoire est connue à travers le Japon, voire le monde.

Pendant notre séjour, les enfants et moi avons lu le livre jeunesse Les mille oiseaux d'Hiroshima qui raconte sa maladie, sa mort et comment elle voulait plier 1000 grues en papier pour guérir. Une superstition japonaise raconte en effet que si l'on y parvient, le vœux de guérison est exaucé. Depuis, des guirlandes colorées de grues sont installées à travers le parc, surtout dans le mémorial des enfants. Elles viennent notamment d'écoles du monde entier, en hommage à Sadako, à toutes les victimes et pour la paix entre les peuples.

Découvrir l'histoire de Sadako a beaucoup touché mes enfants, qui se sont identifié à cette petite fille si semblable à eux.


Autre lieu bouleversant du parc, le dôme de Genbaku.

Ce bâtiment, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, est le seul resté debout après l'explosion à sa quasi verticale, tandis que tout a été rasé tout autour sur 12 km carrés, tuant sur le coup des dizaines de milliers de personnes. Laissé en l'état, c'est aujourd'hui un témoignage de l'horreur de ce 6 août 1945.

La vision de ce bâtiment, la lecture des plaques commémoratives, ont fait une impression très forte aux enfants - ainsi qu'à moi évidemment - et soulevé de nombreuses questions historiques et morales. C'est pour des moments comme ça que j'aime l'instruction en famille : aucun cours ou livre d'Histoire ne pourra jamais faire passer aussi bien le message que cette expérience. Ils m'en parlent encore plusieurs mois plus tard, mon fils de 8 ans a dessiné plusieurs fois le dôme et un avion qui large la bombe au-dessus, ils ont pris conscience de l'horreur engendrée par la folie des Hommes.

Un musée se trouve également dans le parc, que nous n'avons pas fait par manque de temps et par incertitude de pouvoir le gérer émotionnellement avec les enfants. Les témoignages que j'ai lu sont assez partagés sur la possibilité de visiter avec eux. Nous aimerions toutefois revenir à Hiroshima un jour et si possible faire cette visite.


Site du musée en anglais : http://hpmmuseum.jp/?lang=eng


Musée des enfants


Mais Hiroshima n'est pas un simple mausolée : c'est une ville bien vivante et humaine, avec des musées d'art ou de science, des activités, des boutiques... Ce contraste entre la mémoire et le présent est un bel espoir à dire vrai.

Nous avons apprécié notamment le musée des enfants. Imaginez la partie pour les plus jeunes à la cité des sciences de la Villette, entièrement gratuit, sauf pour les séances de planétarium ! Magnétisme, électricité, machines, lumière, espace, casses-têtes, illusions d'optiques... tout est à disposition des enfants pour expérimenter et découvrir librement. Inutile de dire que les miens ont adoré !




L'île de Miyajima


À 1h de tram puis ferry d'Hiroshima se trouve Miyajima (de son vrai nom Itsukushima), petite île adorable où se trouve l'un des paysages les plus connus du Japon. Des chevreuils se baladent en liberté, il n'y a pratiquement pas de véhicules sur l'île, aussi c'est un lieu parfait pour se balader au soleil avec les enfants (à condition de faire attention à sa nourriture, les bestioles sont voraces lol !).

Si l'hébergement n'était pas si cher j'y serais restée une ou deux nuits, l'atmosphère est agréable et il y a de quoi occuper quelques jours sans problème. Il y a toutefois un camping, mais seule avec les 3 enfants et au mois d'avril je n'étais pas chaude.



Torii flottant et sanctuaire


Image archi connue du Japon que ce torii flottant rouge, on aurait pu être déçu vu nos attentes (un peu comme avec le pavillon doré à Kyoto), mais non ! Les lieux sont tout simplement magiques, avec une ambiance différente selon la marée et la lumière. Ce portail rouge qui se détache sur le ciel bleu dans un cadre naturel préservé est vraiment magnifique.

Le torii fait partie du sanctuaire flottant d'Itsukushima, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Nous ne l'avons pas visité parce que les enfants m'ont dit "on en a marre des temples et sanctuaires". Voilà, au moins c'est clair lol !

Ascension du mont Misen


À la place nous avons fait l'ascension du mont Misen (en tout cas une partie) qui culmine à 535 mètres. Il est possible de faire tout le parcours à pied, ou une partie en téléphérique et même de prendre un bus qui amène à la station. Vu mon niveau sportif et les 3 enfants, on a pris l'option téléphérique, mais on est allé à pied jusque là, à travers de jolis bois, sur un sentier aménagé.

Arrivé en haut, il faut encore suivre des sentiers pour atteindre le point culminant et le temple qui s'y trouve. Nous y sommes arrivés un peu tard pour ça, c'est pourquoi rester sur place 2-3 jours permettrait de mieux profiter.

Mais la balade était agréable, d'autant que nous avons eu un temps superbe et une belle vue sur les îles des alentours.


Avec le recul, je regrette de ne pas avoir passé plus de temps à Hiroshima et moins à Kyoto. Nous avons quitté la ville, puis le Japon - via l'aéroport d'Osaka - le coeur lourd, avec la certitude de revenir un jour dans ce pays qui nous a vraiment charmés. Il nous reste beaucoup à découvrir, avec des enfants il faut s'adapter, ralentir le rythme, parfois même faire des pauses, mais ils ont eux aussi adoré leur voyage.


Écrire commentaire

Commentaires : 0