Japon 2017 : Partie 2, Nikko




Je poursuis le récit de notre séjour au Japon avec notre excursion d'une journée à Nikko.



Nikko est une petite ville nichée au milieu des montagnes à environ de train 2h de Tokyo. On peut prendre plusieurs lignes pour s'y rendre, nous avons opté pour le shinkansen. Dans tous les cas on finit dans un tout petit train dont la voie se réduit à une seule au bout d'un moment : impossible de croiser ceux qui arrivent dans l'autre sens, il faut prendre chacun son tour !


La visite est donc faisable sur une journée, mais ça fait tout de même une grosse journée avec des enfants. Cependant je ne regrette pas une seconde, car c'est une des visites les plus époustouflantes de notre séjour ! Si on y retourne nous opterons probablement pour au moins 2-3 jours sur place en revanche, d'autant que la ville regorge de onsen.

Si Nikko est si touristique c'est notamment parce qu'elle abrite des sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Au milieu d'une forêt d'immenses cèdres, on découvre plusieurs temples et sanctuaires de toute beauté. Le cadre est enchanteur, presque carte postale, et malgré le monde on ne peut qu'être subjugué.

Les lieux sont intimement liés à la famille des Tokugawa, figures importantes de l'Histoire du Japon puisque Ieyasu Tokugawa - qui y est inhumé - est le fondateur du système du shogunat.

Lire la suite 0 commentaires

Japon 2017 : Partie 1, Tokyo


Cette année, de fin mars à mi-avril, nous avons réalisé un des voyages de nos rêves : le Japon. Un pays qui nous attirait énormément, pour plein de raisons, qui aurait donc pu nous décevoir tant nos attentes étaient grandes. En réalité, ce voyage était encore mieux, grâce notamment à la gentillesse incroyable des Japonais. À peine le temps de chercher notre chemin sur un plan que des personnes venaient spontanément nous proposer leur aide ! Les gens sont souriants, surtout avec les enfants, entament volontiers la conversation, et comme il y a assez peu d'étrangers (à part à Kyoto et l'ambiance s'en est d'ailleurs ressentie) il est vraiment facile de rencontrer les locaux.

Petit résumé de notre séjour en famille qui est passé par Tokyo, Nikko, Kyoto, Hiroshima et Miyajima, au milieu de la fameuse floraison des sakura, en plusieurs articles. Cette première partie parlera de notre séjour à Tokyo.

J'ai déjà évoqué notre gestion et nos découvertes de l'alimentation dans mon article "Voyager avec des allergies alimentaires" : 



Si nous nous attendions à nous sentir oppressés par la foule et l'activité de la capitale, cela n'a pas du tout été le cas. Tout d'abord les quartiers frénétiques sont très localisés et nous logions au contraire dans un coin très calme, avec le chant des oiseaux et très peu de circulation. 
Par ailleurs, les Japonais sont respectueux et zens, ce qui rend les bains de foule nettement plus gérables qu'en France. Y compris à l'heure de pointe dans le métro. Et je peux vous dire que ça n'a rien à envier à Châtelet question activité ! Simplement, il règne un calme incroyable et appréciable, ce qui rend les transports avec des enfants (surtout TDAH) beaucoup plus vivables.

Tokyo nous a charmé par la diversité des activités, de l'architecture, l'accueil des habitants, l'accès à la pop culture. Tout ce qu'il faut pour plaire au plus grand nombre.

Sakura et hanami

Lire la suite 1 commentaires

Voyager avec des allergies alimentaires


De retour de trois semaines au Japon, j'ai eu envie de partager nos trucs et astuces pour voyager malgré nos allergies alimentaires. Autant vous le dire tout de suite : c'est compliqué, parfois même TRÈS compliqué et frustrant. Mais j'aime trop voyager pour m'en priver, alors on essaye de faire avec.

J'ai déjà partagé notre expérience lors d'un podcast en anglais pour Epic Education, mais c'était avant le Japon et donc un pays dont nous ne maîtrisons pas la langue. 


Avertissement préalable : cet article est le fruit de notre expérience uniquement, adapté donc à notre type d'allergie et notre famille. Ce n'est en aucun cas un conseil médical et je vous invite à adapter les astuces à votre cas particulier.

Pour notre cas, nous avons des allergies de type retardé. Cela signifie que notre vie n'est pas en jeu (ouf), mais que les réactions peuvent durer sur plusieurs semaines voire mois (aïe). Les douleurs digestives sont au mieux inconfortables, au pire insupportables (à en tourner de l'œil, je n'exagère pas), la fatigue est écrasante, l'humeur des enfants épouvantable et je ne parle pas des crises de fibromyalgie que cela me provoque. Bref, notre régime est normalement strict, mais les accidents ne sont pas absents surtout en voyageant...

1er défi : l'avion


Si le trajet n'est que de maximum 3-4 heures tout va bien, prenez de quoi grignoter, pas de quoi en faire un plat. Au-delà, ça se complique. Surtout si vous cumulez les allergies comme nous.

