Japon 2017 : Partie 1, Tokyo


Cette année, de fin mars à mi-avril, nous avons réalisé un des voyages de nos rêves : le Japon. Un pays qui nous attirait énormément, pour plein de raisons, qui aurait donc pu nous décevoir tant nos attentes étaient grandes. En réalité, ce voyage était encore mieux, grâce notamment à la gentillesse incroyable des Japonais. À peine le temps de chercher notre chemin sur un plan que des personnes venaient spontanément nous proposer leur aide ! Les gens sont souriants, surtout avec les enfants, entament volontiers la conversation, et comme il y a assez peu d'étrangers (à part à Kyoto et l'ambiance s'en est d'ailleurs ressentie) il est vraiment facile de rencontrer les locaux.

Petit résumé de notre séjour en famille qui est passé par Tokyo, Nikko, Kyoto, Hiroshima et Miyajima, au milieu de la fameuse floraison des sakura, en plusieurs articles. Cette première partie parlera de notre séjour à Tokyo.

J'ai déjà évoqué notre gestion et nos découvertes de l'alimentation dans mon article "Voyager avec des allergies alimentaires".



Si nous nous attendions à nous sentir oppressés par la foule et l'activité de la capitale, cela n'a pas du tout été le cas. Tout d'abord les quartiers frénétiques sont très localisés et nous logions au contraire dans un coin très calme, avec le chant des oiseaux et très peu de circulation. 
Par ailleurs, les Japonais sont respectueux et zens, ce qui rend les bains de foule nettement plus gérables qu'en France. Y compris à l'heure de pointe dans le métro. Et je peux vous dire que ça n'a rien à envier à Châtelet question activité ! Simplement, il règne un calme incroyable et appréciable, ce qui rend les transports avec des enfants (surtout TDAH) beaucoup plus vivables.

Tokyo nous a charmé par la diversité des activités, de l'architecture, l'accueil des habitants, l'accès à la pop culture. Tout ce qu'il faut pour plaire au plus grand nombre.

Sakura et hanami


Le choix de notre période de visite n'était pas anodin, il correspond à la période de floraison des cerisiers du Japon, les sakura. A notre arrivée à Tokyo la floraison commençait tout juste et au fil de notre séjour nous en avons eu tous les stades. Avec des couleurs allant du presque blanc au rose foncé, c'était un régal pour les yeux.

Véritable institution au Japon, notre hôte AirBnB nous a expliqué que les sakura ont effectivement une place de choix dans le coeur des Japonais. C'est un symbole du printemps, du début de l'année scolaire, bref, ils les adorent et les lieux de floraison sont très fréquentés. Ces derniers sont indiqués sur Google Maps avec une "météo" de la floraison : pour chaque spot je n'avais qu'à cliquer dessus pour savoir où en étaient les fleurs ! 

Les parcs, comme celui de Ueno (voir ci-dessous), affichent aussi les lieux, les indiquent avec des panneaux pour le hanami qui va de pair avec cette période.
Hanami : littéralement voir (見 - mi) les fleurs (花 - hana). D'immense bâches sont installées sous les cerisiers pour que les gens se réunissent. Ils s'installent pour boire, manger, discuter, entre amis, collègues, membres de la famille. Un rendez-vous très populaire à travers tout le Japon.


Parc d'Ueno


Une de nos premières sorties a été dans cet immense parc alors que les premiers sakura fleurissaient timidement. L'occasion d'être justement plongés dans l'ambiance du hanami.

Le parc abrite un zoo, le musée d'art national (qu'on voulait faire, mais avec des enfants fatigués, on a dû faire des choix), et plusieurs temples bouddhistes, sanctuaires shinto, statues, etc. Le dépaysement a été immédiat et juste s'y promener est très agréable, surtout par la superbe météo que nous avions.


Edo-Tokyo museum


Un musée passionnant sur Tokyo de l'ère Edo (début vers 1600, Edo est l'ancien nom de Tokyo) à aujourd'hui. La partie sur l'ère Edo est la plus importante et la plus intéressante, avec des expositions, maquettes et reconstitutions à taille réelle. Une partie de celles-ci sont "manipulables", ce qui rend la visite interactive et donc d'autant plus attrayante pour les enfants.

Du quotidien à l'armée, des arts à l'alimentation en passant par l'architecture, tout le mode de vie de l'ère Edo est abordé. Les titres des panneaux sont traduits, pas toujours le détail des explications en revanche (mais avec mes monstres c'est pas comme si j'avais toujours le temps de tout lire de toutes façons !). L'entrée du musée pour l'exposition permanente est très abordable et même gratuite pour les enfants.



