Canterella, tomes 1 à 12 - You Higuri

Résumé éditeur 

L'histoire a pour personnage principal un jeune homme du nom de César Borgia. Fils du cardinal Rodrigue, promis à la consécration pontificale, il est élevé par la maîtresse de son père, Vanezza. A ses côtés se trouvent les enfants de cette dernière : Lucrèce et Juan. 
Un jour, alors que Vanezza voie sa relation avec le cardinal découverte, elle quitte ses enfants pour se marier et ainsi faire taire la rumeur. 

Jurant de protéger sa soeur Lucrèce qui l'adore, César rencontre Marone, un mercenaire habile dans l'art de l'épée. Il devient un élève très doué, mais la machine infernale se met en place. Tandis que César découvre un complot contre son père, il est de plus en plus cerné par les démons qui le hantent depuis des années déjà...

Après l'extraordinaire Cesare de Fuyumi Soryo, j'ai voulu rester dans l'univers des Borgias. J'ai donc retrouvé César Borgia pour ce manga qui lui est également consacré.

Il serait vain de comparer les deux séries, tant Cesare et Cantarella sont différents dans leurs propos. Nous sommes ici dans un shojo fantastique plus qu'historique et c'est à ce titre qu'il peut être apprécié. Il n'est cependant pas exempt de contenu historique, mais ce n'est pas clairement pas le thème principal. Cet aspect m'a tout de même plu d'autant que ce que j'ai lu dans Cantarella va plus loin dans le temps que ce que j'ai lu de Cesare (et après lecture de la page Wikipédia consacrée à César Borgia, l'auteur s'est tout de même appuyée sur des faits).

Ce point étant éclairci, j'ai bien aimé ce shojo d'aventure fantastique qui campe des personnages ambigus. Avec en premier lieu César Borgia, victime d'une malédiction démoniaque. Grâce à la présence de son ami Chiaro et à son amour pour sa sœur Lucrèce, il va lutter contre celle-ci, tout en manipulant le pouvoir papal entre les mains de son père Alexandre VI. Mais peu à peu, la lutte devient de plus en plus difficile, l'ambition prend le dessus sur l'humain, surtout lorsque les sentiments s'en mêlent entre César, Chiaro et Lucrèce. Luttes de pouvoir, trahisons, guerres, mettront à mal les personnages, dans une Italie instable. 

Les dessins sont agréables, très shojo dans le style mais moi ça ne me gêne pas.

J'ai en revanche trouvé que la fin était bâclée, elle m'a laissé un goût d'inachevé, dommage.

À noter que la série n'est toujours pas complète en Français. Probablement parce que l'éditeur d'origine a été intégrée à Kazé lorsque le manga était en hiatus ? Toujours est-il que si vous voulez lire la fin, il vous faudra passer par une autre langue.


Écrire commentaire

Commentaires : 0