Japonais : kanjis et vocabulaire



Vous maîtrisez à présent les kanas ? Non ? Alors allez faire un tour sur mon premier article.

Oui ? Super, passons donc aux choses sérieuses : les kanjis ! Toujours à l'aide de l'iPad bien sûr.     


Si vous observez des kanjis - comme par exemple ceux-ci qui veulent dire "Japonais" (la langue) : 日本語 - vous seriez tenté de me dire que pour vous c'est du Chinois. 

Eh bien oui en fait. Les kanjis viennent du Chinois, sauf que les Japonais ont gardé leur prononciation mais également intégré celle des Chinois. De ce fait, un même kanji peut se lire de plusieurs façon selon son utilisation. Et un même son peut s'écrire avec différents kanjis. 

Hum. Simple...

Cependant au fur et à mesure de l'apprentissage, on s'aperçoit de la logique et ce qui ressemblait à un gribouillis informe prend un sens. Prenez par exemple ceci : 靴 qui se prononce "kutsu" et signifie "chaussure". Il est composé de "cuir" et "transformer". Ou encore : 喫茶店 ("ki-saten" = café, salon de thé) se compose des kanjis "consommer", "thé" et "boutique", soit une boutique où l'on consomme du thé. Imparable.


Passons maintenant à ma façon actuelle d'étudier (rien ne dit qu'elle n'évoluera pas).

J'ai commencé tout simplement par continuer sur Tako Japonais dont je vous avais déjà parlé pour les kana.
Même fonctionnement que pour les kanas, sauf qu'ici on nous donne jusqu'à 4 lectures possibles par idéogramme et qu'il y a des tests / jeux de lecture.

Avantage : on apprend à écrire les kanji, avec l'ordre des traits qui va bien en prime. Le fait de les écrire aide à les retenir.
Inconvénient : fastidieux et pas utilisable directement. Et puis moi et le par coeur sans aucun sens, ça fait deux.

J'ai donc commencé à ramer avec juste cette application, jusqu'à ce que je me mette à utiliser Memrise en parallèle : ça a tout changé !

Commeson nom l'indique, Memrise est une application de mémorisation. Elle n'a rien de spécifique au Japonais, puisqu'on y retrouve différentes langues, de l'histoire-géo, des sciences, et même des trucs loufoques du genre "apprenez tous les Pokemons" ! 

Mais dans le cadre de mon apprentissage du Japonais, c'est juste parfait ! J'ai sélectionné des cours qui sont en Anglais, mais il y en a en Français pour ceux qui préfèrent. Je suis actuellement le cours de niveau N5, qui correspond au même niveau que dans Tako Japonais, donc ça se complète parfaitement.

Alors, pourquoi ça fonctionne bien avec moi ?
Ici on apprend des mots courants : d'abord leur prononciation en utilisant les kanas, puis on passe aux kanjis. Pas d'apprentissage déconnecté de l'utilisation donc et j'ai ainsi le plaisird'enrichirtousles jours mon vocabulaire. 

Les mots nouveaux sont présentés avec des indications supplémentaires et moyens mnémotechniques parfois farfelus. Puis des tests de traduction et reconnaissance écrite et orale permettent de retenir. Tous les jours j'ai des révisions des mots déjà vus (pas tous, ça tourne) pour renforcer la mémorisation.


Dernier outil indispensable : un dictionnaire.
Toujours sur l'iPad, j'utilise Imiwa. Il permet de rechercher une signification à partir du Français ou de la prononciation japonaise (ce qu'on appelle le romaji). Pour les kanjis, il propose différentes méthodes de recherche, par traits, par radicaux, etc. Sur la page de chaque kanji, en plus du sens et dès prononciation, il donne les radicaux qui le compose et les mots dans lesquels on retrouve l'idéogramme.

Enfin, un outil que j'aime beaucoup : l'analyseur. Il permet de copier un texte et de l'analyser comme son nom l'indique. Ci-dessus, le dernier tweet d'Ichigo Takano, l'auteure du manga Orange.


Au final, ces applications se complètent et cela devient plus facile de retenir les kanjis. À vrai dire je trouve ça plutôt amusant, je me senstelleChampollion déchiffrant des hiéroglyphes ! Et quelle fierté à chaque fois que je reconnais des mots quand je regarde des animés ! (je ne regarde plus qu'en VO, ça aussi ça contribue à renforcer le vocabulaire)

Écrire commentaire

Commentaires : 0