Les 5 livres qui m'ont le plus marquée

Sous l'impulsion de Lynda Guillemaud, amie auteure indépendante, nous sommes plusieurs auteurs à faire notre top 5 des livres qui nous ont le plus marqué.

Seulement 5, pas facile du tout ! Mais je m'étais déjà creusée la tête sur Babelio, et ce sont les 5 romans que j'emporterais sur une île déserte.

Lorsque j'avais fait cette sélection, je m'étais aperçue d'une chose : j'aime les histoires d'amour torturées ! Et pas de celles avec Happy End en plus. Je dois avoir un côté maso lol !

Le premier, celui que je ne peux pas ne pas citer, c'est La nuit des temps de René Barjavel.

Si chez mon amie Azel Bury la lecture vient de son père, chez moi c'est une histoire de femmes. Ma mère m'a mis ce livre entre les mains vers 12 ans environ et il restera à jamais mon livre fétiche. C'est celui qui m'a initiée à la littérature de l'imaginaire, qui m'a emmenée ensuite vers le reste de l'œuvre de Barjavel, puis vers la science-fiction de l'âge d'or (année 50), notamment Robert Heinlein et Richard Matheson.

Je ne compte plus les relectures de ce roman, malgré tout je pleure toujours à la fin... Au-delà des histoires d'amour, La nuit des temps pose des questions de société, dépeint des récoltes étudiantes (juste avant celles de mai 68) et propose un modèle de collaboration internationale. Les thèmes de ce roman se retrouvent dans plusieurs autres œuvres de Barjavel, comme Une rose au paradis, Le grand secret et même Ravage d'une certaine façon. Mais pour moi son autre grand roman c'est L'Enchanteur, le dernier de sa carrière, doux et poétique sur fond de légende arthurienne.


Mon second livre chouchou, aux pages cornées et usées par les nombreuses relectures, c'est Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand. 

Ce livre a d'abord été une lecture scolaire, par une prof de Français que j'adorais, l'une de celle qui te révèle la beauté de sa matière. C'est la même qui nous avait concocté un cycle SF, avec La planète des singes, Le meilleur des mondes et d'autres. Voilà une prof qui savait faire aimer la lecture aux collégiens !

Bref, pour devoirs nous devions lire la première scène. J'ai dévoré l'intégralité de l'œuvre en une soirée, impossible d'en décrocher !

Cyrano de Bergerac, c'est tout d'abord une pièce de théâtre écrite en alexandrins, avec des passages tellement beaux que j'en ai toujours les larmes aux yeux après x mille relectures et visionnages (ah la scène du baiser ! La tirade du nez ! Et ce final !). Je pense que c'est cette pièce qui m'a donné le goût de la poésie d'ailleurs.

Ensuite, c'est une histoire d'amour épique magnifique. Mais surtout c'est un personnage : Cyrano. Je suis follement amoureuse de lui, oui oui, avec son fichu caractère et sa grande sensibilité, sa timidité sous ses hauts airs, son sens de l'abnégation, son attachement à la liberté. Bref, le héros avec un grand H !


Une grande pièce de théâtre qu'on ne présente plus. L'archétype des amants maudits, un classique au propos toujours aussi actuel, le magnifique Romeo and Juliet de William Shakespeare.

Je fais partie de la génération du film "Romeo + Juliet" de Baz Luhrman, qui a réussi le pari audacieux d'une adaptation à la fois fidèle et déjantée dans un monde contemporain. Je ne sais plus si j'ai lu l'œuvre avant ou après le film, je devais avoir dans les 16-17 ans à l'époque. Mais ce qui est sûr, c'est que je ne l'ai lue qu'en VO, pour apprécier pleinement la plume de Shakespeare.







Contrairement aux précédents, je n'ai lu Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë qu'une seule fois, mais il m'a laissé une impression encore très vivace aujourd'hui. J'ai prévu de le relire, en VO cette fois, dans les prochains mois d'ailleurs.

C'était également une lecture scolaire à l'origine, je me demande si ce n'était pas la même prof que pour Cyrano ! (J'ai eu la chance de l'avoir 2 ans).

Je me souviens de la noirceur du personnage, de landes sauvages, d'une passion mortelle. Un titre romantique dans toute sa splendeur, au sens littéraire du terme.







Là je triche, c'est une série de sept tomes que je cite avec la saga Harry Potter de J.K. Rowling (j'ai mis la couverture de mon tome préfère, le 4). Mais comment la dissocier ? Ce n'est pas juste un livre que j'ai aimé avec Harry Potter, mais tout un univers et une intrigue extrêmement bien construite du premier au dernier tome !

C'est une amie qui m'a mis les deux premiers tomes en VO entre les mains, je devais avoir 20 ans. J'en avais entendu parler, mais était restée au fait que c'était destiné aux enfants. J'ai plongé dans un monde parallèle le jour où j'ai suivi Harry Potter dans sa découverte du monde des sorciers ! 

Après ça, je suivais avec impatiente la sortie des nouveaux tomes, toujours en Anglais pour ne pas avoir à attendre la traduction. En général je dévorais le dernier, puis j'enchaînais sur la relecture de tous ceux qui étaient sortis jusque là. Je découvrais alors les indices laissés dans les tomes précédents, la logique de l'auteure qui a très bien pensé son intrigue du début à la fin. 


Bonus que j'ai eu du mal à écarter

Bon d'accord, on a dit 5, mais je me suis faite tellement violence pour ne pas remplacer l'un des précédents par l'univers de La Passe-Miroir de Christelle Dabos, que je vous l'ajoute quand même en extra. Si le reste de la série (4 tomes sont prévus) garde cette qualité, elle pourrait bien se retrouver dan sale top 5 de toutes manières !

Non seulement la plume de Christelle Dabos est agréable, mais elle a l'art de dépeindre un monde bien à elle, tout en étant coloré de références mythologiques connues. Ses personnages sont pour beaucoup dans la qualité de la série, en nuances, parfois détestables, parfois adorables. Les apparences sont trompeuses au Pôle et l'intrigue réserve son lot de surprises.

Je me retrouve comme à l'époque Harry Potter, à trépigner en attendant la suite !


Écrire commentaire

Commentaires : 0