En effet, les compagnies aériennes proposent des repas pour les régimes spéciaux. MAIS (et ce n'est pas un petit mais) uniquement gluten free ou dairy free ou... Bref, oubliez la possibilité d'avoir un plateau pour poly-allergique, j'ai demandé, on m'a répondu impossible.

Donc que faire ? 

Jusqu'ici nous avons opté pour demander le sans gluten et slalomer entre les plats pour éviter le lait (je ne parle même pas du soja *soupir*). Nous pouvons nous le permettre parce que comme je le disais avant notre vie n'est pas en jeu, mais je le déconseille fortement. Tout d'abord nous n'avons pas toujours la liste des ingrédients de ce qu'on nous sert (c'est même minoritaire), et selon la compagnie celle-ci est illisible (oui mon chinois est limité j'avoue). Je vous le dis tout net : on a joué, on a parfois perdu. 
Résultat pour le prochain voyage je pense qu'on demandera le plateau 100% fruits qui est proposé, au moins pas de risque.

Dans tous les cas je conseille TRES fortement d'emmener de la nourriture compatible avec soi pour le vol. Entre les fois où nos plateaux spéciaux ont été donné à d'autres passagers par erreur, les fois où on ne pouvait rien manger, etc, ça nous a bien sauvé. Le truc étant qu'en partant de chez soi c'est simple de trouver / préparer ce qu'il faut, quand on quitte un pays inconnu c'est une autre histoire... Et je ne parle pas de l'encombrement quand vous avez deux jours de voyage (Paris-Vanuatu genre au pif).

Attention aussi à l'arrivée à ne pas faire rentrer des aliments interdits, comme les fruits frais en Australie / Japon / Chine / Vanuatu pour ne citer que quelques exemples que je connais. Les amendes sont sévères, ne prenez pas de risque. Mais vous pouvez les prendre sur les vols avec vous si vous les consommez ou les jetez avant le passage de la quarantaine.

D'ailleurs si vous avez des escales il est indispensable d'avoir de quoi dépanner. À Sydney pas de souci, il y a une chaîne de resto mexicain qui propose une option sans gluten et un tableau des allergènes. À Canton je n'ai même pas tenté ! L'aéroport est assez pauvre en options (limite un peu glauque), uniquement là pour les correspondances, et je n'avais pas envie de retirer la monnaie locale juste pour quelques heures. Bref, on avait des fruits, fruits secs et chips (comme on était en transit, nous n'avons pas passé de quarantaine) et ça nous a suffit entre deux avions.


Lire la suite 5 commentaires

Bilan 2016 : lectures et animés


Et voici un petit aperçu de ce qui m'a enthousiasmée au cours de l'année 2016 ! De ce point de vue ça aura été une excellente année avec de très belles découvertes.

Lectures

Romans / Théâtre

Lire la suite 0 commentaires

Bilan juillet à septembre 2016


Un bilan groupé pour juillet, août et septembre, mois pendant lesquels mon activité habituelle s'est ralentie pour cause de visite familiale, voyage à Sydney et déménagement ! J'ai également pas mal de chroniques et d'articles en retard du coup !

Lecture

Lire la suite 0 commentaires

Bilan mensuel : mai 2016

NB : il y a des problèmes avec les liens hypertextes en ce moment sur Jimdo. Pour certains liens j'ai dû mettre l'adresse en clair à côté, je m'excuse de la mise en page moins belle du coup !

Lecture

Lire la suite 0 commentaires

Le Vanuatu : généralités



Cet article est un transfert (mis à jour) de mon premier blog IEF (publication initiale : octobre 2015).


Quand même que je vous donne quelques informations générales sur notre nouveau lieu de vie.

Avant notre départ la plupart des gens nous demandaient "c'est où ?" D'ailleurs, c'est toujours la première question que le pose les personnes qui sont en France.
Eh bien, c'est là, au milieu du Pacifique sud, entre la Nouvelle-Calédonie et les Fidji :
Soit pas complètement aux antipodes de la France métropolitaine, mais pas bien loin en fait !

C'est un archipel volcanique (zone de subduction) de 83 îles tropicales, dont la capitale Port-Vila (où nous habitons) se trouve sur l'île d'Efate. Il n'y a d'ailleurs qu'une seule autre ville au Vanuatu : Luganville sur l'île d'Espiritu Santo. Pour le reste, ce sont des villages, souvent très isolés. Il n'y a de routes goudronnées que sur ces deux îles, pour le reste ce sont entièrement des pistes. 
(Il y aurait beaucoup à dire sur les "routes" de Port-Vila cela dit lol !)

Port-Vila est une petite capitale de seulement 44 000 habitants. Pas de risque de se perdre c'est petit ici et si on fait le tour de l'île, il n'y a qu'une route circulaire ! 
L'ensemble de l'archipel compte environ 250 000 habitants.

Le Vanuatu est indépendant depuis 35 ans. Anciennement Nouvelles-Hébrides, il s'agissait d'un condominium franco-britannique. De ce fait il y a 3 langues officielles : l'Anglais, le Français et le Bichelamar, un créole à base d'Anglais phonétique et un peu de Français.

Quelques exemples de mots Bichelamar, assez rigolos parfois :
Lire la suite 0 commentaires