Asakusa


Le Senso-ji, temple le plus connu de Tokyo, se trouve dans le sanctuaire d'Asakusa et est donc un haut lieu touristique très fréquenté des Japonais et étrangers. Cependant le sanctuaire est grand et il suffit de s'écarter un tout petit peu de la foule pour tomber sur de jolis petits coins tranquilles.

Période des sakura oblige, beaucoup de groupes de Japonais en kimono, ce qui donne de jolies palettes colorées !


Tokyo Rinkai disaster prevention park


Le centre de prévention des désastres n'est pas un musée, mais un lieu géré par le gouvernement pour préparer la population à un séisme d'ampleur catastrophique. Oui, c'est pas réjouissant dit comme ça, mais le truc est vraiment bien fait, instructif, intéractif et les enfants ont adoré.

La visite commence par prendre un ascenseur qui est alors l'objet d'une secousse. Ma fille étant déjà peu rassurée par les ascenseurs, je vous raconte pas sa tête (elle était prévenue je vous rassure) ! J'ai une photo, mais comme c'est une ado de 12 ans, je vais éviter de lui coller la honte sur mon blog lol !

Bref, chacun a un petit écran tactile avec un quizz personnalisé (on ne copie pas sur le voisin !) en anglais pour les étrangers. On se balade dans une reconstitution de rue détruite par un séisme, on cherche des images reconnues par l'écran, on répond aux questions. Où trouver des rations d'urgence, comment sécuriser sa maison, quels gestes adopter... L'idée est de préparer les gens à se débrouiller pendant environ 48h, le temps que le gouvernement reprenne la main sur la situation. À la fin du parcours, vous savez si vous avez survécu (oui pour nous, les enfants étaient blessés, pas de bol !).

Ensuite une exposition vous explique comment créer des meubles en bouteilles plastiques, des WC d'urgence, de la vaisselle de fortune... Très ingénieux ! Toute une partie explique évidemment la géologie, les simulations des scientifiques en cas de "big one" à Tokyo, etc.


Miraikan


Musée des sciences émergentes et de l'innovation, tout un programme ! Une partie est d'ailleurs un peu trop pointue pour les enfants (et moi, oui les ordinateurs quantiques c'est pas ma came), mais il y a plein de choses accessibles. D'ailleurs, on n'y a passé qu'un court moment et il aurait mérité toute une journée, mais une fois de plus, on a dû faire des choix !

Notre chance est d'être arrivés à l'heure de la démonstration de l'androïde Asimo. La fluidité de ses mouvements est impressionnante et évidemment les enfants ont adoré. On a fait un bout sur le corps humain (j'étais nettement plus dans mon élément qu'avec les ordi quantiques lol !), c'était tout ce que mes enfants aiment, des présentations intéractives et modernes. Et tout est traduit en anglais. 

Bref, à notre prochain séjour je pense qu'on lui consacrera plus de temps.


Ghibli Museum


Alors tout d'abord j'ai appris que toute ma vie j'ai mal prononcé Ghibli. Honte à moi. Ça se prononce donc "jibli". Dites moi que je suis pas la seule qui prononçait ça "guibli" ?

Ceci étant dit, obtenir un ticket pour ce musée tenait de la quête du Graal. Pour limiter l'affluence ils ne sont vendus qu'à l'avance, sur internet pour l'étranger. C'est simple : quand la vente ouvre, le site bug, rame, et les créneaux de visite se remplissent à vitesse grand V ! MAIS ! J'ai réussi à obtenir 5 billets pour le dernier créneau possible dans notre planning !

Les photos sont interdites à l'intérieur, donc vous n'aurez que ça. Le vitrail et le plafond de l'entrée vous donnent tout de même une idée de la décoration intérieure, très jolie, avec des vitraux des personnages Ghibli partout, des fleurs, des boulons... Un mélange steampunk et art nouveau qui plonge vraiment dans l'univers de Hayao Miyazaki. D'ailleurs je n'avais jamais remarqué à quel point son oeuvre est steampunk avant cette visite (oui je suis lente à la détente que voulez-vous lol !).

Le musée n'a pas de parcours déterminé et on s'y promène, perd, balade, au grès des envies. J'ai bien aimé cet aspect exploration, qui va tellement avec l'état d'esprit du studio. Un escalier étroit en colimaçon mène directement au deuxième étage, une passerelle permet de changer de côté, une petite porte dérobée, un chat-bus offre ses coussins moelleux pour se reposer ou en aire de jeu pour les enfants. Ce n'est pas immense, mais c'est très riche et les deux heures étaient un tout petit peu juste pour profiter de la boutique à la fin.

Une partie de l'exposition présente la création des animés, avec des dessins ou des figurines, qui s'animent en tournant sous lumière stroboscopique, un régal pour les yeux ! Sans parler des aquarelles du maître qui sont tout simplement à tomber, des maquettes du Château Ambulant ou autres machines, ou du court-métrage inclus dans l'entrée. Celui-ci change régulièrement, nous avons eu droit à une romance entre une araignée d'eau et un gerris, une histoire sans parole qui représentait la population de l'étang avec la poésie propre au studio.

Bref, une visite enchanteresse, qui valait largement la peine de se battre sur internet à l'avance ! Au passage j'ai craqué pour deux artbooks, mais j'aurais bien pris la collection complète...



Pop culture


Évidemment pour les fans de mangas et d'animés que nous sommes, et pour les enfants de Pokémon, le Japon s'apparente à l'Eldorado ! Le seul qui n'a pas aimé, c'est notre compte en banque en fait... 

D'Ikebukuro à Akihabara, en passant par le Sky Tree, et même ailleurs, la pop culture est présente un peu partout, donc autant dire qu'on s'est vraiment fait plaisir ! Yuri on Ice était bien présent, j'étais au comble du bonheur évidemment, mais aussi mes autres animés favoris ! On a craqué pour plein de goodies, d'artbooks et autres trucs superflus qui font du bien au moral lol ! 

Les enfants (et moi 0:-) ) ont particulièrement aimé les distributeurs de balles surprises avec des charms divers. Les Yuri on Ice étaient d'ailleurs pris d'assaut, on les a trouvé plus d'une fois vides ! Bref, le truc un peu piège, ça coûte pas cher à l'unité (en moyenne 300 yens), mais à la longue c'est une autre affaire lol ! 


Expérience japonaise : le onsen


Avec Nolwenn nous nous sommes pris une journée juste entre filles. Sushis, shopping et onsen. Ça fait du bien de temps en temps !

Au passage, nous avons découvert le secret de la zénitude japonaise : nous sommes sorties complètement stones du onsen. Limite on planait.

Les onsen sont donc des sources d'eau chaude naturelles, qu'on trouve un peu partout du fait de la situation géologique du pays. Contrairement à la France où ce genre de truc représente un luxe, au Japon c'est une expérience populaire, très ancrée dans la culture et appréciée de la population. Nous étions les deux seules étrangères, mon japonais de survie et l'anglais de base des Japonaises nous a permis de nous immerger dans l'expérience et d'échanger avec elles.

Je connaissais déjà les règles d'utilisation d'un onsen, ça aide donc. Mais c'est vraiment une atmosphère à part.

Déjà, tout le monde est nu. En arrivant, on a eu un temps de bug de quelques secondes, ça fait bizarre pour nous de se mettre complètement à poil devant des étrangères (oui quand même, hommes et femmes sont séparés). Mais en fait c'est tellement normal pour elles, que c'est passé tout seul. En arrivant, l'une se sèche les cheveux en sous-vêtements, une autre se rhabille, d'autres partent vers le onsen donc sans vêtements. De l'enfant à la personne âgée. Et tout le monde se contrefiche du corps de l'autre. C'est reposant en fait comme approche. L'ambiance entre femmes est comme un monde à part, ça discute dans l'eau, mais toujours très calmement.

Donc on se déshabille, on se lave intégralement sur des petits tabourets avec une douche et on peut entrer dans les bains.

Et là c'est juste le bonheur. Les bains vont de chaud à brûlant, ces derniers sont en plein air. En sortant de la zone couverte on a froid, on entre dans l'eau et là on a super chaud et l'air extérieur est au contraire un bonheur. Bref, on a adoré. Ça détend tous les muscles, ça a soigné mon eczéma (véridique, je me le trainais depuis un moment, une séance et pouf !) et on est sorti super zen.

Mon seul regret : n'avoir pu y aller qu'une fois ! La prochaine fois, je veux y aller plus !!!



Prochain article : Nikko, peut-être groupé avec Kyoto, à voir.




Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    voyageusedesmots (lundi, 05 juin 2017 09:12)

    Decidement ton ecriture est tres visuelle. Merci pour ce voyage

  • #2

    yuya46 (dimanche, 09 juillet 2017 11:29)

    La chance <3

  • #3

    Anne-Cerise (dimanche, 09 juillet 2017 11:45)

    C'était génial !